Reports

WOLFMOTHER @ Le Trianon (25/04/16)

Six ans après leur dernier passage à Paris, les Australiens de Wolfmother étaient enfin de retour dans la capitale pour un concert endiablé !

C’est un retour qu’on commençait à ne plus espérer. La dernière fois qu’on avait vu Wolfmother à Paris, c’était au Bataclan, en janvier 2010. Depuis, le groupe avait fait une apparition à (feu) Sonisphere en 2012, puis plus rien en France… jusqu’à aujourd’hui. Alors évidemment, le Trianon s’est rempli.

En première partie, c’est un groupe méconnu venu de l’Ohio qui monte sur scène. ELECTRIC CITIZEN, c’est son nom, nous propose des compos très influencées par le heavy metal des années 70/80, le tout avec une voix féminine assez portante, donnant un peu de modernité à l’ensemble. Une jolie performance, des musicien-ne-s qui bougent, qui dansent, et qui interagissent avec le public. Le style se répète un peu, c’est vrai, mais on passe un bon moment.

A 20h30 tout pile, le trio WOLFMOTHER fait son entrée sous les applaudissements très chaleureux de la salle. Le set s’ouvre sur le titre éponyme du dernier album “Victorious“, et l’ambiance est déjà survoltée. Dans la fosse, on pogote, on danse, on chante. Certains s’essayent même très rapidement aux slams. Aux balcons aussi, beaucoup se lèvent et se laissent entraîner par la musique.

Sur scène, rien à redire. La formation est dynamique, complice, et pro. Andrew Stockdale n’a absolument rien perdu de sa voix légendaire et livre une performance quasi-parfaite, sans compter quelques solos assez épiques. Gros riffs, grosses rythmiques, grosses basses, on retrouve bel et bien tout ce qu’on aime dans Wolfmother. Les morceaux les plus récents, qui avaient reçu un accueil assez mitigé du public, passent finalement plutôt bien sur scène. Et évidemment, on redécouvre avec plaisir les grands classiques, grâce à une setlist assez éclectique, comprenant même quelques surprises. En plein “White Unicorn” par exemple, on a droit a un petit extrait du “Riders On The Storm” de The Doors, accompagné d’un bel hommage aux victimes du 13 novembre.

Le combo nous tient en haleine pendant une heure et demie, avant de revenir pour un rappel de trois titres, dont “Best Of A Bad Situation” en featuring avec la chanteuse d’Electric Citizen. Wolfmother se paye même le luxe de garder “Joker & The Thief” comme ultime final explosif, avec un slam de Stockdale à la clé.

On repart des étoiles plein les yeux, et avec une seule hâte : revoir le trio sur les festivals cet été !

Setlist :

Victorious
New Moon Rising
Woman
Apple Tree
The Love That You Give
White Unicorn
White Feather
California Queen
How Many Times
Gypsy Caravan
Dimension
The Simple Life
City Lights
Pretty Peggy
Pyramid
Colossal
—-
Best Of A Bad Situation
Vagabond
Joker & The Thief