Reports

VERSAEMERGE @ Nouveau Casino (02/06/11)

Pour sa toute première venue à Paris, le désormais duo VersaEmerge composé de Sierra Kusterbeck (chant) et Blake Harnage (guitare, piano, chant), commence directement par un show en tête d’affiche, dans la salle du Nouveau Casino. L’occasion pour eux de tester leur popularité en France.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas foule devant la salle tout au long de l’après midi. Le groupe aurait-il pris un risque en jouant dans une salle comme celle-ci ? Ces inquiétudes seront finalement balayées rapidement, puisqu’on se rend compte que la petite communauté française qui s’est crée parait soudée et est prête à donner le meilleur pour accueillir les floridiens comme il se doit. Les détenteurs du pass VIP (mis en vente quelques jours après l’annonce de la tournée européenne) ont la chance d’assister dès 17h au soundcheck. La quinzaine de chanceux s’assoient alors pour regarder VE jouer tranquillement “Figure It Out” et “You’ll Never Know”. L’ambiance est détendue, même si les membres de VersaEmerge semblent garder toute leur énergie pour le show. Les fans sont ensuite reconduits à l’entrée de la salle, puisque les américains doivent maintenant se prêter au jeu des interviews et des photoshoots.

À 19h, les français qui ont le pass VIP reviennent dans la salle pour le meet & greet. C’est un moment qui peut s’avérer intimidant et gênant à cause de la mise en place assez structurée : se mettre en ligne, passer chacun son tour, faire signer son affiche, prendre une photo. Il faut donc avoir un peu d’imagination pour pimenter un peu le tout, ce que les fans ont bien compris, en offrant au groupe un panier rempli de produits français (fromage, viennoiseries, pâtisseries, vin et même champagne), pour le plus grand bonheur de Sierra et Blake, qui semblent très heureux de cet accueil chaleureux. “French Vultures are the best!” clame même Sierra. (“Vultures” étant le surnom que donne le groupe à ses fans). Le temps pour le duo de ramener le panier et se préparer pour le show, les personnes présentes au meet & greet ont l’honneur de rester dans la salle et se placer dans les premiers rangs avant tout le monde. Quelques minutes plus tard, ils sont ainsi rejoints par les autres français, et la salle se remplit peu à peu, même si elle sera bien loin d’afficher complet.

Ce sont les anglais de Not Advised qui assurent la première partie, et l’ambiance est déjà au rendez-vous ! Cette agitation est peut être due aussi au fait que le concert de VersaEmerge va être filmé (sans savoir encore pour quoi), et les fans ont l’air d’avoir envie de tout donner. Le premier acte est donc un petit échauffement qui n’a pas l’air de décevoir le quintette originaire de Southampton. Il faut dire que le chanteur Jim Thomas n’hésite pas à faire participer le public en le faisant chanter et le courant passe bien. Tellement bien que le groupe a l’air d’halluciner devant une telle ambiance survoltée. Il est clair qu’ils ont gagné quelques fans en interprétant ces quelques chansons, et ils invitent gentiment les français à venir les voir après le concert. Après une demi heure de show, alors que les premiers rangs sont déjà en sueur et crèvent de soif, Chris Pollock, le batteur de VersaEmerge, arrive sur scène tranquillement pour arranger un peu son instrument, et envoie une pomme, puis un sandwich pour le plus grand bonheur des filles du premier rang. Là encore, l’ambiance est vraiment détendue, et on ne peut s’attendre qu’à un bon concert. Nick Osborne, qui succède provisoirement à Devin Ingelido (parti du groupe il y a quelques semaines pour s’occuper à plein temps de sa petite famille) accorde lui sa basse, et quelques minutes plus tard, le Nouveau Casino est plongé dans le noir.

C’est parti pour le premier concert français de VersaEmerge. L’intro nous plonge tout de suite dans l’univers mystérieux du groupe. Blake et Sierra font leur entrée, continuent de nous envoûter avec ce premier morceau, puis ils enchainent avec “Stranger”, que les fans reprennent déjà en cœur. Et c’est une agréable surprise pour le groupe, habitué à donner des concerts en Amérique et au Royaume-Uni. Même si la communication reste limitée à des mots basiques tels que “bonjour”, “merci”, les fans hurlent le mot de la soirée : “Fromage”. Petit délire perso entre le duo et les fans français, puisque pour la petite histoire, Blake n’avait retenu que ce mot suite à son unique année d’apprentissage de la langue de Molière. Cela fera en tout cas bien rire le combo et encore plus Blake lui-même lorsqu’il dit le fameux mot, qui provoque ainsi une réaction de folie de la part des fans. Sur cette ambiance bon enfant, les floridiens enchainent avec “Fire”, sur lequel Sierra et Blake se partagent le chant. Parlons du chant justement, puisque Sierra n’est pas réputée pour avoir une super voix en live… Il est vrai que certaines notes ne sont pas très justes lorsqu’elle bouge partout (ce qu’elle fait quand même souvent), mais rien de catastrophique non plus. On sent quand même qu’elle s’éclate, et elle a une bonne présence sur scène, ce qui n’est pas négligeable. Ensuite, on a le droit à un petit retour en arrière avec deux chansons issues du EP “VersaEmerge” sorti en 2009 : “Whisperer” et “Past Praying For”, qui sonnent très bien en live. Avant d’entamer “Up There”, Sierra explique que cette chanson lui a été inspirée par des fantômes qu’elle est persuadée d’avoir vu chez elle. Réaction du public : “Ouuuuuuh”, ce qui provoquera un éclat de rire de la part de la chanteuse. Et c’est parti pour ce morceau hypnotisant, sur lequel Blake délaisse un instant sa guitare au profit de son piano. Puis, en guise d’outro, le guitariste nous offre une petite reprise de “Unravel”, de Björk. L’ambiance se calme un petit moment avec “You’ll Never Know”, chanson que Sierra apprécie tout particulièrement pour ces paroles qui sont les plus personnelles qu’elle ait écrites. Le public peut se déchainer à nouveau sur le prochain titre : “Your Own Love” qui n’a rien de très transcendant mais qui est très efficace en live. C’est ensuite le tour du joli “Moments Between Sleep”, puis de “Figure It Out”, sur lequel les fans font les chœurs des “ouh ouh ouh” du début. Viennent ensuite “Mind Reader”, puis l’épatant “Lost Tree”. La salle est silencieuse, comme envoûtée par une des meilleures chansons du groupe, qui clôt le disque “Fixed At Zero”. Même si la version live est légèrement différente de celle du cd, elle est toute aussi intense. Enfin, les premières notes de “Fixed At Zero” retentissent, et le public redevient fou, reprenant en cœur les paroles du premier single extrait de l’album éponyme. Le groupe quitte ensuite la scène, mais revient quelques instants plus tard pour le rappel. Sierra vient demander au public s’il sait quelle chanson ils sont sur le point de jouer. Certains le savent déjà et crient “Clocks”, tandis que la chanteuse vient demander au premier rang comment se dit le titre en français. C’est donc après avoir annoncé dans un français approximatif “Horloge”, que VersaEmerge se met à jouer la dernière chanson qui donne très bien en live, et qui clôt le concert d’une bonne manière. Les musiciens quittent la scène en remerciant chaleureusement les fans. Même si le show peut sembler pointé de quelques imperfections, comme le chant de Sierra; l’énergie du groupe est incontestable, et ce qu’il en ressort, c’est que la formation a réussi à retranscrire son univers sur scène, et que les fans leur ont offert un accueil des plus chaleureux.

Après le concert, Blake vient passer quelques minutes avec les fans dans la salle, tandis que Sierra fera de même quelques minutes plus tard à l’extérieur. Le groupe est très accessible et prend du temps pour chaque fan. On ne sait pas encore comment évolueront les choses pour VersaEmerge dans les mois à venir, mais on espère qu’ils feront le maximum pour garder ce contact avec les fans. Un peu plus tard, Sierra ira même jusqu’à inviter les quelques fans restants pour aller boire un verre au bar d’à côté. Un joli moment pendant lequel Sierra lèvera son verre en criant “I love French Vultures !”.

Setlist :

Stranger
Fire (Aim Your Arrows High)
Whisperer
Past Praying For
Up There
You’ll Never Know
Your Own Lov.E.
Moments Between Sleep
Figure It Out
Mind Reader
Lost Tree
Fixed At Zero
—-
Clocks

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife