Reports

ULTRA VOMIT @ Le Trianon (13/10/17)

Après un passage mémorable cet été sur la MainStage du Hellfest, les Nantais d’Ultra Vomit font une halte à Paris dans un Trianon plein à craquer afin de présenter leur nouvel album “Panzer Surprise“. Notre soirée débute sur une note originale, l’humoriste Dédo honore ce soir la première partie d’Ultra Vomit en marge de sa tournée “Killing Joke”.

Ce choix audacieux est justifié dès le premier sketch. Le Trianon est plus que respectif à l’humour de DEDO, et très rapidement une véritable complicité s’installe entre le public et l’artiste. Nous avons même droit à un interlude musical qui ne manquera pas de nous faire rire de plus belle. Pari réussi pour Dédo, que l’on aurait bien gardé quelques minutes de plus, surtout que nous n’avons toujours pas entendu “la sept”.

La salle s’enflamme lorsque le générique des “Looney Tunes” résonne, rapidement remplacé par celui du classique de la télévision française : “Fort Boyard”, une entrée digne d’ULTRA VOMIT qui fait mouche auprès de l’assemblée. La soirée débute avec “Darry Cowl Chamber” et le classique “Les Bonnes Manières” au plus grand plaisir des fans des précédents opus ! Au programme : un savant mélange de tous les tubes du groupe dont d’anciens morceaux comme “Jack Chirac”, “I Like To Vomit”, “La Souris Verte” en passant par “Boulangerie Pâtisserie” mais aussi “Mechanical Chiwawa” et “Je Ne T’Es Jamait Autans Aimer”.

Les Nantais sont au top de leur forme ce soir, leur énergie et enthousiasme sont au rendez-vous et Paris le leur rend bien. Pogos, circle pits, chenille sur le titre du même nom sans oublier le fameux, l’unique “Wall Of Chiasse” sur “Pipi VS Caca”, autant dire qu’on a rarement vu une audience si chaotique et joyeuse en même temps au Trianon !

Manard quitte un instant les fûts et menace de quitter la formation si on ne lui laisse pas chanter une chanson de son choix. Flockos prend donc sa place tandis que Fetus lui laisse le devant de la scène pour s’exprimer et c’est ainsi que le nouveau chanteur du groupe interprète “Keken”, reprit en choeur par un auditoire qui n’aura pas hésité à donner de la voix toute la soirée. Matthieu Bausson à la basse joue avec brio son rôle de laisser pour compte lors d’une des nombreux interludes humoristiques d’Ultra Vomit, la foule ne manquant pas de crier son nom afin que Fetus le présente enfin. Au-delà de son jeu de scène, rien à redire techniquement, le quatuor change de style musical d’un titre à l’autre avec aisance sans aucun accroc.

Nous avons même droit à des invités pour cette soirée exceptionnelle à guichets fermés, Patrick Baud plus connu sous le nom d’Axolot, un célèbre YouTubeur, nous fait l’honneur de venir interpréter son apparition sur “Takoyaki”. Un fan est même choisi dans l’audience afin d’être, avec son accord, le “Pauv’ Connard” d’un soir sur la chanson du même nom. Plus tard dans la soirée, Andréas, d’Andréas & Nicolas, autre projet de Fetus, rejoint le groupe pour chanter l’incontournable “Je Collectionne Des Canards (Vivants)”, un moment absolument déjanté qui finit en crowdsurf pour ce dernier.

La bande s’éclipse avant de revenir sur scène, vêtus de leurs fameuses combinaisons de travail grises. Les bruits de klaxon ne trompent pas, c’est bien l’heure de “Kammthaar” ! Un joyeux bordel s’installe à nouveau sur “Quand J’Etais Petit” et ses riffs endiablés.

La soirée se termine avec “Évier Metal”, la parodie d’Iron Maiden, qui semble aussi faire l’unanimité, une personne dans l’assemblée est même venue accompagnée de son évier maison. Le groupe choisi ses sosies dans la foule avant de se laisser porter par celle-ci pour réaliser la photo rituelle de fin de concert avant de quitter une fois pour toute la scène du théâtre.

Ultra Vomit, longtemps considéré comme un ovni de la scène metal française, ne cesse de prouver son talent. Sa créativité, son humour et son jeu de scène sont vraiment un cocktail détonnant pour passer une soirée de pure rigolade. Les Nantais ont réussi à fédérer un public qui aime les gros riffs et se marrer, autant dire que le pari était quand même risqué et osé. Un retour neuf ans après le dernier opus “Objectif : Thunes” qui est un succès incontestable pour le quatuor qui a annoncé une date à l’Olympia l’an prochain, rien que ça. On vous donne rendez-vous là-bas !

Setlist :

Darry Cowl Chamber
Les Bonnes Manières
Un Chien Géant
E-TRON (Digital Caca)
Mechanical Chiwawa
Je Ne T’Es Jamait Autans Aimer
Mountains Of Maths
Pauv’ Connard
Calojira
Takoyaki
Boulangerie Pâtisserie
Jack Chirac
La Marseillaise
Pipi VS Caca
Batman VS Predator
Welcome To The Jingle
Je Possède Un Cousin
Une Souris Verte
La Ch’nille
La Bouillie IV
Improvisation
Keken
Anthracte
I Like To Vomit
Je Collectionne Des Canards (Vivants)
—-
Kammthaar
Quand j’Etais Petit
Evier Metal