ReportsSlideshow

TY SEGALL @ La Cigale (10/10/19)

Ty Segall était de retour à La Cigale avec le Freedom Band à l’occasion de la sortie de “First Taste” paru le 2 août dernier. Pour fêter ça : deux soirées, pendant lesquelles il joue son nouvel album et un ancien sélectionné dans sa discographie. Nous y étions le 10 octobre, et avons eu droit à “Manipulator” (2014), autant vous dire qu’on était ravi.

Axis: Sova, kids de l’Illinois

En attendant le groupe, la première partie est assurée par AXIS: SOVA, dont le dernier album est sorti sur le label God? Records, micro-label de… Ty Segall. Tout droit venu de Chicago pour leur première en France, les trois garçons se situent entre garage rock et power pop. Les deux guitaristes et le bassiste, accompagnés d’une boite à rythmes, ouvrent les hostilités devant une salle clairsemée, curieuse.

Le trio débute timidement, les musiciens sont statiques et échangent peu avec la salle. Il faut dire qu’ils n’ont pas un espace immense devant les instrument du Freedom Band déjà installés sur la scène. Ambiance guitare et larsen, ça se dandine gentiment dans la fosse qui se remplit doucement. La sauce prend en milieu de set, on sent la formation énergique, qui commence à dialoguer un peu vers la fin. Rien de nouveau sous le soleil avec cette première partie donc, mais une entrée en matière qui n’a pas à rougir.

Ty Segall, pour tous les goûts

Voilà enfin TY SEGALL et le Freedom Band qui entrent en scène. Pas de temps pour les chichis, ils démarrent aussitôt avec le dernier album en date du hyper productif Ty Segall, “First Taste”.

Sous des lumières rouges placées assez basses, le concert prend des airs un peu plus intimistes qu’offre La Cigale. Dès le premier morceau, le chanteur alterne entre guitare et batterie, nouveauté du dernier disque. Au troisième morceau, “Ice Plant”, on commence déjà à sentir la salle se chauffer un peu plus.

Tous les musiciens ont leur place dans ce set : les batteries se répondent, les guitares jouent sur du larsen et un saxophone saturé accompagne le son “garage” du groupe. Puis à partir du moment où les baguettes échappent des mains du chanteur qui finit par les jeter dans la fosse, des objets commencent à voler un peu partout. On retrouve l’ambiance si spéciale des concerts de Ty Segall : c’est bordélique, toujours bon enfant.

Le retour aux sources

A mi-parcours, changement de décor. Les lumières éclairent la scène entière et donnent la sensation d’un plus gros concert. Le groupe entame “Manipulator”. Et le public reprend ses droits.

Tout le monde est debout, un grosse partie de la fosse n’est plus qu’un gros pogo. L’ambiance est électrique, et, comme à son habitude, Ty Segall continue son set en regardant les fans défiler sur scène pour se jeter dans la foule. On ne les compte plus, et surtout on ne compte plus les chutes qui font marrer le groupe.

On retrouve le Ty de la première heure, qui balance sa guitare devant les amplis, sa voix ultra saturée et les riffs énervés. La fin du set va vite, les morceaux les plus connus comme “It’s Over”, “The Hand” ou “The Feels” s’enchaînent sans transition. Ils prennent l’assemblée à bras-le-corps, et il règne comme une ambiance vintage. Quelques briquets s’allument aux (rares) moments calmes du concert, un string atterri même sur scène aux pieds du chanteur. Pas de doute, on y est.

Pour le rappel, la formation revient jouer “She”, titre de “Freedom’s Goblin” (2018). Même si les musiciens sont loin d’être bavards sur scène, la connexion avec l’auditoire est évidente. Un salut de la main et Ty Segall disparait de la scène.

Au final, un concert de Ty Segall c’est bordélique, bourré d’énergie et bienveillant. Tout ce qu’on a vu ce soir, un vrai plaisir !

Ty Segall Setlist La Cigale, Paris, France 2019

Ecrire un commentaire