Reports

TWO DOOR CINEMA CLUB @ Casino De Paris (27/02/17)

Le trio nord-irlandais Two Door Cinema Club était de retour dans la capitale, au Casino De Paris pour défendre son troisième album, “Gameshow” sorti le 14 octobre dernier. Un concert en demi-teinte marqué par deux excellentes premières parties.

Les Australiens de PARCELS entament gaiement la soirée. Avec leurs looks de Beatles surfeurs et leurs mélodies entraînantes et joyeuses, ils n’ont aucun mal à chauffer la salle. Dynamique et appliqué, le quintette offre des morceaux de son premier EP “Hideout” mélangeant pop, disco et électro funk. Le charme opère rapidement tant le set est efficace et les garçons sympathiques. La complicité entre Patrick Hetherington (claviers), Louie Swain (claviers), Noah Hill (basse), Jules Crommelin (guitare) et Anatole Serret (batterie) est évidente et ces derniers s’adressent plusieurs fois à leur public, non sans humour. Difficile de ne pas danser sur de telles mélodies !

BLAENAVON (prononcez bline-av-un) succède à Parcels. Porté par la superbe voix de son guitariste Ben Gregory, le trio britannique hypnotise. Quelques fleurs coupées sont nouées au pied de micro du chanteur qui joue avec ses longs cheveux et affiche une moue boudeuse en grattant sa guitare à motifs paon. Entre indie pop, rock et jazz, les morceaux sont à la fois poétiques et énervés. Le batteur Frank Wright, habité par la musique, donne des coups de pieds dans les airs et ne tient pas en place sur scène, rejoint par moment par le frontman qui se laisse emporté par ses propres riffs de guitare. Quant au batteur, Harris McMillan, on regrette que la disposition scénique l’ait relégué dans un coin. Dommage que l’auditoire ait été moins réceptif aux Anglais.

Avec un quart d’heure de retard, TWO DOOR CINEMA CLUB démarre enfin son set, sous un tonnerre d’applaudissements. La scène est organisée en triangle et entourée de sept écrans verticaux où seront diffusées divers images tout au long de la soirée : des jeux de lumières, des étoiles, des formes géométriques, des images plus psychédéliques et des dessins. Le lightshow est impeccable et en met plein les rétines. Alex Trimble (chant/guitare), Kevin Baird (basse/chant) et Sam Halliday (guitare/chant) occupent le devant de la scène tandis qu’au fond un autre musicien (basse/synthétiseur) et un batteur se donnent généreusement. Si Kevin est appliqué et Alex égal à lui-même, bien que se regardant un peu trop jouer, Sam a l’air d’être celui qui prend le plus de plaisir ce soir, affichant un sourire aux lèvres permanent.

Si le début du concert est énergique et marqué par des morceaux très efficaces “Undercover Martyn” et “Changing Of The Seasons”, on s’ennuie un peu après “Bad Decisions”. Le tout est certes maîtrisé mais manque d’un certain entrain et de spontanéité. Et les morceaux s’enchaînent. Heureusement, la fin de set rattrape ce petit passage à vide, notamment sur les derniers enchaînements de chansons : l’incontournable “Sun” qui électrise le Casino De Paris, “Someday” et “What You Know”.

Si les trois amis communiquent assez peu entre eux, ils s’adressent plusieurs fois à leur audience. “Paris, long time no see!”, s’exclame Alex en début de set. Et pour cause, après un break de quatre ans, TDCC n’était pas revenu à Paris depuis 2013, excepté pour un passage à Rock En Seine cet été. C’est donc devant des fans trépignants et surexcités que le trio d’électro-pop-disco se représente ce soir. Une foule qui chante en choeur sur les morceaux les plus connus, “Sun” en tête, tape en rythme dans ses mains, saute et crie sans hésitation.

  

TDCC n’aura joué qu’une heure quinze et de façon assez inégale. Toutefois, plusieurs morceaux ont très bien fonctionné et le spectacle visuel a permis de rattraper quelques faiblesses de prestation. Parcels et Blaenavon se sont quant à eux démarqués comme deux choix judicieux de premières parties par leur originalité et leur fougue. Prometteur !

Setlist :

Cigarettes In The Theatre
Undercover Martyn
Do You Want It All?
This Is The Life
Changing Of The Seasons
Bad Decisions
Lavender
Next Year
Come Back Home
Ordinary
Something Good
Are We Ready? (Wreck)
Gameshow
Sleep Alone
I Can Talk
Eat That Up, It’s Good For You
Sun
—-
Someday
What You Know