Reports

TWENTY ONE PILOTS @ Le Trabendo (11/11/15)

Pile poil un an après son dernier concert parisien à La Maroquinerie et près de six mois après avoir envahi les radios des tubes de “Blurryface”, le duo hybride Twenty One Pilots était de retour mercredi dernier dans la capitale française, le jour des Commémorations du 11 Novembre. En constante évolution sur notre territoire, ce fut, cette fois-ci, la salle du Trabendo qui eut le droit d’accueillir les musiciens dans un secteur relativement chargé, concert de Deep Purple au Zénith oblige. C’est, cependant, face à un public plus jeune et homogène que les Américains ont joué de leur charme.

Sur les coups de 20h, le Sud-Africain JEREMY LOOPS investit la scène. Armé dans un premier temps d’une simple guitare, de pédales de loop et d’un modulateur vocal, celui-ci s’en sort plutôt bien dans la tâche difficile de chauffer l’audience seul. Comparable à un Ed Sheeran mélangé à une culture africaine prononcée, le guitariste se retrouve vite accompagné d’amis sur la piste, tel un collectif de musiciens composé d’un saxophoniste, d’un rappeur et d’un batteur. Un changement d’ambiance somme toute intéressant qui sera, à la fin de sa demi-heure de set, vivement félicité par la fosse.

Quarante-cinq bonnes minutes plus tard, à l’heure où les derniers retardataires font leur apparition dans l’enceinte du Trabendo, les lumières s’éteignent une nouvelle fois pour laisser place à TWENTY ONE PILOTS, l’acte principal du spectacle. Déguisés et avec certaines parties du corps colorées de noir, Josh Dun (batterie) et Tyler Joseph (chant/ukulélé/piano) débarquent sur les planches, ce dernier s’installant d’abord derrière un micro pendant du plafond tel un punching ball afin de démarrer “Heavydirtysoul”. L’assemblée, éclectique et plus généraliste que les fois précédentes, se lance alors dans une transe musico-numérique qui durera tout le concert et qui consiste à remuer sur place, chanter à tue-tête le plus de paroles possibles, tout en photographiant chaque instant, chaque nouvelle action. En parallèle à cela, Joseph prend à cœur d’interpréter en direct le personnage de “Blurryface”, tel qu’il nous l’a décrit lors de notre entretien, à travers des mimiques de mal-être, la manifestation physique de son emprise ainsi que l’indifférence éprouvée envers le reste du monde. Tout en musique, bien évidemment.

A l’honneur ce soir, on retrouve en tête le quatrième album et dernier en date, “Blurryface”, connu du bout des doigts de la part de la fosse (“Stressed Out”, “We Don’t Believe What’s On TV” qui enclenchera la vague ukulélé de la soirée et l’utilisation de cuivre par Josh Dun), suivi de près par le précédent disque “Vessel”, malgré tout bien représenté par ses tubes, à l’instar de “Holding On To You” et “Migraine”, qui est chanté en partie uniquement par l’audience. Preuve que le duo américain était attendu dans notre capitale. Les lumières, elles-aussi, s’adaptent à la thématique de la soirée, avec des dominances de rouge et de bleu. Peu bavards sur les bords (les présentations officielles du groupe n’auront lieu qu’à la toute fin du concert), les deux amis s’amusent plutôt côté scène, entre changement d’instruments pour le chanteur qui passe par les cases piano, basse et ukulélé et explosion de fûts de la part de Dun. L’aspect polyvalent des instrumentistes est particulièrement fort lors de l’enchaînement “The Judge”, fini en piano voix, et “Lane Boy”, chanté sous un drap et au bridge électro magnifié par des effets de fumées et un solo de batterie digne de ce nom. Le son hybride de cette formation semble toujours leur convenir à merveille, tant les musiciens s’en sortent plus que bien malgré une voix parfois effacée par les basses fréquences.

Enfin, afin de sonner la fin de la récréation et en guise de rappel après le culte “Car Radio” interprété débout sur le piano, Twenty One Pilots puise dans ses dernières forces pour donner intensité et puissance à “Goner” et “Trees”, joué à même la fosse, sur des planches en guise de scène.

Encore une belle soirée pour le duo américain signé chez Fueled By Ramen : une fosse au rendez-vous, une setlist actuelle et une présence scénique atypique. Qu’à cela ne tienne, les musiciens de Twenty One Pilots seront de retour en France en février prochain, dont un au Bataclan. Attention donc de ne pas louper une nouvelle fois votre chance !

Setlist :

Heavydirtysoul
Stressed Out
Guns For Hands
Migraine
Polarize
House Of Gold
We Don’t Believe What’s On TV
Can’t Help Falling In Love
The Judge
Lane Boy
Doubt
Holding On To You
Ride
The Run And Go
Tear In My Heart
Car Radio
—-
Goner
Trees