Reports

THE PRETTY RECKLESS @ Le Trianon (08/06/11)

Après avoir enflammé le VIP Room pour un showcase privé en mars dernier, le quatuor rock new yorkais porté par la sulfureuse Taylor Momsen est de retour dans la capitale, au Trianon, qui affiche complet.

Ce sont les parisiens de Bunny & Cloud qui ouvrent le bal. Certains membres arborent un masque, tandis que SEB (chant) ne cache pas son enthousiasme et sa reconnaissance face au public qui leur réserve un accueil plutôt chaleureux. Il faut dire que cette première partie est une jolie surprise, puisque B & C n’est pas un énième groupe français qui se la joue rock. Il y a ici un son bien particulier, énigmatique et vraiment prenant. Le frontman avoue que c’est son anniversaire, et sans plus attendre, tout le Trianon se met à chanter “Joyeux Anniversaire”, qui devrait lui rester comme un moment fort en émotion. Après trente minutes de concert, on en oublie presque que les Pretty Reckless vont ensuite débarquer, tant le style musical est différent.

Alors pour nous replonger dans le son des grosses guitares, rien de mieux qu’une bande sonore qui résonne dans la salle jusqu’à ce que le groupe arrive… soit 1h15 plus tard. L’attente est longue, trop longue, et les sifflements fusent dès qu’une nouvelle chanson commence. Les Taylor Momsen en devenir qui peuplent la salle s’impatientent et se mettent à scander le nom de leur modèle… Ces dernières s’extasient à la vue de l’inscription “The Pretty Reckless” qui apparait dans le fond de la scène. L’excitation est palpable, et quand les lumières s’éteignent enfin, on regrette de ne pas avoir amené des boules quies, non pas pour le son des instruments, mais pour les cris stridents des fans en furie qui voient Taylor Momsen débarquer en petite tenue. C’est parti pour “Since You’re Gone”, qui envoie du lourd. Une nouvelle fois, le quatuor américain nous prouve qu’il a de la crédibilité, et qu’il ne se repose pas entièrement sur l’image de la chanteuse. “Zombie”, qui est sans conteste l’un des meilleurs morceaux du combo est reprise en chœur par le public, tandis que Taylor nous démontre toute la force de sa voix sur le dernier refrain. L’atmosphère se calme un peu sur “Light Me Up”, mais ce ne sera que de courte durée, puisque dès les premières notes de “Miss Nothing”, la foule du Trianon saute partout et en fait trembler le sol. On entend à peine la voix de Taylor, couverte par les fans qui hurlent les paroles. Sur “Just Tonight”, dernier single en date, certains sortent leurs briquets et leurs téléphones. Puis, la new yorkaise demande à l’assemblée s’il y a des fans d’Oasis et de Muse. Timide réponse de la fosse… Est-ce parce que personne n’a compris sa question ou parce que le public est tout simplement trop jeune pour connaitre ces références, le mystère demeure. Quoiqu’il en soit, cela n’empêche pas les musiciens de nous offrir un mix “Supersonic/Time Is Running Out” qui est plutôt réussi, malgré le manque de réaction de la part de l’audience. Mais celui ci retrouve tout son enthousiasme sur “Goin Down” sur lequel, tradition oblige, la chanteuse invite deux demoiselles à monter la rejoindre sur scène. Les deux jeunes filles se retrouvent en soutien-gorge, dansent et se frottent à la Gossip Girl. Un joli moment pour les mecs de la salle qui dégainent leurs appareils photos, et un moment un peu plus gênant pour les parents qui sont venus accompagner leurs enfants. C’est ensuite au tour de “My Medicine”, puis du fameux “Make Me Wanna Die”, repris en chœur par les fans, qui font là encore trembler le sol de la salle parisienne. Le show se termine par l’énergique “Factory Girl” et la douce “Nothing Left To Lose”, que les membres de la formation jouent de façon intimiste, tous réunis ensemble au milieu de la scène. Puis, les lumières se rallument, après seulement 55 minutes de show… On aurait aimé avoir deux ou trois chansons de plus, histoire d’avoir eu le droit à un concert aussi long que l’attente entre les deux actes musicaux.

The Pretty Reckless nous prouve une fois de plus qu’il est dans son élément en étant sur scène. Cela dit, bien que musicalement et vocalement il n’y ait rien à redire, on a l’impression qu’ils se reposent un peu sur leurs lauriers, et on aimerait en voir plus. On attend avec impatience la sortie de nouvelles compositions, qui devrait permettre aux new-yorkais d’allonger un peu leur setlist, on l’espère.

Setlist :

Since You’re Gone
Zombie
Light Me Up
Miss Nothing
Just Tonight
Supersonic /Time Is Running Out
Goin’ Down
My Medicine
Make Me Wanna Die
Factory Girl
Nothing Left To Lose

Crédit photos : Baptiste Fernandez

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife