ReportsSlideshow

THE AUSTRALIAN PINK FLOYD SHOW @ La Seine Musicale (14/04/19)

Ce dimanche 14 Avril, le cover band The Australian Pink Floyd était de passage à Paris pour présenter son nouveau spectacle, “All That You Love”. Une fois de plus, le tribute band nous a montré sa grandeur.

Entre ombres et lumières

19h10. Les lumières de la salle s’éteignent, celles sur scène s’allument. Le groupe commence la première partie du show avec “Obscured By Clouds”. Un immense drap blanc cache tout ce qu’il se passe derrière. Avec un magnifique jeu d’ombres et de lumières, les silhouettes des musiciens apparaissent sur le voilage. Des cercles bleus s’animent sur le drap, bougeant en rythme et se mariant avec les ombres du groupe.

Le drap tombe. Le groupe enchaîne avec “When You’re In” (tirée également de l’album “Obscured By Clouds” (1972)) puis poursuit avec quelques titres de “The Wall”, dont “In The Flesh?”, “The Happiest Days Of Our Lives”, “Another Brick In The Wall”. Un immense ballon gonflable en mouvement surplombe la scène. C’est bien évidemment, la fameuse figure du “teacher”. Haute de plusieurs mètres, aussi terrifiante que dans le clip.

Le spectacle se poursuit avec deux chansons tirées de “Wish You Were Here” (1975), puis le chef-d’oeuvre “The Dark Side Of The Moon” (1973). “The Great Gig In The Sky” ouvre ce bal. Trois choristes viennent sur scène afin de reproduire l’exploit de Clare Torry quelques années en arrière. Les frissons sont bel et bien là. Chacune a sa partie et toutes les maîtrisent à la perfection. C’est un moment hors du temps. Cette première partie se terminera sur “Eclipse”. S’ensuivent vingt minutes d’entracte non négligeables pour se remettre des émotions passées.

Une reprise grandiose

20h30. Reprise du show. Les premières notes de “Shine On You Crazy Diamond” retentissent. Applaudissements et autres cris de joie se font entendre dans le public. On aurait adoré avoir la version longue de plus de vingt-huit minutes, mais seules les parties une à cinq seront jouées. Les musiciens sont merveilleux. On croirait avoir les vrais Floyd devant nous ! L’âme de Syd Barrett plane dans la salle. De jolies photos de lui et des Pink Floyd sont projetées sur l’écran géant (qui est le même que celui utilisé par David Gilmour durant ses tournées).

Arrive enfin un morceau de “Animals” (1977), “Pigs (Three Different One)”. Sur l’écran géant apparait la mythique usine de la pochette, et le fameux kangourou de The Australian Pink Floyd qui la survole. Des messages y sont également projetés (façon show de Roger Waters) comme “We are all bord equal” ou encore “Pig Brother is watching you”.

Les musiciens reprendront également “Time”. Les lasers sont verts fluorescents et blancs et bougent au rythme de la batterie. Ça tape dans la cage thoracique, c’est fabuleux. Tout d’un coup, le vent. On reconnaît de suite l’intro de “One Of These Days” et la ligne monstrueuse de basse. Deux techniciens montent sur scène, aussi discrets que possible pour gonfler l’énorme mascotte du groupe : un kangourou géant, qui sautera sur place en suivant la batterie.

Une fin en apothéose

Le groupe annonce que la fin du show est proche, il nous remercie et les notes de “Run Like Hell” explosent. La basse magistrale là aussi résonne, le public applaudit en rythme, se lève, danse. Les membres sortent de scène et reviennent pour le rappel tant attendu. Et c’est évidemment “Comfortably Numb” qui clôturera ce set incroyable.

Un peu plus de deux heures de concert fabuleux. Tant du point de vue des musiciens, passionnés et passionnants, que des lumières hyper colorées, psychédéliques comme l’étaient celles du Floyd.

Mention spéciale pour les chanteurs ! Brillants avec des voix vraiment très proches de celles de David Gilmour ou Roger Waters. Pour les amoureux des Pink Floyd, ayant eu la chance ou non de voir le groupe sur scène ou les artistes en solos, ne cherchez plus et foncez voir The Australian Pink Floyd, qui vous donneront l’illusion parfaite d’être devant le Floyd originel.

The Australian Pink Floyd Show Setlist La Seine Musicale, Boulogne-Billancourt, France 2019, All That You Love

Ecrire un commentaire