ReportsSlideshow

TEMPLES @ Le Trabendo (20/11/19)

Après la sortie de son très bon troisième album “Hot Motion”, Temples est parti en tournée pour défendre ses nouveaux titres. Son passage au Trabendo rappelle combien le groupe déménage sur scène. On a vite compris pourquoi le concert était bien complet !

Première partie toute douce

ANNI B SWEET est une jeune auteure-interprète espagnole, et c’est elle qui monte sur scène en premier, avec ses musiciens. Elle s’adresse au public, de sa voix légère, aux airs fragiles. Pourtant une fois lancée, elle démontre une capacité à jouer avec les sons, surprise agréable. Le set est relativement calme, les applaudissements timides.

Mais les derniers morceaux sont plus énergiques. Elle utilise d’ailleurs un micro qui sature sa voix, donnant une tonalité un peu plus rock. On sent tout de même l’esprit Temples, avec des claviers rêveurs, voire parfois planants. Anni B Sweet a relevé le défi de la première partie avec les honneurs !

Lâcher les chevaux

A 21h pile, les lumières s’éteignent et TEMPLES monte sur scène. Un salut de la main, et les guitares résonnent. Le groupe ouvre le bal avec “The Howl”, l’un des titres du nouvel album “Hot Motion“, qui a le mérite d’annoncer la couleur. L’ambiance dans la salle est déjà électrique, et les titres s’enchaînent facilement. Sur scène, l’alchimie entre James Bagshaw (chant/guitare) et Thomas Warmsley (chant/basse), le coeur du trio, ne fait aucun doute. Ils se font quelques blagues, la formation s’amuse et sa bonne humeur est communicative.

Les morceaux sont entrecoupés de quelques mots lancés à la salle, d’anecdotes de tournée. On alterne entre des titres anciens et tirés du nouveau disque, et pour la plupart, l’assemblée en connait les paroles. L’ambiance est à la fête, dans les embruns des années 60. On ne nous avait pas menti, les Temples savent tenir leur auditoire !

Bêtes de scène

Il faut savoir que Temples n’est pas là pour rejouer ses albums à l’identique. Si entendre les plus grands titres du groupe fait plaisir, comme “Certainty”, le voir sortir des lignes avec de longs solos de guitare est encore mieux. Les notes psychédéliques ont des airs de Tame Impala, mais Temples possède cette touche électrique brute qui le rend unique.

Le pic arrive en seconde partie de concert, quand les musiciens entament “Holy Horses”, puis quelques morceaux plus tard, “Hot Motion”. Le dernier album fait indéniablement un bel effet sur scène, plus porté sur les guitares. Les premiers rangs s’agitent, on voit même une tentative (ratée) d’un slam vers la fin, sur “Shelter Song”.

Les musiciens reviennent jouer “Mesmerise”, qu’ils allongent à l’extrême avec des guitares sonores et cheveux secoués, les Anglais quittent la scène après une heure et demie de show.

Temples aura offert un très bon show au Trabendo. Le trio britannique est à voir sur scène; sa bonne humeur est contagieuse et le public fidèle. La musique de Temples prend vie en live, le groupe est créatif, généreux et électrique !

Temples Setlist Le Trabendo, Paris, France 2019

Ecrire un commentaire