Reports

STATE CHAMPS @ Backstage By The Mill (29/09/15)

C’est dans un Backstage relativement bien rempli que se tenait LA date pop punk de la rentrée, avec au programme les Américains de State Champs, accompagnés pour l’occasion de Knuckle Puck, des jeunes ROAM de Eastbourne et de nos Parisiens de Atlas For Home.

Le coup d’envoi est donné par la jeune formation ATLAS FOR HOME qui relève avec brio le challenge d’ouvrir la soirée. Le quatuor interprète ses morceaux pendant une petite demi heure avec aisance et dynamisme devant un public réceptif et constitué d’un bon nombre de fans. L’alchimie évidente entre les musiciens communique une énergie positive correspondant pleinement à l’atmosphère des morceaux. Le frontman Valentin ne manque pas de charisme en remerciant chaleureusement l’audience et en présentant tous ses musiciens avant d’adresser un dernier refrain et de quitter la scène.

Après une demi heure de changement de plateau, place au quintette britannique ROAM, signé il y a à peine un an chez Hopeless Records (The Used, New Found Glory, Neck Deep). Digne représentant du pop punk nouvelle génération, le combo a déjà sa fan base à Paris, même si quelques opinions controversées peuvent se faire entendre dans l’auditoire. Pour son second passage dans la capitale après la première partie de Man Overboard en avril dernier, ROAM propose un set efficace, dans la bonne humeur et l’énergie; l’assemblée danse, chante et quelques uns des plus téméraires s’offrent des crowdsurfings sur les premiers rangs. Pendant sa demi heure de set, le groupe joue pas moins de neuf morceaux, piochant dans ses deux EP, “Head Down” (2013) et “Viewpoint” (2015). La formation annonce qu’elle reviendra l’année prochaine, ce qui ne manque pas de réjouir la foule et quitte la scène après son dernier morceau, “Head Rush”.

La salle s’est partiellement vidée quand les Américains de KNUCKLE PUCK originaires de Chicago montent sur scène. C’est toutefois devant quelques rangs survoltés devant la scène que le groupe entame son set. La température monte d’un cran (au sens propre, à cause d’une panne de climatisation dans la salle), et l’atmosphère se fait plus poisseuse, ce qui ne décourage pas les fans les plus fidèles aux premiers rangs. La salle se remplit doucement au fil du set pendant lequel Knuckle Puck interprète une poignée de titres tirés de son EP “While I Stay Secluded” (2014) et de son album “Copacetic” (2015). La bonne humeur règne dans le Backstage et les musiciens, bien que tous très jeunes, témoignent d’une réelle maîtrise de leur musique; la prestation est impeccable, aussi bien musicalement que vocalement. Knuckle Puck laisse derrière lui une audience ambiancée et en sueur, prête à donner ce qu’il lui reste d’énergie sur le dernier set.

Quelques changements matériels et la tête d’affiche de la soirée monte sur scène sans plus attendre. STATE CHAMPS est accueilli à bras ouverts et pleins poumons par un public conquis d’avance. Le quintette entame son show sur son tout nouveau morceau, “All You Are Is History”, sorti il y a quelques semaines; la réaction est immédiate et les spectateurs s’en donnent à coeur joie, connaissant déjà les paroles. Avant d’enchaîner, le frontman Derek DiScanio demande qui dans la salle connaît l’album “The Finer Things”, les réactions sont multiples et le combo joue “Remedy” devant des fans déchaînés. La foule connaît par coeur les paroles des morceaux, l’ambiance est à la fête, les stagedivings et les crowdsurfings ne se comptent plus. Sur l’intro de “Deadly Conversation”, DiScanio chante les premiers mots et le public continue en choeur a capella “we’re indifferent to this deadly conversation, I know you know we both know that it’s…” dans un effet de masse efficace et saisissant. Les Américains enchaînent les morceaux extraits de “The Finer Things” (2013), avec “Simple Existence”, “Easy Enough”, “Nothing’s Wrong” et “Hard To Please”. La chaleur est insoutenable, mais les musiciens n’en démordent pas et gardent le sourire. En rappel, le quintette joue son nouveau titre “Losing Myself” et termine son concert en beauté sur le single “Elevated”, pendant lequel l’assemblée envahit la scène et danse avec le groupe dans la fête et la bonne humeur comme le veut la tradition pop punk.

Pour un premier passage à Paris, State Champs aura mis le feu au Backstage. Malgré la chaleur, c’est face à un public ultra réceptif que le groupe américain s’est produit, soutenu par trois formations solides, qui ont reçu un tout aussi bon accueil. L’ambiance, que ce soit dans la fosse ou sur scène, était festive et joyeuse, sans rien retirer à la précision et à la justesse des musiciens. La qualité des sets de ROAM, Knuckle Puck et State Champs en font trois formations à suivre de près !

Setlist :

All You Are Is History
Remedy Secrets
Prepare To Be Noticed
Deadly Conversation
Simple Existence
Easy Enough
Nothing’s Wrong
Hard To Please
—-
Losing Myself
Elevated