ReportsSlideshow

STARSET @ La Machine Du Moulin Rouge (15/02/20)

Samedi 15 février, Starset se produisait sur la scène de La Machine Du Moulin Rouge. Presque deux ans après le dernier passages dans la capitale en tant qu’headline, les fans des Américains étaient plus qu’impatients. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas été déçus !

De l’énergie à revendre

Les portes ouvertes à 18h30, les nombreuses personnes ayant attendu à l’extérieur sont accueillies par un DJ set pour un warm up de qualité. C’est à 19h30 que les choses sérieuses commencent. Pas de première autre que le DJ set, Starset arrive sur scène devant un public déjà chaud bouillant.

Avec Starset, rien n’est laissé au hasard. Tout est travaillé : visuels, tenues, lumières. Rien de surprenant donc quand l’entrée est orchestrée pour faire monter la pression. Siobhán Cronin et Zuzana Engererova (respectivement violoniste et contrebassiste, présentes que lors des tournées) arrivent sur scène les têtes cachées par une capuche. Brock Richards (guitare), Ron DeChant (basse) et Adam Gilbert (batterie), arrivent par la suite, têtes cachées aussi.

Les lumières s’éteignent. Une fois la scène de nouveau éclairée, Dustin Bates (chant) se tient à présent au centre. Le show de 1h30 commence.

Les chansons s’enchainent mais le groupe n’en oublie pas pour autant de remercier ses fans pour leurs présence et soutient. La salle chante et se donne à fond, à l’instar de la formation. Bates ira même chanter au milieu de la foule “My Demons” pour bien finir la soirée.

Un spectacle de qualité

Le spectacle est au niveau des espérances. Avec les jeux de lumières, les tenues et les projections sur l’écran à l’arrière de la scène, la salle est vite transportée dans l’univers unique de Starset. Les Américains font tout pour passer leurs messages sur la science et la technologie, qui bouleversent nos vies.

Musicalement, tout est au point. Guitare, basse, batterie sont parfaitement réalisées, les violons et violoncelles rajoutent un petit quelque chose qui fait tout, et la voix de Dustin Bates est plus au point que jamais.

Après douze chansons, une pause de cinq minutes est prévue. Un compte à rebours sur l’écran à l’arrière de la scène fait monter la pression. On aurait pu penser que la folie de l’audience allait redescendre avec cette pause. Or il n’en est rien. Ces minutes écoulées, la formation revient avec de nouvelles tenues et plus en forme que jamais, et ce devant un auditoire toujours aussi énergique. Cette énergie ne retombe pas.

Niveau setlist, tous les albums sont présents. Cependant le dernier disque, “Divisions”, est hautement représenté comme avec “MANIFEST”, “ECHO”, et “PERFECT MACHINE”. Entre anciennes et nouvelles chansons, deux reprises sont partiellement jouées (“Kashmir” de Led Zeppelin et “Thunderstruck” d’AC/DC). Des interludes instrumentaux sont aussi interprétés par les musiciens, donnant ainsi lieu à de beaux moment musicaux.

Ce show, sold out, a donc été un spectacle unique pour les fans présents. Un bémol ? Peut-être le manque d’un morceau plus calme. Cependant, pas d’inquiétude à avoir, ce n’était pas assez important pour faire de ce concert un spectacle de moins bonne qualité. La foule est donc partie certes tôt (vers 21h) mais plus qu’heureuse de ce voyage dans l’univers de Starset. Les fans n’espèrent plus qu’une chose : revoir rapidement les Américains en France !

Starset Setlist La Machine du Moulin Rouge, Paris, France, Divisions European Demonstrations 2020

1 Commentaire

Ecrire un commentaire