ReportsSlideshow

SLEEPING WITH SIRENS @ La Maroquinerie (11/11/19)

Pour son “How It Feels To Be Lost Tour”, Sleeping With Sirens a fait un arrêt explosif à Paris, dans une Maroquinerie pleine à craquer !

Il n’est même pas encore 18h30 et déjà, la queue devant La Maroquinerie est impressionnante. Les fans sont venus en masse pour voir Sleeping With Sirens ce soir et ne cachent pas leur impatience. Le concert affiche d’ailleurs complet. Cela n’a rien d’étonnant quand on connaît l’affiche du jour.

A 19h pile, les Anglais de SHVPES montent sur la scène. Chez les Dickinson, la musique est une histoire de famille et Griffin, fils du célèbre chanteur d’Iron Maiden, Bruce Dickinson, ne fait pas exception. De sa voix posée et maîtrisée, il chauffe doucement mais sûrement le public, particulièrement réceptif ce soir. Il faut dire qu’il fait tout pour mettre l’ambiance en montant sur la batterie ou en faisant chanter les autres membres du groupe.

Les premiers mosh pits se font voir et l’audience a l’air d’apprécier le mélange metalcore et hip hop/rap de la formation. Pour la dernière chanson, le chanteur demande à tout le monde de lever les mains. La salle s’exécute sans se faire prier, ce qui fait lâcher à Griffin un “magnifique !” avant d’interpeller par un “bonsoir” les quelques spectateurs qui se montrent un peu réfractaires afin de les pousser à rejoindre le mouvement.

C’est la fin de la première des trois premières parties annoncées ce soir. Les lumières se rallument et déjà, le second groupe, HOLDING ABSENCE, s’installe sur scène. Après quinze minutes d’essais de son un peu chaotique, le set commence.

Malgré une bonne énergie et la volonté de livrer une prestation à la hauteur, les garçons ont plus de mal à maintenir l’attention de l’auditoire, qui commence à trouver le temps long. C’est la première date sur la tournée de Sleeping With Sirens pour la jeune formation galloise, sans doute prometteuse, mais pas encore suffisamment au point pour fédérer à 100%.

Puis, c’est au tour de la troisième et dernière partie de prendre le relais. Les Américains de PALISADES débutent leur set et parviennent à bien remotiver la salle avec leur mélange de metal et d’électro. La reprise du “One Step Closer” de Linkin Park, en hommage au regretté Chester Bennington, finit de mettre tout le monde d’accord et l’ensemble de l’audience se joint à eux pour chanter les paroles.

21h30. SLEEPING WITH SIRENS fait enfin son entrée sous les cris et les acclamations de la foule qui attend ça depuis quand même 2h30 maintenant. Le quatuor débute le concert avec “Leave It All Behind”, premier extrait de son nouvel album “How It Feels To Be Lost“, paru en septembre dernier. Les fans connaissent les paroles par cœur et les crient à tue-tête avec Kellin Quinn. Pendant une heure, le groupe alterne entre anciens et nouveaux morceaux, permettant à Quinn de démontrer la puissance et la parfaite maîtrise de sa voix si particulière, notamment sur “Blood Line”, son morceau préféré du dernier disque, comme il le précise.

La formation ne boude pas son plaisir d’être sur la scène parisienne. “Avec tous les sales trucs qui se passent dans le monde actuellement, ce soir on est là pour passer un bon moment ensemble, on est une famille”, lance le frontman.

Engagé dans différents combats qui lui tiennent à cœur, comme le suicide chez les adolescents, la solitude ou la dépression, il délivre d’ailleurs plusieurs fois dans la soirée des messages de paix et d’acceptation : “Ne laissez personne vous dire comment vous devez être, qui vous devez aimer, soyez seulement vous-même”. Ça peut paraître un peu cliché mais ça fait du bien de l’entendre et l’assistance semble totalement d’accord avec les mots de Quinn.

De l’ancien “Better Off Dead” aux plus récents “Another Nightmare” ou encore “Agree To Disagree”, les fans hurlent les paroles et le chanteur, probablement poussé par l’enthousiasme non contenu de la foule, n’hésite pas à se jeter dedans sur “Break Me Down”.

Après un “Kick Me” chanté en totale osmose avec le public, SWS se retire avant de revenir au bout de quelques minutes pour le plus grand soulagement de la salle. “If I’m James Dean, You’re Audrey Hepburn” et “If You Can’t Hang” clôturent le set et donnent l’occasion au leader de montrer une dernière fois ses talents de vocaliste avant de quitter définitivement la scène.

Le concert est fini et malgré des premières parties trop longues quand on les met bout à bout, c’est les yeux remplis d’étoiles que l’assemblée ressort dans le froid parisien, déjà prêt à réécouter en boucles les chansons de Sleeping With Sirens, écouteurs aux oreilles cette fois !

Sleeping With Sirens Setlist La Maroquinerie, Paris, France 2019

Ecrire un commentaire