ReportsSlideshow

SIMPLE CREATURES @ Hangar (03/04/19)

Les Américains de Simple Creatures achèvent leur mini-tournée de cinq dates à Londres. Avec un EP sorti depuis une semaine à peine, les musiciens font le tour des petites salles pour prendre la température au sein de leur public. RockUrLife avait la chance d’y être et vous raconte.

Le temps a beau être maussade, l’humeur est au beau fixe chez les fans déjà présents devant la petite salle londonienne. Il faut dire qu’un show très spécial se prépare ! Très intimiste, il change de ce à quoi les deux musiciens ont pu être habitués ces dernières années. Mais surtout, c’est l’occasion de découvrir les nouveaux morceaux du duo fraîchement formé… Et de voir ce que ça donne en live !

L’ouverture des portes est vite suivie du set de DANIEL P. CARTER, musicien et animateur radio tout droit venu du comté d’Essex. Son répertoire est assez varié, allant des morceaux pop punk par excellence à du Bring Me The Horizon, en passant par du Billie Eilish. Des valeurs sûres qui permettent à la salle de se remplir petit à petit et aux personnes déjà présentes de se mettre dans l’ambiance. Partout dans la foule, on retrouve des ballons à l’effigie de la tête d’affiche et une impatience qui est contagieuse.

C’est à 21h que SIMPLE CREATURES fait son entrée sur scène pour un set d’une quarantaine de minutes; la durée de l’EP “Strange Love” avec quelques titres bonus. “Drug” lance d’ailleurs les hostilités ! Le titre, sorti depuis plusieurs semaines déjà, est accueilli avec enthousiasme par la salle désormais pleine à craquer. La scénographie a beau être simple, les deux musiciens font le show et semblent s’éclater. Cela faisait un sacré bout de temps que l’on avait pas vu Mark Hoppus (blink-182) et Alex Gaskarth (All Time Low) sur une scène aussi petite et devant une audience de moins de mille personnes.

Lorsque “Adrenaline” débute, la foule reprend les paroles en choeur. La version studio était déjà accrocheuse, mais celle en live l’est encore plus. Le refrain est efficace et ne manque pas de faire danser chaque membre de l’assemblée. Il y a définitivement une alchimie entre les deux artistes sur scène. Entre deux petites blagues et quelques problèmes techniques, ils ne manquent pas de faire entendre leur joie d’être à Londres et de voir que leur projet a conquis autant de gens. Ils en profitent d’ailleurs pour annoncer le nom de leur second EP, “Everything Opposite” qui devrait sortir très prochainement.

“NVM” et “One Little Lie” sont les deux nouveaux morceaux qui nous sont présentés ce soir. Toujours dans la même veine que “Strange Love”, ils promettent d’être de véritables coups de coeur sur leur prochain disque. Et vu le nombre de personnes qui se laissent porter par leurs sonorités, cet avis est largement partagé !

Petite surprise supplémentaire de la soirée : la reprise très rock du “Personal Jesus” de Depeche Mode que l’on ne présente plus. Le duo semble d’ailleurs s’éclater ! L’autre temps fort, c’est très probablement la prestation des Américains sur “Lucy”. Véritable pépite sur l’EP, le titre fait une nouvelle fois ses preuves en live. Très différent du reste du set, elle met tout le monde d’accord : on ne s’en lasse pas, et c’est même encore mieux en concert.

La soirée défile à une allure que l’on regrette un peu. Mais comme les musiciens le précisent avec humour, ils n’ont qu’un EP à présenter. Cela n’empêche pas Mark Hoppus de plaisanter en précisant que quarante cinq minutes est la durée idéale pour un concert, et que c’est la science qui le dit ! Le set se clôt sur “Strange Love” et sur les remerciements chaleureux du duo.

Excellent moment en compagnie des deux musiciens. Un peu court, certes, mais quelque chose nous dit que Simple Creatures fera beaucoup parler de lui dans les mois à venir. À suivre de près, donc !

Simple Creatures Setlist Hangar, London, England 2019

Ecrire un commentaire

Coralie Monange

Coralie Monange

Journaliste-rédactrice
Je peux écrire sans regarder mon clavier et trouver LE gif adapté à chaque situation. Ah, et j'aime les blagues qui ne font rire que moi.