Reports

SHINEDOWN @ Cabaret Sauvage (09/11/18)

En pleine tournée européenne, les Américains de Shinedown se sont arrêtés à Paris pour défendre leur nouvel album, “ATTENTION, ATTENTION”, dans une ambiance des plus survoltées. RockUrLife y était et vous raconte !

La fraîcheur de la journée ne semble pas avoir entamé la motivation des fans français du quatuor, qui sont arrivés parfois très tôt dans l’espoir d’être au plus près de leurs idoles. La petite salle du Cabaret Sauvage, quasiment sold out en ce vendredi soir, s’apprête à recevoir un show des plus attendus.

19h. Les lumières du chapiteau situé au milieu du Parc de La Villette s’éteignent. La salle n’est pas encore très remplie lorsque les Britanniques de PRESS TO MECO s’emparent de la scène. Le trio, au son très pop punk, semble ravi d’être là et le fait savoir. Cependant, le public ne semble pas être très réceptif. A l’exception de quelques mains qui se lèvent, les musiciens, pourtant plein de potentiel, peinent à entraîner leur audience avec eux.

Quelques minutes plus tard, c’est au tour des Américains de STARSET de réchauffer l’ambiance. Le quatuor, accompagné de trois autres musiciens, nous plonge directement dans son univers très particulier. Vêtus de tenues d’astronautes et autres accessoires en rapport avec l’espace, ils captivent directement l’audience française. Il faut dire que la scénographie est minutieusement travaillée et que les titres, aux sonorités nous rappelant celles de Linkin Park ou Nine Inch Nails, parlent à l’assemblée. Nous en prenons plein les yeux et, le moins que l’on puisse dire, c’est que ce set est l’un des gros points forts de cette soirée.

La salle est désormais pleine à craquer et l’excitation est palpable. Lorsque le Cabaret Sauvage plonge dans l’obscurité, l’introduction du nouvel opus résonne. A la fin de cette dernière, SHINEDOWN fait son apparition et entame le set avec un morceau des plus énergiques, “Devil”. Le ton est donné : le set ne sera pas de tout repos, surtout au sein de la fosse.

Les Américains nous proposent une setlist assez équilibrée, entre leurs anciens morceaux et leurs petits derniers; de quoi combler les fans du premier jour, tout comme ceux que leur nouvel album a attiré. Les quatre musiciens s’éclatent et leur auditoire le leur rend bien. Avec “Kill Your Conscience”, le frontman Brent Smith a l’opportunité d’entendre la foule reprendre en choeur les paroles qu’il entonne.

Après une succession de titres qui réchauffent l’atmosphère, le quatuor décide de ralentir un peu le rythme avec des morceaux plus posés et nostalgiques, tels que “Get Up”. Le groupe n’hésite pas à interagir avec son public, faisant ainsi totalement disparaître la barrière de la langue. Le chanteur profite même d’un petit bain de foule pour aller saluer les personnes au fond de la salle; un geste assez apprécié par les spectateurs.

Désireux de rendre leur show interactif au maximum, les artistes vont même jusqu’à rajouter un morceau qui n’était pas prévu au départ, à savoir un bout de “45”, ce qui a comme résultat de créer une vague d’enthousiasme dans la salle. Un instant rempli d’émotions, rapidement suivi de la dédicace du cover de Lynyrd Skynyrd, “Simple Man”, au père d’un membre du crew, disparu il y a un an. Un moment touchant, qui émeut certains membres de l’assemblée jusqu’aux larmes. Le concert se termine en apothéose avec “Brilliant”, qui clôture à la perfection cette belle soirée.

Les Américains de Shinedown laissent derrière eux un Cabaret Sauvage conquis, confirmant ainsi leur place bien méritée au sein des groupes à voir au moins une fois en concert.

Coralie Monange

Coralie Monange

Journaliste-rédactrice
Je peux écrire sans regarder mon clavier et trouver LE gif adapté à chaque situation.