Reports

SHAKE SHAKE GO @ Facebook (29/05/18)

Personne n’avait pu passer à côté de leur hymne folk et fédérateur “England Skies”, et leur premier album, “All In Time”, avait fait d’eux l’un des groupes de pop rock les plus excitants du moment. Deux ans plus tard, Shake Shake Go prépare son retour avec un nouvel EP, “Dinosaur”, avant la sortie de son second album en septembre. Afin de présenter ses nouveaux morceaux, la bande franco-galloise est grimpée sur la terrasse du toit de Facebook France pour chasser les nuages à grands coups de compositions lumineuses et d’énergie contagieuse à l’occasion d’un showcase prometteur.

Tour Eiffel à l’horizon, vue dégagée sur les toits de Paris et enfin une éclaircie entre deux déluges, le groupe aurait difficilement pu choisir un cadre plus agréable pour présenter son nouvel EP. Alors que le soleil tape aussi fort qu’une armée de projecteurs sur la petite scène installée dans un coin de la terrasse, Shake Shake Go, accompagné d’un musicien, fait son entrée. Les premières notes ne sont pas forcément celles qu’on s’attendrait à entendre à un concert de la formation londonienne : le guitariste, Marc Le Goff envoie un riff si puissant qu’il résonne probablement dans tout le IIème arrondissement. Le jeu de batterie de Kilian Saubusse se fait percutant, la guitare acoustique de Virgile Rozand entêtante. Mais surtout, la voix, toujours aussi puissante, de la chanteuse Poppy Jones, fait sonner ce nouveau morceau, “Fake Love”, comme un hymne conquérant. La chanson ne figurant pas sur l’EP, il faudra attendre septembre pour entendre une version studio sur l’album, “Homesick”. Mais le morceau semble de toute façon taillé pour le live. Si la bande a toujours eu un côté plus mordant que ce que le grand public connaît d’elle, Shake Shake Go semble être passé à la vitesse supérieure pour pencher plus du côté rock que folk. Quand les cinq musiciens enchaînent avec “Come Back To Me”, extrait de l’EP, on comprend pourquoi le soleil a finalement décidé de se montrer. Pétillant, frais et ultra accrocheur, le morceau déborde d’ondes positives et est tout bonnement irrésistible. Souriante et étincelante dans une veste à paillettes, la chanteuse transmet avec énergie l’insouciance de la pop à guitare enjouée du groupe et prend le soin de remercier le public entre chaque morceau. Sur “Alright”, autre titre réservé à l’album, Poppy Jones demande même à l’assemblée de joindre sa voix à la sienne, avant que ses bandmates offrent une version rallongée et détonante de la fin du morceau.

 

 

L’incontournable “England Skies”, avec sa douceur pleine d’espoir, fait chanter les gens un peu plus fort dans un dépaysement collectif. Shake Shake Go prolonge le voyage avec “Mahi Mahi”, véritable invitation à l’escapade. Plus doux et rapproché des sonorités du premier album, le morceau enivre avec sa mélodie aérienne tandis que la voix de Poppy Jones, plus en retenue, nous plonge dans une douce rêverie en parlant d’évasion. Mais vite, la bande reprend du poil de la bête en faisant rugir les guitares sur le single “Dinosaur”. Tournant déjà à la radio depuis quelques mois, le tube survitaminé confirme une direction plus rock prise par le quatuor, comme nous l’expliquait la chanteuse en interview. Choeurs ambitieux, refrains puissants, riff incisif et pont fédérateur avant l’explosion d’énergie finale, la construction du morceau est terriblement efficace. Après encore un remerciement, Shake Shake Go termine le showcase sur son tout nouveau single, “Panda”. Moins rentre-dedans que “Dinosaur”, le morceau se démarque par sa tonalité plus sombre que ce que à quoi SSG nous a habitués, et sa progression. Après un début mélodique plutôt calme, la piste gagne peu à peu en intensité pour se clôturer sur un refrain laissant exploser toute la puissance de la voix ultra maîtrisée de la frontwoman. C’est d’ailleurs ces capacités vocales qui sont particulièrement mises en avant sur le seul morceau de l’EP manquant à l’appel lors du showcase : une reprise acoustique du tube “Human” de Rag’n’Bone Man. Une énième cover de ce morceau était-elle réellement nécessaire ? La réponse est très clairement oui à l’écoute de celle de Shake Shake Go. Réarrangée pour mettre en avant la voix sans artifices de Poppy Jones, cette version permet d’appréhender toutes les subtilités de son talent.

 

 

Mêlant toujours avec merveille douceur chaleureuse et énergie éclatante, Shake Shake Go a mis le frein sur les ballades folk acoustiques et les “oh oh” fédérateurs pour élargir sa palette musicale et renforcer les teintes de pop et de rock. Toujours menée par la voix pure de Poppy Jones, la bande franco-galloise confirme son talent pour la composition de mélodies accrocheuses, fraîches et touchantes, en parvenant à évoluer sans perdre son identité. L’EP “Dinosaur” est la bande-son parfaite pour cet été, et les quelques morceaux de l’album “Homesick” joués ce soir semblent augurer le meilleur pour le futur de Shake Shake Go.

 

 

Setlist :

Fake Love
Come Back To Me
Alright
England Skies
Mahi Mahi
Dinosaur
Panda

Ecrire un commentaire