ReportsSlideshow

SCORPIONS @ Accor Arena (17/05/22)

Presque quatre ans d’absence depuis la tournée Crazy World Tour pour les Allemands insatiables de Scorpions. Un retour attendu avec un nouvel album sous le bras, à défendre devant une Accor Arena conquise presque pleine à craquer.

JJ WILDE est chargée de chauffer la salle pour la première partie. Virevoltante sur ses hautes chaussures blanches à plate-forme, elle se donne comme un beau diable pour faire bouger les premiers rangs relativement statiques de l’Accor Arena. Exercice difficile tant elle n’est pas en terrain conquis.

Malgré tout, ses quarante minutes de set sont énergiques et lui permettent de nous dévoiler de nouveaux titres dont un signé avec LP, autre femme rockeuse. La puissance vocale est là et les musiciens assurent un spectacle millimétré, faisant jouir les spectateurs d’un son impeccable.

Pour une artiste passée il y a quelques mois par La Maroquinerie (certes pleine à craquer), c’est une sacrée évolution et un grand défi de se retrouver sur l’immense scène de l’Accor Arena. Alors peut être que l’occasion était trop belle, ou la pression trop haute pour la Canadienne, car elle a eu beau se déhancher et nous envoyer un set hyper vitaminé, l’énergie qu’elle nous démontre n’est pas constante.

Le set se clôt avec “The Rush”, et là on peut enfin apercevoir l’artiste plus à l’aise, plus dynamique et plus percutante. Un premier galop d’essai loin d’être ridicule tout en percevant le potentiel scénique de JJ Wilde.

Rigueur Allemande

C’est au son du nouveau titre “Gas In The Tank” que s’ouvre le set de SCORPIONS, devant un parterre chaud bouillant pour le groupe. Les deux différents rideaux devant la scène sont tombés au fur et à mesure des premiers accords lançant le morceau d’ouverture du nouvel album Rock Believer, et on peut tout de suite noter que les Allemands sont en grande forme. Mikkey Dee est derrière les fûts et autant vous dire que cela va frapper sévère !

Les musiciens enchaînent les titres pied au plancher sans jamais oublier malgré tout un petit mot pour le public : que ce soit pour annoncer le titre suivant, ou pour nous demander si nous sommes des “Rock Believers” par exemple. Tout est très contrôlé sans pour autant manquer de chaleur et il semble que les années n’ont aucune prise sur le talent du groupe.

Deux écrans sont installés de part et d’autre de la scène, permettant à l’auditoire de pouvoir profiter de différents montages et effets, ainsi que d’un mini karaoké ! Les lumières sont sublimes, et le son très équilibré sans pour autant être fouillis. Quel plaisir dans une grande salle comme l’Accor Arena d’avoir un son parfait !

Tout en bonne humeur et en hommage

La formation prend un véritable plaisir à courir partout sur scène, à lancer des baguettes de batterie aux premiers rangs ou à faire les clowns avec leurs guitares. Mais la musique restant politique, c’est avec beaucoup d’émotion que Klaus Meine rend hommage à l’Ukraine sur “Wind Of Change” et “Send Me An Angel”. Le moment est très fort, et il ne sera contrebalancé que par la toute première interprétation de “The Language Of My Heart”, chanson hommage à Paris et la France. Un joli cadeau pour l’audience si fidèle.

Pas le temps de s’arrêter ou d’appuyer sur le frein, les différents morceaux et intermèdes (solo de guitare, basse ou encore un solo de batterie incroyable de Mikkey Dee) sont déroulés sans aucun temps mort et sans regard en arrière.

L’écran derrière la scène se pare de magnifiques vidéos tout au long des morceaux, ajoutant un côté très cinématographique et grandiloquent au set déjà riche des Allemands.

Le premier rappel s’effectue juste après “Big City Nights” et les plus impatients se demandent : vont-ils jouer “Still Loving You” ? En effet, à part en France où ce titre jouit d’une immense popularité, il n’est pas toujours joué à l’étranger. Mais nous sommes rassurés dès les premiers accords de guitare si reconnaissables. Tout le monde chante dans l’Accor Arena, un immense instant de communion comme seuls les grands groupes savent les créer. “Rock You Like A Hurricane” achève en fanfare une soirée sublime, qui nous laisse avec des paillettes dans les yeux et le plaisir d’avoir pu voir un monument du rock.

Scorpions Setlist Accor Arena, Paris, France, Rock Believer World Tour 2022

1 Commentaire

Ecrire un commentaire

Laura Navarre
J'ai annoncé à mes parents à 16 ans que mon objectif professionnel était de produire la prochaine tournée de U2. Depuis de l'eau a coulé sous les ponts (et U2 fait de la musique relativement passable). Passionnée de musique depuis son plus jeune âge, je me suis écartée du chemin musical parental (Queen & la chanson française), pour rejoindre celui autrement plus sympathique du ROCK.