ReportsSlideshow

PVRIS @ La Machine Du Moulin Rouge (24/02/20)

Et de sept : Les Américains de PVRIS sont de retour dans la capitale pour défendre leur dernier EP sorti en octobre dernier. Une septième date particulièrement spéciale pour le trio et son public français !

Une première partie bien accueillie

19h45. Les lumières de La Machine Du Moulin Rouge s’éteignent pour laisser monter JOYWAVE. Le quatuor de rock électro, tout de blanc vêtu, se montre particulièrement enthousiaste. Et l’assemblée le lui rend bien ! Son univers est particulier, et, on l’apprendra quelques minutes plus tard, pas si éloigné que ça de celui de la tête d’affiche.

En effet, le frontman Daniel Armbruster confie avoir travaillé avec Lynn Gunn sur “Death Of Me” il y a quelques mois. Une collaboration particulièrement réussie, qu’on se le dise ! Le temps d’annoncer la sortie prochaine du nouvel album “Possessions” et les lumières se rallument finalement sur de nombreux applaudissements.

Un début de show très… enfumé !

C’est à 20h45 et devant une salle bien remplie et particulièrement enfumée que PVRIS fait son entrée. Les premières notes de “What’s Wrong” résonnent ainsi et font déjà danser quelques personnes dans l’audience. Mais gros bémol cependant, et qui se confirme tout au long du show : les lumières.

Si les premiers rangs peinent déjà à distinguer les visages et silhouettes des musiciens, c’est mission impossible pour les personnes au fond de la fosse. Le combo lumières dans le dos des artistes et fumée (trop) épaisse instaure une certaine distance qui n’est pas coutumière de la part du trio.

Une atmosphère particulièrement appropriée pour “Smoke” qui est un incontournable de la setlist, tout comme “St. Patrick” et “Mirrors”. Nous avons beau les avoir entendu en live à plusieurs reprises, impossible de s’en lasser. Et vu comme la foule est chantante, l’opinion est (largement) partagée !

Une setlist un peu trop courte et redondante

La setlist a beau être très similaire à celles que les musiciens ont pu nous proposer précédemment (et notamment cet été), les revoir sur scène est particulièrement rafraîchissant. L’expérience qu’ils ont acquise lors des nombreuses tournées, et l’assurance que la frontwoman a gagné, font plaisir à voir. Les interactions sont plus nombreuses, pleines d’humour et moins maladroites que par le passé. Pour le plus grand plaisir des fans, d’ailleurs !

“Hallucinations” fait partie des morceaux qui nous poussent à bouger sans même que l’on s’en rende compte. Le refrain est accrocheur et l’arrangement live est particulièrement réussi. Tout comme “Old Wounds” qui est le seul nouveau morceau qui fait sa grande entrée dans la setlist. La voix parfaitement maîtrisée de Lynn Gunn est un véritable plaisir pour les oreilles et fait oublier la durée assez courte du set.

En dehors de ce souci de setlist redondante (car pas énormément de nouvelles musiques entre leurs différents passages dans la capitale) et de luminosité qui laisse à désirer, c’est un show de qualité qui nous a été proposé ce soir. Un concert qui marque la fin d’une ère et le début d’une autre, avec la sortie d’un single prévue pour le mois de mars !

PVRIS Setlist La Machine du Moulin Rouge, Paris, France 2020

Ecrire un commentaire

Coralie Monange

Coralie Monange

Journaliste-rédactrice
Je peux écrire sans regarder mon clavier et trouver LE gif adapté à chaque situation.