ReportsSlideshow

PLACEBO @ Accor Arena (11/11/22)

Placebo sait se faire désirer. Si on omet le concert secret au Trianon, six ans se sont écoulés depuis le dernier passage du duo dans la capitale. C’est dans un Accor Arena complet que Brian Molko et Stefan Olsdal sont venus présenter leur dernier album, Never Let Me Go, sorti neuf ans après Loud Like Love. Autant dire que cette soirée était attendue !

Du gros (gros) son

C’est JEHNNY BETH qui a été choisie pour débuter la soirée. Et la tâche est rude quand on connait le public difficile de Placebo. Fan du groupe depuis des années, la Française est comme habitée et donne absolument tout sur scène ! Elle et son groupe bougent sans arrêt, jouent entre eux et avec l’audience. La fosse est quasiment pleine durant son set mais rien à faire, personne ne bouge. Même l’intro de “Mars Landing Party”, bien connue des fans de Placebo, n’y peut rien. Le son électro presque noise, aussi lancinant qu’agressif est pourtant accrocheur. Une artiste inspirée, qu’on reverra avec plaisir.

Merci de bien vouloir ranger votre téléphone

Jehnny Beth est à peine sortie de scène que cinq écrans s’allument pour diffuser un message demandant aux gens de ne pas filmer tout le concert. Par respect pour le travail des artistes mais aussi pour profiter pleinement du moment présent. Si au début les gens en rient, ils finissent par applaudir. Brian Molko milite depuis des années dans ce sens et les téléphones portables avaient été bannis lors de la mini tournée du groupe en mars dernier. Les privilégiés présents sur la date au Trianon se souviennent de l’ambiance intimiste et spéciale que cela avait créé.

Un groupe au sommet de sa forme…

Les musiciens de tournée prennent place sur la scène encore plongée dans le noir. Les lumières s’allument et les écrans géants se lèvent pour l’arrivée de PLACEBO. “Forever Chemical” et “Beautiful James” ouvrent le bal devant un auditoire plutôt réceptif. Mais l’ambiance retombe dès le troisième titre et il faudra attendre “Bionic”, tiré du premier album éponyme et introduit par Stefan Olsdal pour voir la fosse bouger. L’euphorie est de courte durée car les gradins se rassoient à peine la chanson terminée. Et cela va être comme cela tout le long du concert.

La setlist est majoritairement composée de morceaux de Never Let Me Go sorti le 25 mars dernier. Pas moins de onze morceaux sur les treize que comporte l’album sont joués ! Une décision qui semble en irriter plus d’un mais qui ne devrait pourtant pas surprendre. Le chanteur évoque régulièrement en interview sa fierté concernant le nouvel album et à l’inverse, ne plus supporter de jouer ses anciennes chansons. La tournée pour l’anniversaire des vingt ans de carrière a d’ailleurs été très pénible pour lui et le bassiste. Certains reprocheront aussi l’absence de paroles adressées aux fans de la part de Brian Molko. Mais le rôle de leader est désormais passé à Stefan qui s’en sort à merveille et prend de nombreuses fois le micro pour parler en français et en anglais.

…mais un public mou du genou

Même en sachant cela, ce sont “For What It’s Worth”, “Song To Say Goodbye” et surtout “The Bitter End” qui font bouger toute la salle. Pourtant, l’enchainement “Sad White Reggae” / “Try Better Next Time” fonctionne à merveille en live ! Le groupe a tout misé sur les lumières et la mise en scène ultra léchée des cinq écrans qui bougent au fil du set. On en prend plein les yeux et les oreilles car le son est irréprochable. L’esthétique de Never Let Me Go est respectée avec la diffusion d’images déformées de la formation et les lumières roses et bleues. C’est probablement l’un des plus beaux setups de toute la carrière de Placebo.

Après une deuxième partie de set qui fait la part belle aux anciens titres, le duo se retire en coulisses. Réveillés (enfin !) par “The Bitter End” et “Infra-Red”, les spectateurs font entendre leur envie d’un rappel et réussissent même à surprendre le groupe en allumant la lampe torche de leurs téléphones. Brian et Stefan semblent très émus à la vue de ce spectacle et font de nombreux gestes de remerciement. Comme quoi, l’utilisation des portables en concert n’a pas que des mauvais côtés.

Shout, shout, let it all out

“Fix Yourself” prend une tout autre dimension en live mais ce sont surtout les reprises de “Shout” et de la désormais culte “Running Up That Hill” qui sont attendues. Placebo et son public ne font qu’un. Il était temps ! Molko remercie silencieusement mais avec le sourire les fans avant de repartir en coulisses. Son acolyte Osldal prend le temps de dire “merci” au micro et descend même pour serrer la main des premiers rangs pendant plusieurs minutes.

Quelle soirée ! Visiblement heureux d’être là pour présenter leurs nouvelles chansons, Stefan et Brian ont livré un sans-faute devant un Accor Arena plein à craquer ! Libérés de leurs vieux démons et n’ayant plus rien à prouver, ils ont livré leur meilleure prestation depuis des années. On regrette cependant la passivité d’une grande partie du public qui semble vivre dans le passé et n’être venu que dans l’espoir d’entendre “Special K” et “Nancy Boy”.

Placebo Setlist Accor Arena, Paris, France 2022, Never Let Me Go

32 commentaires

  1. Je partage votre commentaire; on attendais des « tubes vieilleries » pour faire monter et maintenir l ambiance qui en au fond de la fosse et ds les gradins n a jamais été tres franche ( choix de la set list peut etre) La set list a été expedié en 642 avec peu d écran visible pour voir le groupe distinctement ( expressions des visages) des gradins ( ou j étais) . Rien à voir avec le concert des 20 ans en 2016 à l ambiance survoltée. La l ambiance retombait après les morceaux « tubes ». 1h40 de concert à peine, c est un peu mesquin, et agaçant. contact casi inexistant ; on ne leur demande pas de faire la conversation mais un minimum…Les musiciens additionnels dans le noir du début à la fin, jamais présentés. Pas de bonjour, pas d’au revoir.
    Molko, un peu timide on le sait, en tout cas pas extraverti, pas le plus sympathique des chanteurs rock sur scene mais la il y avait qqch qui n allait pas. Il a donné l impression de vouloir finir rapidement le concert. Vraiment dommage vu la qualite de leurs albums et des precedents concerts, deja vus dont le premier decouvert en 1 ere partie de U2 en 1996. Un poil decevant mais je retournerai les voir. Mais comme tt concert il faut y aller 2x.

  2. Concert décevant je les avais vu à la médoquine à bordeaux il a très longtemps à la bonne époque où il était beaucoup plus actif avec le public.
    Le son était impeccable mais je suis resté sur ma fin avec ce son en boucle fort désagréable.
    Au contraire son acolyte était heureux de jouer,on voyait qu il kiffait.

  3. Excellent album et très bon son en live.
    Mais très déçu par le manque de communication et de la durée total du live (et de respect), et l absence quasi total de tubes pour faire plaisir aux spectateurs et faire monter l ambiance.
    Même expérience vécu aux arenes dd Nîmes il y a qq années (même pas de retour pour un rappel).
    Un de mes groupes préférés en album , mais déception en concert.

  4. Je partage complètement et entièrement le commentaire précédent. Pour une fan de la première heure ayant assisté à plein d’autres prestations du groupe, je reste sur ma faim et je cherche l’erreur.

    1. Je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule à avoir été déçue par ce concert. Je vais à tous leurs concerts sur Paris et c’est la première fois que je vois cela. Certes un très bon son, un album bien présenté, un show qui en effet aurait mérité plus d’interactions entre le public et le groupe mais pour cela fallait il encore que le groupe communique. Je suis repartie avec un sentiment amère. On avait en effet le sentiment que Brian Molko souhaitait expédier son concert. Un bonjour et un au revoir Paris ne serait ce que par respect de son public aurait suffit pas besoin de dissertation… Il a fait le job.
      Dommage

  5. Je partage l’avis ci dessus. Et je rajouterai que les sons aigus, empêchaient un nouveau rappel : nous étions nombreux à supporter ces sons, en espérant qu’ils reviennent, à ne pas avoir comment réagir, pour finalement comprendre qu’il fallait sortir rapidement si nos oreilles voulaient être épargnées. C’est vraiment dommage, je reste sur ma faim (ou fin)…

  6. Évidemment, s’il n’y a pas d’ambiance c’est a cause de ces imbeciles de spectateurs!
    J’y étais et je n’ai jamais vu une salle aussi morte. La première ligne de la fosse a finit par croiser les Bras et attendre que ça passe. Mais bon, le spectateur a tort il n’a pas compris le génie de Molko.
    En attendant si je veux écouter « shout » je vais aller voir dépêche mode, en plus l’ambiance y est bien meilleure.
    Je comprends que placebo ne veuille pas jouer special K et every me every you en boucle mais y a un moment faut aussi donner au public ce qu’il veut.
    Entrecouper le nouvel album de tubes d’avant aurait permis de faire monter l’ambiance pour mieux faire apprécier les nouveaux morceaux.
    Ils ont voulu absolument marteler ce nouvel album qui de l’aveu même du groupe « a été fait en catimini pendant le Covid, juste tout les deux à Londres dans notre studio apart » super… ça se voit un peu les gars… c’est le pendant du film d’auteur « caméra à l’épaule tourné sans script ».

    Bref, ils ont pas près de me revoir en concert et je peux pas dire que j’apprécie la direction musicale que prend le groupe, qui d’ailleurs n’est plus le même vu qu’un seule moitié reste et on se demande si c’est la meilleure….

  7. Quelle déception
    Un concert court , 1h30
    Une ambiance molle
    Un son saturé avec des animations vidéos saturées et épileptiques
    En guise de rappel 3 titres dont 2 reprises
    Un Brian Molko absent , merci à Stefan d’avoir fait le job avec le public
    J’ai eu l’occasion de les voir à Paris Bercy en 2014
    Mais où est passé le Placebo Dynamique

  8. un concert court : 1h30
    une ambiance molle peu dynamisée par Brian Molko : merci à Stefan d’avoir le job
    un son saturé , des animations saturés épileptiques
    en guise de reprise 3 titres dont 2 rappels (Tear For Fears , Kate Bush)
    J’ai eu l’occasion de les voir à Paris Bercy en 2014
    8 ans plus tard mais où est donc passé le Placebo Dynamique , à côté Midnight Oil que j’ai vu cette année à L’Olympia , avait dynamité la scène

    1. Pas d’accord avec la journaliste. Les musiques étaient très sympa et j’adore cette salle, mais la mauvais ambiance est de la responsabilité du groupe qui ne communie pas du tout avec son public, qui enchaine les titres sans creer un quelconque échange… Sur ce point la, c’était nul.

  9. Bon, quatrième concert de Placebo après Rouen, Lille et Caen il y a quelques années !!! Mais, il se passe quoi !!! C’est quoi ce nouveau Placebo, sans échange, sans présentation du groupe ( que l’on voit à peine) , c’est quoi ce public dans les gradins où l’on était face à la scène où tout le monde était assis ( sauf ma femme debout) j’ai eu peur qu’on lui demande de s’asseoir !!! , bref, pas d’ambiance, trop court, vraiment trop trop court, trop d’images saturées, peut être que ce nouvel album n’est pas encore dans toutes les têtes d’où, ce concert pour moi, médiocre. Je cherche encore à comprendre le finalde ce concert avec cette musique “électro” Ou l’on se regarde, c’est fini, c’est pas fini , ça dure cinq minutes, les lumières s’allument….. Et oui, rentrez chez vous !!!! Je reste sincèrement sur ma faim même si j’adore Placebo . Je retenterai la prochaine fois en me disant que c’était un accident !!!

  10. Rien à ajouter aux commentaires précédents… A la limite la première partie a plus fait le job… C’était ma première avec Placebo… Et ma dernière…. Namasté 🤣🤣

  11. Je partage effectivement toutes les remarques précédentes. Son et morceaux impeccables mais l’absence de communication avec le public à la limite de l’ incorrecte. Pas un bonjour, pas un merci de Brian Molko.
    Heureusement que Stephan était là pour échanger quelques mots. Pas de présentation des membres du groupe. Tout cela a fait que j’étais sur la réserve et pas motivé à me lever de ma place dans les gradins en signe de représaille d’un concert vite fait et heureusement bien fait.

  12. Quelle déception….
    Attendre depuis 2006 impatiemment pour être déçu.
    Alors à la medoquine je l’accorde, l’ambiance du public n’était ps des meilleurs malgré les tubes joué.
    Mais la, le public était en forme !! Alors oui, jouer les mêmes tubes à chaques tournée doit être fatiguant , mais cela va de paire avec la notoriété et il serait bien de prendre en compte l’envie du public.
    Bref, j’ai fait parti des gens qui on écouter les Larsens de la fin…. Espérant un rappel avec les tubes, en vain.
    Brian n’était pas en communion avec son public. J’ai clairement l’impression d’avoir était bonne qu’à remplir une salle

  13. Premier concert de Placebo pour moi, j’adore le nouvel album que j’écoute en boucle ainsi que leurs anciens tubes. J’ai donc apprécié le déroulé des chansons mais franchement je suis restée sur ma faim!!!
    Quelle déception pour l’ambiance!!!! quand on sait que Brian est bilingue et qu’il n’a pas daigné sortir un mot de français pour échanger avec son public wouah!! il a clairement fait une chute dans mon estime! J’ai trouvé son attitude méprisante. Merci a Stefan d’avoir fait 2 petits coucous au public.
    Les autres musiciens placés dans le noir et jamais présentés, c’était plutôt moyen aussi!!
    J’ai eu l’impression qu’ils avaient un train a prendre après le concer et qu’ils étaient en retard!
    Le son quant a lui était saturé sur plusieurs morceaux ce qui gachait la voix de Molko si particulière et des images brouillées qui étaient plus gênantes qu’attractives a mon gout. Heureusement il y avait un très chouette jeu de lumières tout du long!!
    Concert aux allures de speed dating et échange de guitares incessants qui m’a laissé un gout d’inachevé

  14. Ahhhh comme je suis d’accord avec vous tous.
    Concert hier soir à Rennes je viens de Rouen…
    Grosse déception images épileptiques son parfois saturé, brian absent zero ambiance…dans les gradins c’est passif à mourir des gens s’en vont au milieu du concert tandis que d’autres sirotaient leurs bières en regardant la montre…un peu seule déchaînée j’ai du passer pour une timbrée….every you and every me,twenty years,this picture m’ont trop manqué. 2 reprises en guise de rappel et de bouquet final…
    Ça se termine très bizarre du jamais vu…
    Et pourtant j’aime tellement ce groupe…

  15. Je viens de lire tous vos commentaires et ils manquent d’indulgence.
    J’ai vu PLACEBO au TRIANON puis à Bercy et ce dernier concert était plus chaleureux à mon gout
    J’aime ce groupe depuis leurs débuts et, certes ,ce concert était un peu court mais ce n’est jamais assez quand on aime
    J’étais dans les gradins et toujours debout à chanter , bouger, applaudir et surtout écouter
    Placebo ce n’est pas juste hurler , les phases instrumentales prolongées étaient belles et ça s’écoute ,tout simplement
    Brian MOLKO est un artiste que j’aime beaucoup et qui me touche , musicien original ,
    chanter , jouer , c’est ce qu’on lui demande
    il faut respecter la programmation
    moins expressif qu’auparavant mais bien présent sur scène, il a encore une sacrée peche
    et cette voix…:-))
    Un concert c’est vivant et rien n’est jamais parfait
    Leur musique est originale et je retournerai les écouter en live, c’est certain

  16. Hello,
    Content de ne pas y être allé à ce concert.
    Pour avoir vu plusieurs fois Placebo dans les années 2000 Brian Molko n’est jamais très expressif sur scène sauf pour se plaindre du son ou des spectateurs.
    Le prix de la place était de 70€ je crois. Placebo fait du fric maintenant . Dommage ça partait bien pourtant 🙂

  17. Mais quelle déception !!!
    J’adore Placebo, c’était un de mes rêves de les voir, et là, ça fait PLOUF !!!
    J’arrive, je fais mon JOB et je me casse, voilà à quoi ça s’est résumé.
    Oui, très PRO, tout était bien arrangé, images léchées, mise en scène sympa, mais malgré ça, ça ne prend pas, j’étais dans la fosse….et rien.
    J’ai fais mon boudeur, même pas passé par la case T Shirt.
    Brian, avec ton magnifique Français, il est resté coincé, quel dommage.
    Seul the Biter end m’a fait bouger.
    Et puis cette fin….sans fin, tous à attendre, se dire, allé, ça va repartir…et ben NON, beaucoup de bruit…pour rien !
    Alors quand je lis PUBLIC MOU DU GENOU, y’a de quoi !!!

  18. La politesse selon Placebo….

    Cela fait plus de 25ans que le son de Placebo m’accompagne….je me souviens encore des premiers accords de Pure Morning qui ont tout fait exploser dans ma tête ce jour de 1998 dans mon petit apart’ d’étudiant….puis d’albums mp3 frelatés pour ado peu friqué en dvd de concert joliment exposés dans ma maison de nouveau capitaliste, j’ai suivi l’épopée Brianesque !

    Je conseille toujours aux personnes qui ne connaissent pas Placebo en live de regarder le concert donné en Espagne au début des années 2000 (j’ai oublié la ville) pour la tournée Black Market Music…les mecs enchainaient « Days Before You Came » « Allergic » « 36 degrees » “Scared Of GIrls” avec une telle fougue que vous ne touchiez terre pendant les 20 premières minutes du concert…. ! Et le rappel sur « Taste In Men »….une tuerie !!!!
    Et pour cela ils avaient quoi ? une guitare, une basse, une batterie et 3 samples….basta !

    Car oui, on ne va pas se mentir, si je reste un inconditionnel fan des 3 premiers albums qui pour moi ont marqué le genre je dois reconnaitre que par la suite il y’aura eu du bon mais aussi du beaucoup moins bon….le départ de Steve Hewit, batteur du groupe a notamment marqué un tournant dans l’aventure rock du trio en 2007 mais aussi un changement d’attitude de la part de Molko….ah arrogance et pognon quand tu nous tiens….
    Les albums qui suivront font entrer quantité de sons parasites, le plus souvent électro, qui pour moi éloignent petit à petit le groupe de ses origines….! Dès « Sleeping With Ghosts », on sent ce changement et pour ma part le summum viendra avec l’arrivée de madame « violon » sur l’album « Battle For The Sun » dont je n’ai toujours pas compris l’intérêt de sa présence en studio comme sur scène….pardon madame, je n’ai bien sûr rien contre vous personnellement ni contre votre violon mais pas ici !

    Mais voilà, Placebo a accompagné et je dirais même rassuré la fin de mon adolescence et l’entrée dans ma vie d’adulte avec son cortège de questionnements aussi bien existentiels, philosophiques que sexuels ! Alors oui je n’ai jamais voulu les lâcher et j’ai toujours essayé de trouver à chaque nouvel opus du groupe LA motivation. Les albums et les concerts se sont succédés et je ne boude pas mon plaisir en réécoutant des titres comme Meds, InfraRed, Bitter End, Breathe Under Water, Come Undone, Devils in the Details, Because I Want You….ou en revoyant mes places pour des concerts comme le Bercy de 2003, les Main Square d’Arras de 2004 et 2009, le Musilac de 2007, l’Olympia de 2009 ou encore la tournée des 20ans….
    Et puis il y a eu ce Dimanche 13 Novembre à l’Arena de Bordeaux où les illusions sont tombées pour de bon !
    Au-delà du dernier album que je n’apprécie pas vraiment, je pensais au moins passer un bon moment de rock en compagnie de MON groupe….que nenni les amis !

    Je ne peux tout d’abord m’empêcher de repenser au message diffusé en début de concert nous demandant de bien ranger nos portables dans nos poches car nous allions connaitre les transes et la paix intérieure….alors je ne suis pas très adepte de spiritualité mais si c’est ça la transe et la paix intérieure en fait je me rends compte que je les atteint tous les jours au boulot….parce que soyons clair….moi je n’ai ressenti que colère et frustration au fil des morceaux enchainés par un Molko qui avait dû réserver une place et une tisane dans le Bordeaux-Paris de 22h30 !

    Mais quelle mépris t’a frappé mon petit Brian ?….Qu’a -t-on bien pu te faire pour en arriver si bas ? Que tu abordes le look d’un mousquetaire, pourquoi pas, mais putain assures en les codes historiques au moins….sois à minima respectueux des personnes que tu es sensé servir par ta musique et qui sont venus de contrées pas toujours très proches pour te voir….tu te rapproches peut être du roi mais saches que ce sont les serfs qui t’on fait débuté et que beaucoup d’entre eux étaient présents ce soir là.

    Depuis le temps que je pratique, je connais bien la machine Placebo….du moins je croyais….
    Les concerts s’ouvraient le plus souvent sur une intro sonore originale, les musiciens entraient (de plus en plus nombreux aujourd’hui pour le coup !), puis Stéphane et enfin la Burger Queen Molko faisait son apparition sous les cris d’un public chauffé à blanc….je mentirai en disant que je n’ai jamais fait partie de ces groupies amassées contre la barrière à hurler Briaaaaaaaaaaaaaaaaaaannnnnnnnn !!!!

    2 ou 3 titres bien sentis s‘enchainaient et la voix du petit branleur retentissait alors pour nous souhaiter la bienvenue avec son célèbre « Bonsoir, nous sommes Placebo ! » On a même eu droit les bons jours à un « que ça fait du bien de vous revoir » ou encore « j’espère que vous allez passer un bon moment en notre compagnie »….enfin bref la politesse….certes façon Molko….mais la politesse et le respect bordel !!!! Désolé….

    Mais sur cette scène de l’Arena, pas un mot mais alors pas un mot ne sera sorti de sa bouche pour son public en dehors des lyrics! Alors félicitations à ta voix Brian qui n’a pas bougé et qui sauve ta prestation….et puis félicitations à toi Stefan, nouveau leader du groupe (j’espère que tu es au courant au moins !) puisque c’est toi qui au bout du 5ème titre a dû se dire « oh merde on n’a pas dit bonjour dis donc….euh on est où au fait ? ah oui Bordeaux….euh ‘bosoir Bordeux’…. »
    Voila c’est fait Brian tu peux continuer à enchainer tes changements de guitare comme un top model change de tenue en coulisse !!!! Je l’ai vu plusieurs fois parler à son ingénieur son entre les morceaux….je suis sûr qu’il lui disait qu’il était beaucoup trop long dans le passage des instruments !!!!!!!!!

    Et la programmation on en parle mister Molko ?! Tu t’es dit que jouer la quasi-intégralité de votre dernier album en mode studio sans aucun arrangement « live » allait nous plaire….non mais sans rire ? Tu t’es dit qu’avec un son tout simplement saturé on allait prendre notre pied ???? Tu t’es dis qu’en nous balançant un Bionic mal joué et un Bitter End même pas fini on allait rassasier l’ardeur des vieux fans et crier au retour de l’enfant rock ?!
    Tu t’es imaginé en Gandhi apportant la musique sacrée ? Désolé mais je te préférai largement en jean/ Tshirt apportant 1h30 de riffs ravageurs, de mélodies enivrantes et de textes tranchants comme des lames de couteau….
    C’est quand même triste de penser que bientôt ma seule satisfaction de ce concert aura été la reprise de « Shout » de Duran Duran….

    On évitera aussi de s’attarder sur ton désormais célèbre larsen de fin….qui je le sais en fait espérer plus d’un dans le public sur la possibilité d’un deuxième rappel….grave erreur….vous vous contenterez de cela pauvres gueux !

    J’ai cru comprendre que jouer les anciens morceaux te faisais chier maintenant et que d’ailleurs la tournée anniversaire avait été d’un ennui mortel pour toi….et ben écoute mon p’tit gars je te conseille de rester désormais chez toi et de méditer à tout ce qui vous a fait connaitre et tu y verras notamment le public français en très bonne place….repense aux concerts intimistes des petites salles parisiennes à la fin des années 90 où tout s’est mis en place pour vous….tu ne savais que trop le dire à l’époque dans les interviews que vous deveniez « cultes » grâce au public hexagonal….

    Tu m’as extrêmement déçu Brian en ce dimanche mais aussi peiné…. Placebo s’est foutu ouvertement de son public en ce 13 Novembre….nous savions cette date tristement symbolique pour la France et nous vous attendions donc pour conjurer le sort autour d’une soirée de rock, de partage, de dialogue, de souvenirs plein la tête et les oreilles,….ce fût bien raté !

    Je ne vais pas jeter le bébé avec l’eau du bain car au contraire de toi Brian j’ai du respect pour vos premiers albums et je prendrai toujours autant de plaisir à les écouter, tout comme les vieux bootlegs qui doivent trainés encore sur la toile….mais il est certain que cette tournée sera la dernière pour moi et mon épouse (j’aurai au moins gagné la satisfaction de ne plus entendre « il est beau Brian il est beau Brian !!!!)

    Je ne te salue pas puisque c’est désormais la politesse selon Placebo !

    PS : Ma femme a perdu ses tympans lors de la première partie, si jamais vous les retrouvez….

    1. Bonjour à tous ! Première fois pour ma chérie et première fois pour moi à Bercy ! Bon que dire… Forcément un plaisir d’entendre Bitter end et Song to say Goodbye ainsi que les 4 titres super du dernier album mais…

      Comme dit unanimement bon sang Brian, avec ton Français PARFAIT, pourquoi nous n’avons pas eu le droit à un mot ?? Alors peut être que Stefen est passé Lead mais ça change rien pour nous en faite… ( merci quand même à lui pour ses 2 petits mots approximatifs) c’est toujours 2 fois plus que Brian.

      Je me suis dis au début qu’il est humain et que quelque chose avait du se passer… Mais non c’était apparement pareil ailleurs !!!

      En gros le seul moment de voir Placebo c’était à l’anniversaire des 20 ans ???? Ben fallait faire plus de dates alors…

      C’est bien d’être dégoûté de jouer les titres qui vous ont rendu bankable mais faudrait penser aux fans qui viennent pour la première fois voir Pure Morning ou Nancy Boy aussi.

      Brian un peu de modestie tu es maintenant une rockstar ok mais tu as un public spécial K, reste humble au risque que les gens te lâchent et ça me ferait mal au cœur car tu es quelqun de bien.

      Cet album est signe d’echec en live alors pour les prochains stp fait nous honneur si ont vient de voir !

      Il faut une chance à tout le monde moi je vous donne une chance de m’offrir un concert comme au 20 ans ou en 2013 !

      Par pitié présentez aussi vos musiciens…

      Bonjour Séb j’ai pris un énorme plaisir à te lire, tout est tellement VRAI y a même pas de débat et ça m’a fait sourire même si honnêtement Brian a drôlement changé car s’il veux de l’intimité faudrait déjà commencer par en créer car la à part nos portables à filmer un peu ont n’a pas pu se créer d’émotion

  19. A mon sens lorsqu’on va écouter un artiste en concert , on s’attend à un minimum d’interaction avec lui…un bonjour, un au revoir , un petit mot ou une petite phrase par ci par là…pas besoin d’un discours. Et là rien…qu’elle déception. J’étais à Bercy pour le concert de leurs 20 ans , c’était génial. Je ne comprends pas ce que Brian Molko avait en tête… dans quel état d’esprit était-il ? Mais la franchement je garde un goût amer..

  20. Je rejoins complètement les avis précédents. Concernant le dernier commentaire, ok le live reposant sur l’humain, ça peut être plus ou moins réussi ou apprécié, mais encore faut-il que ça existe. Ici, pas même un bonjour ni un au-revoir, et j’étais trop loin pour voir les expressions de visage si il y en avait (pas possible de percevoir des émotions sur les écrans) . Vite fait (ils ont vmt abusé sur la durée) bien (techniquement) fait, pas étonnant que le public n’ait pas été transporté. Si le son insupportable de la fin était là pour nous faire partir plus vite c’était réussi. Nous n’avons pas existé pendant ce concert, j’ai fait des bornes pour vivre une interaction et je n’ai pas eu mieux qu’un cd à la maison . Sur le choix des chansons, je comprends que la promo d’un nouvel album ne peut permettre l’interprétation de tous les tubes, mais alterner aurait peut être permis d’ambiancer la salle, de tendre une main. Être un interprète connu implique ce genre de concessions, et si ça gonfle, peut être est-il temps d’arrêter la scène . Bref, Brian Molko m’a profondément déçue, premier concert et je ne réitèrerai probablement pas l’expérience. Heureusement que son accolyte a prononcé 2 phrases, sinon on aurait pu se demander s’ils étaient bien réels…

  21. Cacher les musiciens, ne pas communiquer, ne pas faire ses balances, faire sortir le public en les agressant de dos avec des sons stridents… 24 malaises à cause des basses et des dommages auditifs sur le final ( source infirmerie) … J’ai filmé le final vu que la communion promise n’y était pas… On voit le public se tenir les oreilles, certains grimacer et pleurer… Désolé ça s’appelle ch** dans la gueule des fans.

    Première partie au top. Merci Stefan d’être venu nous saluer ! Je préfère me rappeler que le groupe m’a aider durant un moment difficile de l’adolescence. Que battle for the sun marquera adulte un histoire d’amour importante pour moi. Et oublier ce concert.

    Le 13 novembre est un jour important pour les fans de rock et concerts français… Mais bon… ” C’est le malaise du moment… La fête est finie, paupières baissées, visages gris…On ouvre le loquet de la grille du taudis qu’on appelle maison”

    PS merci pour ce résumé

  22. Fan de Placebo depuis mes 10 ans j’en ai 36…. Je les aient vue un nombre incalculable de fois …j’avoue avoir été très déçu par leurs prestations a bordeaux… Je lui cherche des excuses en disant qu’il est humain , qu’il a droit à ses humeurs aussi …mais comme dit Vald …il a pas dit bonjour…mais il reste à mes yeux un grand artiste malgré tout

  23. Bonjour à toutes et tous… finalement ça ne prend pas beaucoup de temps et ça fait toujours plaisir une petite attention…
    Tout a été dit dans vos commentaires… sauf dans la chronique de Morgane… je l’invite à aller voir THE CURE le 28/11 qui ne se moque pas de son public en jouant pendant plus de 2h30 et en passant en revue tous ses albums de sa longue carrière… comme quoi c’est possible, il faut juste être un grand groupe… Placebo y arrivera un jour.
    Cela ne suffit plus de lancer un message de “communion” (c’est le terme exact du groupe) avant le set, de se ramener sur scène, et de bien jouer… du coup, on a oublié le message de communion, le groupe lui-même ne le respectant pas pendant sa prestation.
    Très très déçu par ce concert, comme beaucoup… il suffisait d’écouter le public à la fin du concert et d’échanger avec eux. Cela passe peut-être aussi par là de faire une chronique…

      1. Bonjour à tous ! Première fois pour ma chérie et première fois pour moi à Bercy ! Bon que dire… Forcément un plaisir d’entendre Bitter end et Song to say Goodbye ainsi que les 4 titres super du dernier album mais…

        Comme dit unanimement bon sang Brian, avec ton Français PARFAIT, pourquoi nous n’avons pas eu le droit à un mot ?? Alors peut être que Stefen est passé Lead mais ça change rien pour nous en faite… ( merci quand même à lui pour ses 2 petits mots approximatifs) c’est toujours 2 fois plus que Brian.

        Je me suis dis au début qu’il est humain et que quelque chose avait du se passer… Mais non c’était apparement pareil ailleurs !!!

        En gros le seul moment de voir Placebo c’était à l’anniversaire des 20 ans ???? Ben fallait faire plus de dates alors…

        C’est bien d’être dégoûté de jouer les titres qui vous ont rendu bankable mais faudrait penser aux fans qui viennent pour la première fois voir Pure Morning ou Nancy Boy aussi.

        Brian un peu de modestie tu es maintenant une rockstar ok mais tu as un public spécial K, reste humble au risque que les gens te lâchent et ça me ferait mal au cœur car tu es quelqun de bien.

        Cet album est signe d’echec en live alors pour les prochains stp fait nous honneur si ont vient de voir !

        Il faut une chance à tout le monde moi je vous donne une chance de m’offrir un concert comme au 20 ans ou en 2013 !

        Par pitié présentez aussi vos musiciens…

Ecrire un commentaire