Reports

PIERCE THE VEIL @ Le Trabendo (29/10/16)

Samedi soir, Pierce The Veil a démarré sa tournée européenne par une date à Paris, accompagné de Creeper et Letlive. Pour cette première headline en France, les Mexicains originaires de San Diego ont tout donné. Le Trabendo aura bien bougé ce 29 octobre, la date affichant sold out. RockUrLife vous raconte.

C’est CREEPER, le groupe de punk rock originaire de Southampton qui ouvre la soirée. Le son est, disons-le, très mauvais. Des problèmes de basse viennent gâcher les compositions, la voix du frontman Will Gould devenant inaudible. Cependant, l’énergie est communicative chez une formation dont la mission est de “chauffer la salle”. Un circle pit est lancé, et les premiers pogos de la soirée apparaissent pendant le dernier single “Suzanne”, jouée pour la première fois en live. Will Gould rappelle alors que Paris, première date de la tournée, sera celle qui servira de comparaison aux autres shows, rajoutant au caractère exceptionnel de ce premier concert en headline de Pierce The Veil. “Misery”, ballade qui vient clore le set, reste le morceau qui a le plus séduit ce soir.

 

Dès les premières secondes du show, le public parisien a pu expérimenter la folie LETLIVE. A peine arrivé sur scène, Jason Butler, surexcité, se jette dans la foule, surprenant les fans dévoué(e)s des premiers rangs. Le son n’est guère mieux que pour Creeper. Les lâchés de micro de Jason sont désagréables, mais la foule s’y accoutume, captivée par l’énergie débordante d’un chanteur qui ne sait où donner de la tête. Après seulement deux chansons, Jason annonce qu’il n’a jamais été aussi bien accueilli à Paris. Ne cessant de quitter la scène, le chanteur n’assure plus son rôle à divers moments, mais le reste du combo continue de suivre, gardant ainsi toute sa dynamique. Lorsque “Banshee”, titre plus populaire, est joué, la soirée bat son plein. Ayant encore disparu de la scène pour “Muther”, Jason finit par tendre le micro à une jeune fille de l’assemblée qui, d’une voix puissante, surprend et continue de faire bouger la foule. Lorsque le set se clos, Jason Butler se jette sur la batterie de son compère Loniel Robinson. Letlive a bel et bien retourné le Trabendo ce soir, la foule nécessitant un temps de repos pour se remettre de la folie d’un frontman survolté.

Il est 21h45 lorsque, dans la salle plongée dans le noir, retentissent les premiers moments de “Dive In”, nouveau morceau d’ouverture de PIERCE THE VEIL. Le son est bien mieux que pour les premières parties, et les lumières suscitent l’admiration. Si le Trabendo est trop petit pour permettre d’installer tout le matériel de PTV, le travail de Jeff Maker derrière les consoles lumières en met plein les yeux. En ce premier soir de tournée, le quatuor de San Diego déborde d’énergie et enchaine les titres qui ont fait sa réputation. Mêlant dernières compositions et morceaux les plus populaires à la setlist, Pierce The Veil conquit ce soir son auditoire français. Pour “The Divine Zero”, Vic explique la signification de la chanson sortie en pleine composition de “Misadventures“. Il raconte alors à une foule jeune que, si tout le monde cherche à un moment de sa vie à ressembler à ce qu’il n’est pas, il ne faut tout de même pas attendre pour réaliser ses rêves. Les stagedives s’enchainent, les pogos sont incessants. Lorsque Vic fait monter une fan du premier rang sur scène, ce n’est autre que pour lui faire une véritable déclaration d’amour sur “Bulletproof Love”, reprise ensuite par une audience déchainée.

“Kissing In Cars”, morceau peu connu mais emblématique est joué en acoustique, le groupe se rassemblant sur le devant de la scène, rajoutant un peu plus au caractère intimiste du Trabendo. S’enchainent ensuite “Hell Above” et “Bulls In The Bronx”, morceaux qui ont fait la popularité de la formation. Mais si les confettis, les lumières et l’implication des Mexicains suscitent l’euphorie, l’interprétation de “Tangled In The Great Escape” en rajoute une couche. En effet, Jason Butler revient sur scène pour offrir une version live du titre mémorable. “Circles”, morceau écrit en hommage aux victimes du Bataclan, est incontournable ce soir. Cependant, elle ne fait pas tomber la foule dans une morosité qui serait mal venue en cette soirée qui se déroule si bien. Bien au contraire, l’énergie du titre permet de garder le Trabendo bel et bien éveillé en cette fin de set. “King For A Day” vient clore la soirée dans un dernier lâché de confettis et s’achève sur des applaudissements et des remerciements. PTV a montré une fois de plus qu’il mérite la place qu’il occupe au sein de cette scène.

La foule est conquise, le groupe aussi. Il est difficile de comprendre pourquoi Pierce The Veil a attendu si longtemps pour enfin jouer en tête d’affiche en France. Paris a bel et bien rempli sa tâche difficile d’ouvrir une tournée qui va durer un mois, sillonnant les routes d’Espagne, d’Allemagne et du Royaume-Uni.

Setlist :

Dive In
Caraphernelia
Texas Is Forever
The Divine Zero
Bulletproof Love
Floral & Fading
Kissing in Cars
May These Noises Startle You In Your Sleep Tonight
Hell Above
Bulls In The Bronx
Tangled In The Great Escape
Hold On Till May
Circles
King For A Day