ReportsSlideshow

PATTI SMITH AND HER BAND @ Le Grand Rex (08/10/21)

Auteure, compositrice, interprète, poète, militante, Patti Smith endosse toutes les casquettes avec talent. De passage à Paris pour deux représentations avec son groupe, c’est au Grand Rex que RockUrLife a eu la chance de la voir.

Interprète et poète

Le show débute avec le sobre “Dancing Barefoot” devant un public debout pour accueillir l’héroïne du soir. Les premières envolées vocales de la soirée font vibrer la salle et démontrent que l’artiste n’a rien perdu de sa superbe.
Les années passent, mais le temps ne semble pas avoir de prise sur Patti. Dans sa voix et son attitude se dégagent toujours cette même ferveur de ses débuts.

Poétesse elle-même, Patti voue une passion aux mots, aux textes et aux grands auteurs. Elle entame “Grateful” lunettes dur le nez et papier dans les mains. Sa lecture devient chantée dans une forme de refrain. Elle fait vivre son récit avec tant d’envie et d’émotions qu’elle finit par prendre des airs de pasteur évangélique américain. Comme transcendée par des mots qui semble la toucher au plus profond de son âme. S’en suit une lecture d’un poème de Gérard de Nerval, un texte sublime que l’audience aurait peut être apprécié d’entendre en français.

Une affaire de famille

La complicité et le bonheur de jouer ensemble se voient sur scène. En plus des compagnons de longue date, le groupe inclut également les enfants de Patti. A la guitare, son fils Jackson et au piano sa fille Jesse. Une famille unie dans le sacré de la musique. Après un très beau “Blame It On The Sun”, reprise de Stevie Wonder, Patti lâche les chevaux sur “Free Money”. Point levé, chant résigné et énergie débordante pour un titre résolument percutant. Le public du Grand Rex salue une prestation de haut vol et un duo avec le guitariste Lenny Kaye par une standing ovation.

Lenny s’empare du micro pour lancer une session hommage. Il déclare son amour pour Juliette Greco et salue le regretté Charlie Watts. Les premières note de “I’m Free” suscitent de l’émotion dans le public. Les musiciens entament “Walk On A Wild Side” et Patti vient chanter la fin du morceau avec sa fille. Tout au long de la soirée Patti brillera par son sens de l’humour et de la répartie, n’hésitant pas à répondre à des fans assez vocaux. Ainsi après un “I love you” lancé par la salle elle répondra “I’ll think about it“.

Des messages intemporels

Séquence nostalgie avec le tube “Because The Night”. Patti annonce que l’homme à l’origine de ce succès est dans la salle. En effet, Jimmy Lovine avait récupéré le morceau de Bruce Springsteen pour le proposer à Patti, qui a écrit des paroles en l’honneur de son grand amour Frederick Smith. La prestation est tout simplement magique. Le Grand Rex chante en chœur les refrains devant une Patti émue et heureuse. Elle ne manquera pas de remercier son auditoire à plusieurs reprises d’être présent malgré les nombreux reports et les mesures sanitaires.

La chanteuse partage ensuite son amour pour Bob Dylan et raconte comment, jeune, elle rêvait de Dylan et de Paris et à quel point c’est un rêve pour elle de jouer “One Too Many Mornings” dans la capitale. Le rythme s’accélère avec “Pissing In A River”. A la limite du théâtral, au summum du viscéral, Patti emmène son audience parisienne dans une joyeuse frénésie. Pour les derniers morceaux avant le rappel, Patti se lance dans le magnétique “Horses/Land”, qui finira par fusionner avec le cultissime “Gloria”. L’enthousiasme de la salle grandit avec la montée en puissance des morceaux. La présence scénique de Patti Smith est hypnotique. Il se dégage de cette femme de soixante-quatorze ans une énergie sans faille et une sincérité qui transcendent sa musique. L’intensité est à son paroxysme sur le refrain de “Gloria”. La salle sautille frénétiquement et en redemande.

Un esprit punk toujours présent

L’artiste, son groupe et ses enfants reviennent sur scène pour entamer l’hymne “People Have The Power”. Des paroles qui résonnent particulièrement dans ces temps compliqués. Un enchaînement tout trouvé avec le très punk “My Generation”. Les décibels s’envolent, les cordes se cassent quand Patti prend la guitare et c’est avec un message fort que la chanteuse quitte la scène “notre génération avait des rêves et continue de rêver, mais maintenant il faut agir.”

Patti Smith et son groupe ont enflammé la scène parisienne du Grand Rex avec un rock poétique et engagé porté par une avide envie de partager. Chapeau bas !

Patti Smith Setlist Le Grand Rex, Paris, France 2021

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !