Reports

PARKWAY DRIVE @ Les Etoiles (18/03/18)

C’est à la surprise générale que Parkway Drive a annoncé ce concert intimiste dans la salle des Étoiles à Paris. Le groupe vient promouvoir son prochain album “Reverence” qui sortira le 4 mai prochain. Ce soir, malgré la surprise de l’évènement, les Australiens sont accompagnés par le groupe Polar, qui aura la tâche de chauffer un public qui bouillonne déja.

Ce sont donc les Anglais de POLAR qui ouvrent le bal. Et dès l’arrivée du groupe sur scène, on sent que la soirée sera mémorable. L’assemblée est dans une forme olympique et le montre sur chaque titre de la formation. Cette ambiance et cette énergie Polar la partage avec l’auditoire, bien que la scène ne soit pas très grande les musiciens sont déchaînés. Ca saute, ça danse, presque en rythme avec l’audience. Il ne faut pas non plus attendre très longtemps pour voir apparaître les premiers pogos, stage dive, et slam. De quoi mettre de bonne humeur avant la tête d’affiche très attendue.

 

 

Les lumières s’éteignent, la foule hurle déjà puis on se met à entendre les voix de “Wishing Wells”, dévoilé il y a moins d’un mois. Les musiciens de PARKWAY DRIVE font leur entrée un à un pour que le show commence enfin ! Ce premier titre achevé, le chanteur Winston McCall reprend déjà son souffle pour remercier le public d’être là, le tout en français, avant de proposer à ce dernier de chanter le prochain morceau et de rejoindre les musiciens sur scène avec leur morceau phare, “Carrion”. On n’a pas encore passé le refrain que la foule est déjà en train de monter sur scène pour replonger dans la fosse. Le groupe sait jouer avec l’audience et les titres choisis à l’occasion de ce concert le montrent bien.

 

 

Bien entendu, nous n’échappons pas aux deux nouveaux morceaux de “Reverence”, “Wishing Wells” en ouverture et “The Void” un peu plus tard dans le set. Mais la formation glisse dans cette setlist, peut-être un peu courte, tout ce qu’il faut. Des compositions qui ont fait sa renommée comme “Wild Eyes” mais également des titres des premières années à l’image de “Dead Man’s Chest” fêtant ses dix ans. Parkway fait tout de même face à un problème : la taille de la scène. Les musiciens sont à l’étroit et leurs mouvements quasi statiques, mais même malgré cela ils arrivent à livrer une belle performance. Le son est bien géré, au même titre que les instruments ou le jeu de lumières sur scène, mais également la voix de Winston McCall qui pas un seul instant a été moins performante. Le quintette offre un rappel de deux morceaux aux Parisiens : “Crushed” et “Bottom Feeder” comme conclusion.

 

 

Un set incroyable qui s’est terminé dans un nuage de vapeur. Comme à leur habitude, les Australiens de Parkway Drive ont fait trembler les murs de Paris en fournissant une performance irréprochable. Ajoutez à cela l’ambiance intimiste des Etoiles et vous obtenez un concert des plus mémorables.

Setlist :

Wishing Wells
Carrion
Boneyards
Vice Grip
Idols And Anchors
Romance Is Dead
The Void
Wild Eyes
Breaking Point
Dead Man’s Chest
Dedicated
Horizons
—-
Crushed
Bottom Feeder

Ecrire un commentaire