Reports

PALACE OF THE KING @ Espace B (15/04/18)

C’est en ce beau dimanche ensoleillé que les Australiens de Palace Of The King ont décidé de donner un cours de rock n’roll à la capitale ! RockUrLife était au premier rang près des professeurs !

C’est à l’Espace B, petit bar du dix-neuvième arrondissement que la leçon se déroule. La salle cachée dans le fond est un repère de groupes issus de la scène underground et la superficie, à dimension humaine, permet d’être au plus près des artistes.

Une trentaine de personnes seulement est présente et c’est aux Parisiens de WYLD de chauffer l’ambiance ! La température est déjà très élevée et ce n’est pas ce son massif qui va la faire redescendre. “Stoned” ouvre le bal sur un riff lourd à la Zakk Wylde (Black Label Society) et on sent de la passion dans le jeu des comparses. Dommage néanmoins que la guitare lead soit un peu en retrait dans le mix, du moins pour le début du set. Le groupe est venu ici présenter son premier opus éponyme proposant un style heavy/stoner déjà ultra accrocheur sur la platine mais prenant encore plus de sens en live ! Les guitares déversent riffs pachydermiques et soli lumineux et les compos sont vraiment abouties pour un premier album.

 

 

 

On retiendra la préférée du chanteur “Hyperion” et son matraquage de cymbales, la poignante “Ritual” en hommage à divers musiciens décédés et son final en fanfare ainsi que “Venomous Poison” et son break achevant superbement un set court mais généreux en diable qu’on verrait volontiers rallongé lors d’une prochaine tête d’affiche ! Le public est conquis et en redemande. Rendez-vous pour la promo du petit deuxième ?

 

 

Un court entracte le temps de se rafraîchir et saluer Wyld pour sa performance et voilà que PALACE OF THE KING investit les lieux toujours occupés par ses trente veinards. Veinard est le mot juste car comme dit le proverbe : “les absents ont toujours tort”. Habitués à ouvrir pour leurs compatriotes d’Airbourne dans des salles cent fois plus grandes, ces derniers vont délivrer ce soir une prestation façon showcase mais version XXL. “Let The Blood Run Free” est lancé et son intro au clavier suivi d’un riff à la Deep Purple mettent d’emblée les points sur les i : nous avons affaire ici à des pointures. “Are you ready to rock?”, lance Tim Henwood à un auditoire certes peu fourni mais impressionné par l’organe vocal de ce dernier, tant sa maîtrise des aigus et son aisance sur scène sont indéniables. La première partie du set est principalement consacrée aux deux premiers albums du combo, laissant paraître pêle-mêle des influences notables à Led Zeppelin ou Aerosmith mais absolument digérées et restituées de manière authentique.

 

 

Travis Dragani, colosse impressionnant derrière ses fûts, délivre une prestation tout en groove et en puissance tandis que durant toute la soirée, Sean Johnston passera de sa six cordes au clavier façon Hammond d’une aisance admirable tant le bougre semble prendre un sacré plaisir à nous faire voyager dans des sonorités délicieusement 70’s. L’enchaînement du dernier single “I Am The Storm” et ses superbes relents pink floydiens avec le hit en puissance “It’s Been A Long Time Coming”, tiré du dernier album en date “Get Right With Your Maker” fait des merveilles en milieu de set et amorce un crescendo permanent dans la setlist des Australiens bien décidés à dévoiler tout leur talent. L’ambiance dans la salle est pourtant assez timide et il est presque incroyable de ne voir que deux ou trois personnes se déhancher tant la qualité de la prestation est incroyable et ponctuée de breaks et soli totalement jouissifs. Le quartette enchaîne toutefois les morceaux de bravoure et le set est on ne peut plus carré. Passant de sa guitare à un harmonica, le frontman se frotte également à quelques passages plus bluesy accompagné encore une fois avec succès par une section rythmique hors pair.

 

 

La prestation qui nous a été offerte ce soir restera inoubliable car avoir la chance d’assister à un tel étalage de savoir faire et de feeling dans des conditions si privilégiées, n’est que trop rare pour ne pas être appréciée comme il se doit. Une leçon de rock en bonne et due forme. Respect !

Setlist :

Let The Blood Run Free
No Chance In Hell
Another Thing Coming
Beyond The Valley
Fly Like An Evil
I Swear On My Life
I Am The Storm
It’s Been A Long Time Coming
Black Heart
White Bird (Bring Your Armies Against Me)
Rock & Roll Hoochie Koo
A Dog With A Bone
Take Your Medicine
Let The Blood Run Free

Ecrire un commentaire