ReportsSlideshow

NORTHLANE @ Gibus Live (23/11/19)

Le Gibus Live sapprête à vivre une soirée incroyable au cœur de la capitale. Les Australiens de Northlane ont décidé d’y déposer leurs bagages et dans leurs valises se trouve bien des choses ! Un nouvel album, au son bien plus travaillé, qu’il va être intéressant de découvrir sur scène, mais aussi pas un pas deux, mais bien trois groupes à savoir : Polaris, Silent Planet et Void Of Vision. Bref, préparez votre cou, ça va tourner !

C’est VOID OF VISION qui ouvre le bal ce soir. Le groupe est d’ailleurs lui aussi originaire d’Australie et également venu présenter un nouveau disque, “Hyperdaze”. Le tout est globalement bien rodé, mais quelques imperfections se font entendre dans les guitares et dans le chant. Rien de bien grave. L’assemblée semble accrocher, rien de bien méchant encore mais prometteur pour la suite de la soirée ! On reconnait d’ailleurs pendant le set “If Only” qui fait office de présentation de l’album, malheureusement encore trop peu connu pour nous.

Après une courte pause et sans doute pour rattraper le retard, c’est au tour de SILENT PLANET d’entrer sur scène. Cette fois-ci le quintette nous vient de Californie et ca s’entend ! Dès les premières notes, l’influence américaine et ses sonorités se font ressentir dans la composition des morceaux. Quelques touches de Beartooth par-ci et quelques touches de Enter Shikari par la et vous avez Silent Planet. Une formation peu connue malgré une décennie d’existence et qui possède à son actif deux EP et deux albums. A suivre !

Que les choses sérieuses commencent !

On passe, en quelques sorte, à la deuxième tête d’affiche de la soirée : POLARIS ! Le quintette originaire d’Australie (décidément !) est en pleine ascension. Et il n’est pas impossible d’imaginer dans peu de temps que ce soit Northlane qui l’accompagne en guest plutôt que l’inverse. Le groupe a même eu le droit à une nomination aux ARIA Awards pour le meilleur album rock heavy metal l’année dernière.

Il semble d’ailleurs évident que certaines personnes dans l’audience sont venus uniquement pour eux. Sur plusieurs morceaux, le Gibus Live chantonne, si cela peut être le bon terme compte tenu du style des Australiens. Le plus étonnant vient de l’énergie que l’auditoire offre à Polaris, déjà bien épuisé par les deux formations précédentes. En espérant qu’il en reste un peu pour le headliner !

This is a new generation!

Dans un bain de vapeur, le Gibus nous fait déjà oublier que c’est l’hiver. La soirée pourrait être terminé que l’on en aurait pour notre argent. Mais il n’en est rien ! La tête d’affiche tant attendue, NORTHLANE, fait enfin son entrée sur scène.

Les Australiens démarrent le set avec “Talkin Heads”, l’un des titres phares du nouvel album “Alien”. Disque qui marque un véritable tournant dans la carrière du groupe. D’ailleurs, cette soirée n’est vraiment pas faite pour ceux qui sont des nostalgiques de la première heure de Northlane. Nous avons le droit a une setlist, assez longue, 100% Marcus Bridge et en grande majorité de “Alien”, signe encore plus affirmé que le quintette tourne une page.

C’est donc des morceaux très efficaces qui s’enchainent ce soir, tels que “4D”, “Bloodline”, “Vultures” ou encore “Eclipse”. Les amateurs du nouvel album sont servis ! Autrement, les fans trouvent leur compte avec les rares morceaux de “Mesmer” (“Citizen”, “Intuition”). Il en est de même dosage pour “Node” (“Obelisk”, “Rot”).

Petite surprise de fin

Hormis une setlist aux petits oignons, la formation donne tout ce qu’elle a, pas de fatigue admise dans l’assemblée. Marcus prend son travail de frontman très au sérieux et fait bouger les foules, autant qu’il les fait chanter. Cela lui permet aussi d’éviter les notes trop aiguës. On sent une petite fragilité dans la voix. Mais les instruments sont très impressionnants. Tout est cadré, sans aucune fausse note. A tel point que l’on se demande si les samples ne sont pas aussi fournis de quelques lignes de guitare.

Pour revenir sur la nouvel ère de Northlane, il y a cependant un morceau, qui, en France, pourrait être considéré comme un morceau qui résiste encore et toujours à l’envahisseur, “Quantum Flux”. Ce dernier soulève une dernière fois le public, tant physiquement que vocalement, face à un groupe qui semble presque ému de l’accueil des Parisiens.

Une soirée très longue et intense ! Quatre groupe se sont succédés sur la scène du Gibus Live, offrant un panel très varié pour tous les goûts dans cette douce famille qu’est le metal. Ce soir, Northlane marque un changement important dans son histoire, peut être la dernière marche avant d’obtenir la renommée que la formation mérite. On y croit !

Northlane Setlist Le Gibus, Paris, France 2019, Alien World Tour

Ecrire un commentaire