Reports

NECK DEEP / STATE CHAMPS @ O2 Institute (01/02/16)

L’affiche de ce soir fait rêver. On ne peut pas dire que le co-headline mondial de State Champs et Neck Deep passe tous les jours en Europe. Déjà, il ne passe pas en France. Petit retour sur la pop punk party qui a eu lieu le 1er février à Birmingham, donc !

La seule chose qui change sur cette tournée mondiale, ce sont les premières parties; le Royaume-Uni se voit donc gratifié de LIGHT YEARS en ouverture. Le groupe venu de l’Ohio ne nous surprend pas vraiment : l’ambiance est là, entretenue entre chaque titre par un chanteur qui se plait à raconter sa vie de façon assez loufoque. On s’amuse bien, mais la musique de la formation s’inscrit parfaitement dans la lignée de celle des têtes d’affiche, et en à peine vingt-cinq minutes, on a du mal à accrocher plus que nécessaire.

CREEPER détonne tout de suite beaucoup plus. La formation est tellement plus punk que pop qu’on se demanderait presque ce qu’elle fait là. Mais sa recette fonctionne parfaitement : une entrée fracassante sur “Vcr”, et le nouveau single “Black Mass” ne met pas l’ambiance mais crée la folie. La performance n’est pas très longue non plus, mais on se prend à vouloir en entendre plus; coïncidence plutôt intéressante, Creeper ouvrira pour Neck Deep le 29 mars à Paris. En attendant, on a adoré les voir s’agiter sur la quasi-totalité de l’EP “The Callous Heart”. Du grand spectacle !

A deux ou trois chansons près, la setlist de STATE CHAMPS n’a pas changé depuis leur visite dans notre capitale il y a quelques mois. Et pourtant, on constate avec bonheur que la troupe sait se renouveler, s’adapter à son public et à la taille de la salle et, plus surprenant encore, nous mettre une bonne claque sonore alors qu’on s’attendait simplement à revoir le même (très bon) show. Si “Around The World And Back” est un des meilleurs albums du genre sortis dernièrement, c’est bien en live qu’il prend tout son sens. Et les années de tournée du groupe lui insuffle ce qu’il faut d’énergie et de sincérité pour faire mouche à chaque morceau (“Perfect Score”, “All Or Nothing”); on les connait maintenant aussi bien que les morceaux plus anciens (“Hard To Please”, “Remedy”), et c’est un vrai plaisir de voir les fans chanter toutes les paroles en s’escaladant les uns les autres. Quant à la sortie sur “Elevated”, elle n’a rien perdu de son effet, même sans invasion de la scène par la foule !

NECK DEEP débarque ensuite en conquérant; avec pas moins de quinze chansons, on sent bien que la partie UK de cette tournée mondiale lui appartient. Les musiciens n’ont pas (encore) d’effets pyrotechniques, mais ils ont pris soin de décorer la scène avec des flammes en carton rappelant la pochette du dernier effort, “Life’s Not Out To Get You“. Le combo s’est nettement amélioré en live depuis ses débuts, tant en terme de présence que de justesse; Ben Barlow est intenable et met l’ambiance sans jamais s’essouffler. Le show privilégie légèrement le nouvel opus, mais laisse la part belle aux anciens titres, piochant dans tous les EP du quintette (“Over And Over”, “Head To The Ground”, “Growing Pains”), sans oublier ses classiques (“Losing Teeth”, “A Part Of Me”).

La formation s’offre même un moment d’accalmie avec “A Part Of Me”, où Hannah Greenwood, la pianiste de Creeper, vient les rejoindre pour interpréter la partie vocale féminine du morceau; et un “Head To The Ground” qui voit Ben rester seul sur scène avec sa guitare acoustique, sans aucun artifice. Les quatre autres compères remontent rapidement sur scène pour interpréter “December”. Et comme un show de Neck Deep ne serait pas un show de Neck Deep sans ce genre de dérapage, les membres nous apprennent qu’ils jouent maintenant leur dernière chanson – ceci n’est pas une blague, le rappel aurait dû être composé de ces deux derniers titres, mais “we fucked up!”. On finit donc en beauté sur un fou rire et “Can’t Kick Up The Roots”.

La majeure partie des groupes de cette soirée nous a prouvé qu’il est encore possible de tirer son épingle du jeu dans la scène pop punk, et si State Champs ne sera plus avec eux, on espère que ce report vous a donné un avant-goût prometteur de ce que seront les shows de Neck Deep et Creeper à Paris le mois prochain !

Setlist :

Citizens Of Earth
Losing Teeth
Gold Steps
Crushing Grief (No Remedy)
Over And Over
Serpents
Kali Ma
Lime St.
Growing Pains
Smooth Seas Don’t Make Good Sailors
What Did You Expect?
A Part Of Me
Head To The Ground
December
Can’t Kick Up The Roots

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife