Reports

MASSIVE ATTACK @ Zénith (27/02/16)

La semaine dernière, Massive Attack était de passage par le Zénith De Paris pour deux dates, en clôture de tournée. Nous étions présents pour la deuxième (et ultime) date.

Cette toute fin de tournée s’annonçait difficile pour Massive Attack. La veille, pour le premier des deux concerts parisiens, le groupe avait essuyé de nombreux problèmes techniques, interrompant le spectacle sans vraiment donner d‘explications, pour finalement écourter son set. Le tout avait laissé des fans “déçus”, qualifiant même la soirée de “pire concert de Massive Attack de tous les temps” (il suffit de voir les commentaires sur les réseaux sociaux). Autant dire que nous ne savions pas trop à quoi nous attendre, samedi soir, en approchant du Zénith.

Fort heureusement, les choses semblent s’être arrangées. Et avant toute chose, c’est YOUNG FATHERS qui se charge d’ouvrir le show. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est normal, puisque ce n’est autre que le groupe en featuring sur “Voodoo In My Blood”, dernier single de Massive Attack. Le trio écossais est pour l’occasion accompagné d’un batteur. Et c’est ce dernier qui ouvre le set, à grands coups de percussions, ce qui fait même sursauter une bonne partie de la salle. La sonorisation n’est pas terrible, mais les compositions sont plutôt sympathiques. Un hip hop tirant un peu sur la pop, exécuté par des musiciens confiants (et bons danseurs, en plus).

Changement de plateau, et c’est à 21h que MASSIVE ATTACK entre en scène sous les applaudissements du public. Sans fioritures, le spectacle démarre tout de suite avec “Battle Box 001”, et nous laisse apercevoir toute l’ampleur des effets visuels utilisés pour la tournée. Superbes lumières, lasers, et écrans géants en fond de scène. Tout est là pour sublimer les morceaux hypnotiques des rois du trip hop. Le son est d’ailleurs bien meilleur que pour la première partie. Les basses ressortent bien, et chaque voix est mise en valeur. Et bonne nouvelle, pas de problème technique à signaler.

Dans le décor, sans surprise de la part d’un groupe aussi engagé, se dégagent des messages résolument politiques. Des dépêches AFP s’affichent sur les écrans géants, traitant de sujets divers et variés, de la corruption des politiques aux actualités people absurdes. Mais le sujet principal de l’engagement de la formation à l’heure actuelle est la crise des réfugiés en Europe. Ce sont donc des images de radeaux de fortune, de personnes maltraitées par les autorités, ou encore des chiffres alarmants sur la situation (exemple : “7 620 200 syriens forcés de fuir à cause de la guerre”) qui se suivent sur le décor. Le set s’achèvera même par un rappel du partenariat avec l’UNHCR.

Beaucoup à dire sur le décor, donc, mais finalement assez peu sur le concert en lui même. La magie du spectacle réside d’abord dans les effets visuels, laissant le combo un peu plus en retrait, scéniquement parlant. Cependant, bien sûr, les morceaux sont parfaitement exécutés avec une technique sans faute, y compris pour les plus récents, issus de l’EP “Ritual Spirit“. Mais comme souvent, le groupe est assez peu avenant et n’échange quasiment pas avec l’auditoire. En résulte une ambiance assez froide, manquant d’une réelle communion dans la salle.

Et le public n’y met pas beaucoup du sien non plus, puisque la plupart des gens ne bougent pas. On ne s’attendait pas à des pogos, bien évidemment, mais c’est à peine si les fans décrochent un mouvement de tête. Il faudra attendre des mastodontes comme “Teardrop” et “Angel” pour que, au bout d’une heure de set, les corps commencent à se mouvoir, et que quelques personnes se lèvent dans les gradins.

En bref, un très beau spectacle, une très belle technique, et de très beaux messages. On en prend plein les yeux et les oreilles. Mais en terme d’ambiance, on a vu mieux, et bien plus vivant. Vivement la prochaine, tout de même, histoire de pouvoir communier un peu plus !

Setlist :

Battle Box 001
United Snakes
Clock Forward
Risingson
Paradise Circus
Ritual Spirit
Girl I Love You
Psyche (Flash Treatment)
Future Proof
Jupiter
Teardrop
Angel
Inertia Creeps
—-
Safe From Harm
Take It There
Voodoo In My Blood
He Needs Me
—-
Unfinished Sympathy
Splitting The Atom