Reports

MAIN SQUARE FESTIVAL 2014 – Jour 2 (04/07/14)

En ce deuxième jour de festival, la programmation reste tout aussi prometteuse et la journée s’avère chargée aussi bien côté Main Stage que Green Room. Soleil, poussière et odeurs de nourriture en tous genre, l’excitation est palpable et les festivaliers au rendez-vous jusqu’au dernier set.

TRIGGERFINGER (Main Stage) – Triggerfinger ouvre le bal sur la scène principale à 17h30. Le trio stoner rock endiablé, réuni au milieu de la scène, semble bien petit sur cette immense Main Stage et pourtant difficile de faire mieux comme entrée en matière. Le frontman Ruben Block s’approprie la scène et embarque sa guitare tout le long s’adonnant à quelques riffs face à un bassiste et un batteur tout aussi passionnés et prêts à tout pour faire bouger la foule. Triggerfinger ouvre en beauté cette seconde journée avec “All This Dancin’ Around”, “On My Knees” ainsi que “Game” et “Perfect Match”, tous deux extraits du dernier album, “By Absence Of The Sun”.

TWENTY ONE PILOTS (Green Room) – Twenty One Pilots est sur le point de faire son entrée sur la Green Room, tandis que les festivaliers se rassemblent devant, les premiers rangs tenus par des fans du duo venu de l’Ohio. L’ambiance y est tout autre puisque quelques minutes avant l’arrivée du groupe, le public entame “La Marseillaise” pour supporter le match de l’Equipe de France contre l’Allemagne qui débute au même moment. Deux hommes cagoulés font alors leur apparition sur la Green Room, Tyler Joseph, chanteur principal et pianiste à la cagoule noir accompagné de Josh Dun, batteur à la cagoule rouge. Les fans n’hésitent pas à reprendre les paroles, alors que le chanteur saute partout sur scène chantant et rappant sur certains titres tout en allant, de temps à autre jouer du piano énergiquement. Le duo se changera même entre deux chansons, Tyler Joseph simulant de se tirer une balle sous le menton, les deux compères quittent la scène et reviennent tout deux pull et cagoule au motif d’un squelette. Finalement, les deux musiciens retireront leurs cagoules sous les applaudissements de l’assemblée quelques minutes plus tard. Le show de Twenty One Pilots ne s’arrête pas là, Tyler Joseph va jusqu’à taper sur sa caisse sur un support tenu par le devant de la fosse pour “Trees” et grimpe sur la structure métallique autour de la scène, tout en interprétant “Car Radio”.

IMAGINE DRAGONS (Main Stage) – Imagine Dragons a en quelques mois été propulsé en tête des charts et le moins que l’on puisse dire c’est que cela se voit. Les gens s’agglutinent devant la Main Stage et le combo fait son entrée sur “Fallen”, connu par quelques fans. Dan Reynolds (chant) remercie, dès le début du set, l’auditoire pour les avoir emmené aussi loin. Après avoir remporté entre autre un Grammy Award et cinq Billboard Magazine Awards avec le premier album “Night Visions”, les morceaux phares sont connus et repris par l’audience. “It’s Time”, “On Top Of The World” et “Demons” sont devenus des incontournables et les américaines ajoutent “Who We Are” à la setlist, titre de la bande originale du film “Hunger Games”. Dan Reynolds et Wayne Sermon (guitare), au micro et à la guitare or, s’adonnent à quelques allers-retours sur les côtés de la scène. Enfin, après s’être à donner à quelques solo guitare/basse ou batterie, Imagine Dragons termine avec “Radioactive”, sur lequel le frontman entraine la foule et les salue avec émotion.

BOMBAY BICYCLE CLUB (Green Room) – Bombay Bicycle Club, tout droit venu du quartier londonien Crouch End (Angleterre) commence son set de l’autre côté du festival et une pluie battante s’abat sur Arras dès les premières minutes. Pour son unique festival en France cet été, le quatuor séduit doucement et tente de percer dans l’Hexagone. Déjà reconnu en Angleterre, les sonorités pop rock notamment avec “Luna” ou indie rock avec “Feel” plaisent aux festivaliers. Une performance découverte plaisante, bien que quelque peu gâchée par la pluie ayant découragé certains festivaliers. Propulsé en tête des ventes outre-Manche avec le quatrième album “So Long, See You Tomorrow”, sorti en février dernier, on attend le retour de Bombay Bicycle Club sur une scène française avec impatience !

FRANZ FERDINAND (Main Stage) – L’un des groupes les plus attendu en cette deuxième journée de festival, la formation écossaise attire avec ses mélodies imparables et reconnues telles que “No You Girls” et “Walk Away”, le tout réglé au millimètre sur scène avec quatre musiciens passionnés. Une pancarte sur laquelle est inscrite “My dream is to play Take Me Out with you” (ndlr : mon rêve est de jouer “Take Me Out” avec vous) surgit de la foule et lorsque la formation entame le titre les festivaliers reprennent les paroles et sautent dans tous les sens sur le refrain hurlant “Take Me Out”. “Toughts”, “Words” et “Action”, trois mots inscrits à la suite sur trois amplis différents, à l’image du nom du dernier album sorti l’an dernier, “Right Thoughts, Right Words, Right Action“. Quant au quatuor, ils ont tous opté pour le black and white, très smart, le frontman Alex Kapranos danse avec sa guitare excitant un peu plus cette foule, qui s’étend à perte de vue.

ANNA CALVI (Green Room) – Rockeuse habillée smart au regard perçant et aux lèvres rouges, il y a de quoi être hypnotisé surtout quand tout ce qui vous attire au départ vers la Green Room est la voix d’Anna Calvi. Tout droit venue d’Angleterre et grandement influencée par Kate Bush, Anna Calvi entame son set avec des sonorités rock et folk beaucoup plus douces, misant surtout sur une voix puissante. Avec deux albums à son actif, le dernier “One Breath”, sorti en 2013, Anna Calvi, à la guitare et au clavier, est aussi entourée sur scène par deux autres musiciens au clavier et à la batterie et une percussionniste. Un véritable petit groupe autour de la rockeuse pour interpréter des titres rock très travaillés tels que “Suddenly”.

THE BLACK KEYS (Main Stage) – Tête d’affiche de ce vendredi, le duo rock venu d’Akron (Ohio) livre un set dont les morceaux sont principalement tirés du septième effort, “El Camino”, sorti en 2011. Dan Auerbach (chant/guitare) et Patrick Carney (batterie) créent une véritable euphorie à la Citadelle d’Arras lorsqu’ils interprètent “Gold On The Ceiling”, “Dead And Gone” ou encore “Lonely Boy”, qui clôture en beauté avant le rappel. Le frontman revient sur scène avec sa guitare acoustique quelques minutes plus tard pour deux titres supplémentaires, entamant premièrement “Little Black Submarines”. Très modeste lorsqu’il s’adresse à son public, Dan Auerbach ajoute au set, “Bullet In The Brain” et “Fever”, extraits du dernier opus paru en mai dernier, “Turn Blue“.

WOODKID (Green Room) – Alors que la nuit est tombée sur le Main Square Festival, le français Yoann Lemoine offre là une performance son, lumière et visuelle époustouflante, avec un set s’enchaînant à la perfection. Entouré par son orchestre, il y a de quoi trembler avec “Iron” et le frontman s’adonne à quelques échanges avec l’auditoire, faisant crier leur présence aux femmes et hommes en introduisant “I Love You”. “Très heureux d’être là, ça fait longtemps qu’on parle de cette date et nous sommes très excités”, adresse fièrement Woodkid à l’assemblée. Vidéo noir et blanc en accord avec la rythmique des percussions, le tout s’avère mélancolique, parfois sombre. Telles des musiques de film, la foule a les yeux rivée sur la scène, chaque titre est mis en scène et lorsqu’il s’agit de faire danser et sauter l’audience, là encore, le pari est réussi.

Une programmation prometteuse d’entrée de jeu qui commençait très bien et qui s’est avérée être de mieux en mieux concernant les performances des artistes. Cette seconde journée du Main Square Festival 2014 se termine avec SKRILLEX sur la scène principale et GESAFFELSTEIN sur la scène de la Green Room après les passages remarqués de The Black Keys et Woodkid.

Jour 1Jour 2Jour 3Jour 4