ReportsSlideshow

LIAM GALLAGHER @ Zénith (21/02/20)

Liam Gallagher, l’enfant terrible du rock anglais était de passage à Paris pour promouvoir son nouvel album “Why Me? Why Not.” (2019). RockUrLife revient sur une soirée magique, qui sentait bon la nostalgie !

La copie avant l’original

C’est dans un Zénith déjà très rempli que le premier groupe monte sur scène. De la tenue à l’attitude, difficile de passer à côté de la ressemblance avec Oasis. Kaki militaire, coupe de cheveux à la Beatles et nonchalance sont de la partie.

Les quatre musiciens de TWISTED WHEEL proposent un rock “oh so British”, un peu plus moderne que celui de leurs aînés. Les Mancuniens assurent un tour de chauffe parfait pour accueillir la star de la soirée.

Une Rock ‘n’ Roll Star, made in Manchester

Les lumières s’éteignent, l’hymne de Manchester retentit et c’est l’euphorie dans la salle. La fosse s’agite sérieusement sur l’excellent “Fuckin’ In The Bushes” lorsque LIAM GALLAGHER fait son entrée. Vêtu de son K-Way blanc, il déboule sur scène accompagné de ses musiciens et choristes. Derrière lui un écran géant permet une expérience immersive pour tout le public.

Commencer un set par “Rock ‘N’ Roll Star”, premier titre de l’emblématique “Definitely Maybe” (1994), c’est s’assurer l’adhésion des fans. Liam Gallagher enchaîne ensuite avec ses morceaux solos, dont l’excellent “Wall Of Glass”. Visiblement agacé, il s’en prend à son ingénieur du son pour demander quelques modifications en disant qu’il est sur le point de s’endormir. Un franc parler, qui est devenu sa marque de fabrique.

Oasis will live forever

Les premières notes de “For What It’s Worth” retentissent et l’assemblée entre en ébullition. Presque tout le morceau est repris en chœur par le Zénith pour un beau moment de communion entre l’artiste et ses fans. Liam Gallagher est visiblement touché. S’en suit un enchaînement de “(What’s The Story) Morning Glory?” (1995), “Columbia” et “Stand By Me” d’Oasis qui fait monter l’ambiance d’un cran.

Un karaoké géant s’organise et les visages s’illuminent de plaisir. Liam aime dire à son frère qu’il y a beaucoup de monde capable de composer des bons morceaux, mais peu de bons interprètes. Il démontre ce soir qu’il a peut-être raison tant la prestation fait oublier que ce n’est pas un concert d’Oasis. Après “Once ” et “The River” il offre l’émouvant “Gas Panic!” et le sublime “Live Forever” avant de quitter la scène.

Un concert placé sous le signe de la nostalgie

Une petite heure de set seulement avant le rappel. Autant dire que l’auditoire est plus qu’impatient de revoir Liam sur scène. Et quel retour ! “Acquiesce”, morceau phare du groupe puisqu’il fait chanter les deux frères, est acclamé par la salle. Les paroles du refrain s’affichent sur l’écran et c’est le Zénith qui scande les lignes de chant de Noel.

Un rappel tout droit sorti des années 90 avec la succession des tubes “Roll With It”, “Supersonic” et “Champagne Supernova”. Liam demande à la foule de choisir entre le fucking “Wonderwall” et “Cigarettes And Alcohol”. Le second titre remporte clairement le sondage, mais le Mancunien est d’humeur généreuse et accepte de jouer les deux. Un final émouvant, festif et terriblement jouissif pour tous les fans de la formation.

Liam Gallagher a offert le plus beau des cadeaux à ses fans, une soirée riche en émotion, qui a fait la part belle aux morceaux d’Oasis !

Liam Gallagher Setlist Le Zénith, Paris, France 2020, Why Me? Why Not.

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !