Reports

JOHN GARCIA AND THE BAND OF GOLD @ Le Trabendo (23/01/19)

Initialement prévue l’an dernier, c’est finalement 2019 qui voit le retour de John Garcia avec un nouvel album et une belle tournée… qui commence à Paris. Un rendez-vous à ne pas manquer donc !

Venu de la côté ouest du Canada et plus précisément de Vancouver, DEAD QUIET s’offre une place de choix sur cette tournée européenne. Seul à accompagner la tête d’affiche, le quintette a donc le luxe de jouer une bonne quarantaine de minutes et de faire découvrir, plus amplement, son univers musical. Malgré un parterre encore clairsemé, les cinq musiciens vont rapidement mettre les choses au point. Le principal acteur de ce show est Kevin Keegan (chant/guitare). Ce jeune homme dégage une aura, une folie sûre, et occupe parfaitement la scène. Son acolyte Brock Macinnes (guitare) est également très énergique tant au travers de son jeu que de la complicité avec le frontman. Entre stoner, doom et heavy old school, les influences se mélangent avec aisance et délivrent des compositions dans un univers unique à eux. Mention spéciale à “Blood Lovers” et son solo doublé qui ne peut que rappeler Iron Maiden alors les nappes de claviers amènent une couleur psyché au tout. Le public, lui, s’adapte et tombe sous le charme du combo et de sa créativité. Les cinq musiciens sont chaleureusement applaudis et nul doute qu’on entendra parler d’eux prochainement.

 

 

Passons maintenant à Monsieur Garcia. Avec un nouvel album sorti début janvier nommé “John Garcia And The Band Of Gold” LA voix du desert rock est bel et bien de retour avec un disque électrique et électrisant. Kyuss, Hermano, Slo Burn, Unida… John Garcia aura fait -fait toujours- mordre la poussière et le sable chaud américain à cette scène et cet auditoire si particulier. Suite à une sortie acoustique en 2017, cette fois-ci les pédales de fuzz et de disto sont de nouveau au programme. Eh bon Dieu quel album ! Le set de JOHN GARCIA AND THE BAND OF GOLD démarre avec trois titres tirés du dernier opus avec “Space Vatos”, l’un des singles “Jim’s Whiskers” et “Kentucky II”. Il en faudra peu ce soir pour se mettre l’assemblée en poche. Dès son entrée sur scène, le frontman salue, avec retenue, la foule mais affiche son plaisir de retrouver la scène et d’entamer 2019 à Paris. Le schéma musical du soir n’est pas surprenant, mais était-ce le but ? Le nouvel album se voit grandement présenté avec pas moins de huit morceaux joués. Entre ceux-ci, ce sont évidemment et inévitablement des titres de Kyuss qui apparaissent et ravivent la flamme auprès de l’audience.

 

“Conan Troutman” est le premier à lancer l’assaut de l’ère Kyuss et “Gardenia” suit de manière magistrale. Les premiers mouvements de foule arrivent à cet instant-là d’ailleurs mais sur scène, c’est une tranquillité absolue qui se dégage. A coup de boisson virant au jaune -était-ce du pastaga ? Personne n’aura la réponse mais les doutes sont difficilement levés, tant le public est curieux tout le long du concert- JG se requinque et délivre une partition sans faute. Son timbre de voix si particulier fait tout autant mouche et l’aventure musicale qu’il engage depuis maintenant… longtemps; enivre la capitale. Alors qu’une odeur d’encens continue de parcourir toute l’enceinte du Trabendo, l’heure vient à “El Rodeo” et “Cowboys Suck”, seul titre d’Hermano à se faire une petite place, de booster et de monter crescendo, même si l’extase n’est déjà plus si loin ce soir. Le soleil brûlant met, ensuite, à mal les épis de maïs (les fameux maïs parisiens oui) et voici que “Popcorn (Hit Me When You Can)” retourne une nouvelle fois l’audience, un instrumental maison et entièrement validé.

Un dernier retour dans le temps se profile avec une fin de concert essentiellement kyussesque, “Green Machine” annonce le rappel alors que “Supa Scoopa And Mighty Scoop” le démarre. “Whitewater” et enfin la version électrique de “Kylie”, à savoir “Cheyletiella” mène au point final, au sommet du canyon parcouru en compagnie du groupe et du maître. Cette première européenne est une réussite. Approchant de l’heure cinquante de jeu, le voyage, l’immersion et le plaisir furent à l’ordre du jour. Vamos John Garcia!

Setlist :

Space Vato
Jim’s Whiskers
Kentucky II
Conan Troutman
Gardenia
One Inch Man
Chicken Delight
My Everything
Tangy Zizzle
Lillianna
Don’t Even Think About It
El Rodeo
Cowboys Suck
Molten Universe
Popcorn (Hit Me When You Can)
Hurricane
Gloria Lewis
Green Machine
—-
Supa Scoopa And Mighty Scoop
Whitewater
Cheyletiella

Ecrire un commentaire