ReportsSlideshow

Hollywood Undead – House Party (18/12/20)

Hollywood Undead célèbre la sortie de “New Empire, Volume 1” et “New Empire, Volume 2” avec une “House Party”. Les Américains donnent rendez-vous à leurs fans dans leur salon pour un concert tout en énergie avec quelques guests prestigieux. Du fun et du rock pour une soirée réussie !

Welcome to the Party

Le groupe se fend d’une mise en scène en version animée avec un garde qui fait la sélection à l’entrée. En fond sonore “Coming Thru The Stereo” retentit, tout semble prêt pour démarrer la soirée. Le spectateur pénètre dans un petit salon aux murs couverts d’inscriptions sanglantes. Les fameux gobelets rouges, emblème des soirées américaines, jonchent le sol. La setlist démarre en trombe avec “Time Bomb”. Un titre bien calibré, gentillet avec son côté très Linkin Park dans le refrain chanté par Danny.


L’aspect très resserré de la scène rend l’ambiance très conviviale, même si les musiciens semblent assez à l’étroit. Le côté heavy prend le dessus avec “Enemy”. Cela joue plus fort avec une véhémence bienvenue. Le premier break arrive, l’occasion pour les membres de la formation de discuter entre eux comme à la maison ! Les accents heavy s’amplifient avec le très bon “California Dreaming”. C’est sur ce registre que les Californiens excellent. Une énergie, une rage qui se ressent dans les couplets et dans la complémentarité des chants. Le refrain très pop fonctionne bien. Le riff agressif soutien le morceau tout du long et l’envie de headbanger devient de plus en plus pressante.

Du fun, des guests et du rock

La complicité des membres et le visible plaisir qu’ils prennent à jouer ensemble sont communicatifs. Les artistes jouent la carte de la surprise quand débarque pour “Heart Of A Champion” le chanteur d’Ice Nine Kills. Une belle surprise pour ce morceau, qui est plus efficace dans sa version remixée. Les surprises ne s’arrêtent pas, c’est maintenant Jacoby Shaddix de Papa Roach qui surgit dans le salon. Tout de jaune vêtu, il partage son énergie débordante, amenant un coup de boost au titre. Que c’est bon de les voir tous ensemble après l’annulation de la fin de leur tournée européenne.


Pour la touche d’humour un bouncer vient virer les chanteurs pour faire place nette. Instant buvette et fumette avant de lancer le dansant “Everywhere I Go”. Johnny 3 Tears reste affalé sur le canapé, histoire de se remettre de cette folle soirée. Les festivités se poursuivent avec “Comin’ In Hot” et ses airs nonchalants. Un véritable appel à la fête. S’en suit le tube “Riot”, qui donne envie de sauter partout dans son appartement. Vivement que les concerts reprennent en salle !

Du salon à la scène

Changement de décor après quarante minutes de set pour “Idol”. Le groupe se retrouve sur une scène avec des effets de lumières très rouges. La surenchère d’effets sonores présente sur le CD passe mieux en live. Tech N9ne est présent à distance pour assurer le featuring, son rôle d’agitateur fonctionne bien avec l’émotion que vient chercher Johnny. L’ambiance monte d’un cran avec “Renegade”. Les musiciens ont plus d’espace pour bouger et ne se privent pas pour balancer tout ce qu’ils ont.

C’est avec Hyro The Hero que le groupe lance l’hymne “Coming Thru The Stereo”. Un titre terriblement efficace. Un riff accrocheur et un refrain digne de résonner dans une arène. Les membres d’Hollywood Undead poursuivent leurs échanges d’instruments et se font écho dans les chants. Le tout donne envie de les voir sur scène. La pseudo ballade “Day Of The Dead” offre un peu de répit avant un retour dans le salon pour conclure avec “Bullet” et l’excellent “Undead”.

Hollywood Undead relève le challenge du live stream avec un format en toute simplicité qui repose sur l’efficacité des morceaux du groupe en live.

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !