Reports

HEYMOONSHAKER @ Festi’Val De Marne 2016 (15/10/16)

Dans le cadre du Festi’Val De Marne, Heymoonshaker donnait un concert au Sub, à Vitry. Retour sur un show intimiste en compagnie de deux groupes de qualité.

À 20h30, c’est NO MONEY KIDS qui ouvre les hostilités. On vous en avait déjà parlé à l’occasion de la sortie de leur premier album prometteur, “I Don’t Trust You” en décembre 2015. Et c’est la première fois que RockUrLife les découvre en live. Les conditions sont un peu particulières car le lieu ressemble plus à une cave/garage qu’à une salle de concert et la visibilité est quasiment nulle pour ceux qui ne sont pas tout devant. Il fait aussi très sombre et on note quelques problèmes techniques. Mais le duo parvient vite à faire oublier tout cela en distillant son blues rock électro avec enthousiasme et énergie. Félix Kazablanca (chant/guitare) et Jean-Marc Pelatan (basse/samples/arrangements) alternent morceaux du premier album et nouveautés tout aussi excellentes (“Shot The Master”, “Loaded Gun”, “Take Me To Your Home”). Des nouveautés que vous pourrez découvrir sur le deuxième album du duo, “Hear The Silence”, prévu pour le 24 mars 2017. Le public est charmé par ce groupe doué et sympathique qui n’hésite pas à plaisanter sur son nom et sur le fait que personne n’est là pour faire leurs changements de guitares.

Peu après 22h, HEYMOONSHAKER investit la petite scène devant une soixantaine de personnes, composée en majorité de fans qui lui réservent un accueil très chaleureux. Le duo, qui forme l’unique groupe blues beatbox au monde, démarre doucement avec “Streets Of England” mais fait déjà danser la petite foule. Andy Balcon (chant/guitare) et Dave Crowe (beatbox/harmonica) se déplacent constamment sur scène, offrant un show énergique et hypnotisant. Les deux Anglais, qui se sont rencontrés en Nouvelle-Zélande, affichent une grande complicité, garantie d’un show explosif.

Andy subjugue son auditoire par sa voix abrasive et maîtrisée qui résonne encore dans les têtes à la fin du set. Tout en intensité sur “Find Myself A Home”, le chanteur nous donne aussi des frissons sur “Take The Reins”, dont les paroles sont reprises avec joie par une assemblée exaltée.

Dave, quant à lui, laisse l’assistance bouche bée lorsqu’il se lance dans un long et impressionnant solo de beatbox, très varié dans les rythmes et les sonorités, au milieu de l’audience. On en vient à se demander comment il est humainement possible, en tant que boîte à rythmes vivante, d’être aussi infatigable. C’était déjà admirable en studio, mais pendant plus d’une heure de live, c’est une prouesse !

Côté setlist, on compte majoritairement des morceaux de “Noir” (2015), l’excellent deuxième album du duo. À part “Devil In Mind” et le solo de Dave, qui figurent sur leur premier effort, “Shakerism” (2013). Ce qui ne l’empêche pas d’être variée dans les rythmes et les genres, de “MF 45”, plutôt rock, à “Wheels In Motion”, très blues. Ils offriront même à leur public une courte mais intense reprise de “Whole Lotta Love” de Led Zeppelin que Dave introduira en mettant les spectateurs dans l’ambiance : “Imagine, on est dans les années 60 et nous on est Led Zeppelin !”.

Chaque morceau est très bien accueilli par des spectateurs fanatiques auxquels Dave parle… beaucoup ! Dans un très bon français, ponctué de quelques mots en anglais, ce dernier répond à ceux qui réclament des chansons, se perd dans des “ici, maintenant, le spectacle, ici, maintenant… le spectacle maintenant, ici. Parfois le spectacle est trop sexy alors attention. D’un coup tu es à poil” qui font beaucoup rire la salle. Un exemplaire du deuxième opus est lancé à un chanceux. Et en introduction au rappel, Dave, qui confie être en train d’apprendre le français, parle philo en anglais : “Nous sommes là pour vous rappeler que vous êtes libres. Vous devez faire ce que vous souhaitez faire. Ne pas écouter ceux qui veulent vous décourager. En ce moment c’est la seule chose que vous avez et c’est ça qui est beau !”. Le duo conclut par la superbe “Find Myself A Home” sous un tonnerre d’applaudissements.

Ainsi, les Français de No Money Kids ont assuré une très bonne première partie aux Anglais d’Heymoonshaker. De leur côté, Andy Balcon et Dave Crowe, pour lesquels on avait déjà eu un gros coup de coeur en studio, ont démontré ce soir qu’ils étaient de véritables bêtes de scènes, à la technique époustouflante et à la spontanéité bienvenue. À découvrir dès que possible sur scène !

Setlist :

Intro
Streets Of England
Best Of My Love
Heavy Grip
Wheels In Motion
Take The Reins
Devil In Mind
Lazy Eye
Stoned / Crowe Solo
MF 45
Feel Love
Whole Lotta Love
—-
Find Myself A Home