Reports

HEYMOONSHAKER @ Café De La Danse (23/03/16)

Pour la tournée de son album “Noir” et après un passage très remarqué au MaMA Event, Heymoonshaker était de retour à Paris la semaine dernière pour une soirée endiablée.

La file d’attente est assez longue devant la petite salle de Bastille. Il parait que certains sont là depuis un bon moment. Alors on se presse, à l’ouverture des portes, pour avoir les meilleures places devant la scène, ou dans les petits gradins du Café De La Danse.

La salle est remplie aux deux tiers lorsqu’à 20h, la première partie entre en scène. Il s’agit d’un duo français, CONNIE & BLYDE, originaire de Montpellier. Une chanteuse et un violoncelliste qui assurent une belle performance grâce à une très belle voix, des textes (francophones) recherchés, des rythmiques énergiques et une présence scénique prometteuse. Trente minutes de spectacle pendant lesquelles l’ambiance est déjà montée d’un cran.

A 21h, les lumières s’éteignent de nouveau pour laisser entrer les deux musiciens de HEYMOONSHAKER. La salle est alors très remplie d’une audience de tous âges, certains ayant même amenés leurs enfants. Rockeurs et amateurs de blues se mêlent pour communier ensemble dès le premier morceau, “Streets Of England”, tiré de “Noir”. Une ouverture grandiose laissant déjà apercevoir les talents vocaux et guitaristiques d’Andy Balcon et la technique impressionnante au beatbox de Dave Crowe. Sur la scène, presque rien. Seulement les micros et les guitares, ainsi qu’une petite estrade de chaque côté, proche de l’assemblée. Et pourtant, rien à redire au niveau visuel. Le charisme et la complicité des deux musiciens, tous deux habités par leur musique, sont détonants. Le tout est soutenu par un jeu de lumière extrêmement bien réalisé et une sonorisation excellente. Un sans faute technique. Les titres s’enchaînent et ne se ressemblent pas, de la douceur du single “Take The Reins” aux morceaux sulfureux comme le magistral “MF45” ou “Heavy Grip”. Le duo nous gratifie même d’une reprise express du “Whole Lotta Love” de Led Zeppelin. Régulièrement, le groupe échange avec son public, en particulier Dave Crowe, plein de justesse et d’humour. Les deux Anglais nous parlent même souvent en (assez bon) français. Le set s’achève finalement sur un rappel, avec “Find Myself A Home”, l’intro du disque.

Difficile de décrire l’intensité et la chaleur qui se dégage de chaque concert de Heymoonshaker. En tout cas, ce n’est jamais une déception, bien au contraire, le duo s’améliore à chaque passage sur scène. Déjà sans doute l’un des meilleurs concerts de l’année !