Reports

HELLFEST 2011 – Jour 1 (17/06/11)

Depuis quelques années, le petit village de Clisson est devenue la nouvelle Mecque du metal grâce à son festival, le HELLFEST OPEN AIR. Célébrant cette année sa sixième édition, les metalheads sont venus en nombre et de loin pour assister à ces trois jours exceptionnels, même si le cœur n’était pas vraiment à la fête. En effet, en l’espace de quelques mois, les organisateurs du Hellfest ont perdu deux piliers importants de leur équipe, le chef de la sécurité Eric Ledroit et le député et habitué du festival Patrick Roy. Raison de plus pour faire de cet évènement, une vraie fête en leur honneur !

Tout commença donc pour nous aux alentours de midi lorsque les ARCHITECTS déboulent sur la Main Stage 1 avec leur alternative punk hardcore. Les anglais au succès grandissant ont très bien assuré le show pendant 50 minutes malgré des problèmes de son… Mêmes problèmes sur la Main Stage 2 avec THE DWARVES (groupe inconnu au bataillon, sauf si on est archi fan de punk) qui ont aussi bien mis l’ambiance. Et si le temps n’était pas de leur côté, le public l’était. Une très bonne surprise en soi. On profite de loin du concert de THE ANSWER, les “Led Zeppelin irlandais” qui ont aussi été desservis par un son assez médiocre sur la Main Stage 1… De quoi nous inquiéter pour la suite des festivités mais au final, il n’en fut rien durant les concerts suivants.

Les marseillais de DAGOBA ont réchauffés les cœurs des metalheads venus en nombre (mention spéciale pour la participation de Nelly Wood, la chanteuse de The Glorious Bruce qui s’est super bien débrouillée sur un morceau), quant à ALTER BRIDGE, ils ont surtout réussi à les faire chavirer durant leur set où il ont beaucoup joué des anciens titres dont “Metalingus”, bien connus des fans de catch. Un set plus que convaincant dont on attend de voir la suite en novembre lors de leur tournée française !

Mais LA plus grosse claque de cette journée est de loin, et même de très loin, MAXIMUM THE HORMONE. Les nippons tarés et responsables du générique de l’animé “Death Note” ont fichu un sacré coup de pied aux derrières des 80 000 festivaliers. Ils ont été puissants, ont interprétés tous leurs tubes (d’ailleurs un best of est à venir dans les prochaines semaines) et la batteuse du groupe est juste folle à lier, comme l’audience qui n’a pas hésité à slammer, pogotter et enchaîner moshs et circle pit ! Un cocktail survitaminé qui a ravi tout le monde.

Et pendant que certains sont partis applaudir THE CULT, nous sommes allés voir les dieux du sludge, à savoir EYEHATEGOD. Excellent concert mais le public semblait un peu trop endormi… Idem à KARMA TO BURN où il y avait aussi matière à bouger un minimum même si la Terrorizer Tent était pleine à craquer. Certes, les retours de basses ont été assez fatales sur certains titres mais rien de bien méchant.

On se rue 15 minutes avant la fin du set à la Main Stage 1 pour voir DOWN, la formation du charismatique ex-Pantera Phil Anselmo et là, re-grosse claque dans ta face avec une setlist folle, une ambiance hyper chaleureuse (ce qui compense carrément les douches glaciales dont les festivaliers ont eu à faire en ce dernier vendredi du printemps), les grands classiques ont été joués, surtout ceux des deux premiers albums. C’est dans ces moments là qu’on se dit qu’ils devraient passer plus souvent.

Du coup, le public était tellement barge pour MESHUGGAH que ça en a rendu le concert encore plus jouissif… D’un autre côté, un concert du combo ne peut être que jouissif pour tout fan de musiques alternatives qui se respecte. On change de scène et on admire le show assez impressionnant de IGGY AND THE STOOGES et voir des gros hardos qui font peur faire des grunts sur “No Fun” ou “I Wanna Be Your Dog” c’est juste une pure merveille qu’il faut vivre au moins une fois dans sa vie. Encore un de ces concerts dont on est content d’y avoir assisté ! Après Iggy, voici David Vincent, le grand méchant de MORBID ANGEL qui a aussi ravi les fans de death metal. C’était brutal mais purée qu’est ce que c’était bon !

On ne peut hélas ne pas en dire autant de ROB ZOMBIE car celui qui fut attendu comme le Messie à Clisson a donné un show un peu en deçà de ce dont on pouvait s’attendre. Certes, la setlist était parfaite et les fans ravis mais c’était un peu trop mécanique. Qu’il ne se vexe pas, bien au contraire, car cela pourrait (on l’espère) le pousser à faire plus de show en France et des nettement plus grandiloquents que ça.

Suite à cela, j’ai terminé cette première journée du Hellfest à la Terrorizer Tent avec les mythiques THE MELVINS ! Qui aurait cru qu’ils envoûteraient toute la salle avec deux batteries et des guests de choix tels que les membres de Down dont Phil Anselmo himself qui a joué de la batterie sur “Night Goat”. Ils ont interprété tous les classiques (à l’exception de “Going Blind” et de “Lizzy”) mais la voix de Buzz Osborne est toujours aussi captivante, c’est simple, un concert de ce groupe ne s’explique pas, il se vit. Après une heure de show, on en ressort ravi. Tout le monde a vraiment aimé assister à cette unique date européennes des papys du grunge. Que du bonheur !

Première journée magique, malgré le temps archi pourri et une addiction naissante aux “tartines de l’Enfer”, et des superbes souvenirs en perspective. Quant à la suite des festivités, ça n’a été que meilleur.

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife