Reports

GRAND FINALE @ Club Vijon (05/05/18)

Le Club Vijon, petit club d’Osaka, situé au sous sol proche du quartier touristique Dotonbori propose un concert de groupes metal japonais venant d’Osaka et de Tokyo. Les cinq groupes dont la tête d’affiche est Grand Finale, sont assez différents musicalement.

Il y a peu d’affluence mais il y a surtout des fans qui ont parfois fait cinq heures de bus depuis Hiroshima pour voir Grand Finale ou GunBridge.

C’est ALICETOPIA qui débute la soirée à l’heure, devant à peine vingt personnes mais ici ça ne les gène absolument pas. Cette jeune formation de Tokyo avec un seul album à son actif, propose une prestation efficace avec un metal symphonique accrocheur teinté de neo classique insufflé par le guitariste soliste influencé par Y. J. Malmsteen à n’en pas douter. La chanteuse, avec un chant aiguë, est dans le style cosplay vestimentairement parlant comme on trouve parfois dans certains quartiers de Tokyo. Même si le public les découvre, le show est apprécié.

 

 

La surprise aussi est que le Club Vijon propose à tous les groupes une qualité de son et des lumières comme on n’imaginerait pas pour ce genre de petit club, ce qui aide grandement à apprécier les prestations.

Formation originaire d’Osaka plus connue à en voir la réaction de la salle, GUNBRIDGE enchaine et offre un power metal racé avec un chanteur/bassiste terriblement puissant et aigü. Les titres sont plutôt speed et parfois à la limite du thrash et l’assemblée participe timidement mais c’est déjà beaucoup. Les guitaristes sont d’un bon niveau avec un excellent soliste et un batteur redoutable. Le chanteur Yama-B communique beaucoup avec l’auditoire qui est un peu plus nombreux, le tout visiblement sous la bonne humeur si l’on comprend le japonais.

 

 

 

 

S’ensuit D DRIVE, composé de deux guitaristes solistes et stars locales Seiji et Yuki, également d’Osaka, avec plusieurs albums au compteur, joue un metal progressif instrumental. Un gros accueil toujours discret mais palpable avec une formation hyper efficace musicalement avec des riffs plutôt hard rock limite FM et des thèmes et soli hyper mélodiques très proprement exécutés. Les guitares sont mises en avant et les musiciens prennent plaisir à jouer. L’assemblée est conquise et les quarante-cinq minutes défilent très vite. Sûrement le concert le plus inattendu et le plus intéressant de la soirée.

 

 

Cette dernière est assez surprenante car elle propose une programmation très éclectique avec d’excellentes conditions pour chaque groupe.

Au tour de ELEANOR de nous proposer un metal gothique mélancolique comme les membres, y compris un nouveau batteur issu d’une formation thrash, se décrivent. Le groupe nous fera le plaisir de commencer le set par une reprise du célèbre instrumental “Orion” de Metallica, extrait de “Master Of Puppets”, excellemment interprétée, avant l’arrivée de la chanteuse et de la choriste. Les musiciens sont légèrement maquillés et la chanteuse Shiori est vêtue d’un vêtement d’origine tunisienne. Les compositions sont léchées et mélodiques et leurs influences sont proches de groupes européens comme Sentenced et The Gathering, le chant japonais en plus. L’audience, plus nombreuse et discrète, n’en perd d’ailleurs pas une miette. Le show est rodé et la choriste complète parfaitement le chant de Shiori qui se déhanche régulièrement comme une Tunisienne. Assez étonnant pour une Japonaise mais compréhensible vu que Eleanor revendique ses influences européennes. Superbe concert !

 

 

 

 

Beaucoup attendent le headliner GRAND FINALE, d’Osaka également, emmené par sa charismatique chanteuse Yoko Ano. Son power metal symphonique assez classique sera néanmoins très efficace mais les membres auront étonnamment des lumières moins élaborées que les autres formations. Le public est un peu plus réactif les bières aidant et la prestation est bonne mais un peu statique. Le bassiste et le guitariste resteront quasiment à leur place durant tout le concert. Un peu moins captivant dans l’ensemble mais les fans étaient là, c’est le principal.

 

 

Une excellente soirée, de très bonnes découvertes. Avec un accueil et une gentillesse digne du pays du Soleil-Levant, le Club Vijon met en avant les groupes avec des lumières et un très bon son. Que demander de plus ? Rien, tout était parfait. Domo Arigato!

Ecrire un commentaire