Reports

FOALS @ Olympia (02/02/16)

La semaine dernière, Foals était de retour à Paris pour deux Olympia sold out. Nous étions présents le premier soir.

C’est pour continuer la tournée de l’excellent “What Went Down” – et après un magnifique concert au Cabaret Sauvage en septembre – que Foals était de retour dans la capitale. Les fans ont répondu présent, en remplissant la mythique salle deux soirées de suite.

C’est DECLAN MCKENNA, nouvelle sensation indie pop, qui ouvre les festivités, à l’aide de trois musiciens. Le jeune quatuor ainsi formé (McKenna n’a que dix-sept ans) nous interprète bon nombre de titres dans une ambiance décontractée, le tout devant un public très attentif. Jolie voix, bonne technique, morceaux accrocheurs, les musiciens ont décidément tout pour plaire. Le point d’orgue est évidemment atteint lorsque les musiciens nous interprètent le génial et déjà culte “Brazil” (“Aaahh, c’est luiii” entend-on dans la salle). Humbles, les musiciens remercient chaleureusement l’assemblée d’être venue si tôt, avant de céder la place à la tête d’affiche.

 

Un changement de plateau plus tard, et les lumières s’éteignent pour FOALS. Les caractéristiques flashs d’ouverture de la tournée illuminent la scène sur le bruit sourd de l’intro de “Snake Oil”, immédiatement reprise à la batterie d’abord, puis par les autres instruments. L’auditoire est tout de suite emballé, et se laisse aller à quelques pogos au centre de la fosse. S’en suit un épique enchaînement “Mountain At My Gates” / “Olympic Airwaves”, avant d’entamer le tube mondial “My Number”, l’occasion pour le public de se lâcher et de danser.

Le frontman Yannis Philippakis n’est, comme d’habitude, pas très causant, mais semble en forme, et est surtout toujours aussi habité par sa musique. Les échanges avec l’audience sont, le plus souvent, dans un registre non verbal, le chanteur s’approchant de la foule dès qu’il en a l’occasion. Côté technique, les musiciens sont toujours irréprochables, et la sonorisation de la salle est impeccable (on n’en attendait pas moins de l’Olympia).

Pour ce qui est de la setlist, le dosage est extrêmement précis, et l’on passe aisément des compositions les plus intenses ou dansantes aux ballades les plus poignantes, à l’image des “London Thumder” ou “A Knife In The Ocean”, en fin de set, qui décroche même une petite larme à certains. “Olympia, are you fucking ready?”, lance finalement Yannis, récoltant les hurlements des fans, avant d’achever le set sur le groove de “Inhaler”. La formation reviendra ensuite, sans surprise, pour un ultime rappel de deux titres. Le premier, éponyme du dernier effort studio, est un vrai bijou sur scène tant les membres plongent dans leur propre univers. Le frontman nous gratifie même d’un slam déchaîné sur le bridge du morceau. On termine finalement en beauté avec le classique “Two Steps, Twice” et son rythme endiablé.

Belle conclusion de ce set nous prouvant, une fois de plus, que Foals est une valeur sûre sur scène.

Setlist :

Snake Oil
Mountain At My Gates
Olympic Airways
My Number
Balloons
London Thunder
Birch Tree
Providence
Spanish Sahara
Red Socks Pugie
Late Night
A Knife In The Ocean
Inhaler
—-
What Went Down
Two Steps, Twice