Reports

FLYING COLORS @ Alhambra (14/10/14)

Dans le cadre une petite tournée européenne, le supergroupe a choisi Paris pour conclure en beauté cette escapade sur le Vieux Continent. Retour sur une soirée mélodiquement magique.

JOHN WESLEY, notamment connu pour sa collaboration avec Porcupine Tree, est chargé d’ouvrir les hostilités. Accompagné de musiciens de talents dont Sean Malone (Cynic) à la basse, le set proposé sera très calme, réfléchi et intéressant pour les novices. Néanmoins nombreux seront les fans et les connaisseurs de sa musique, ce qui lui permettra de jouer en terrain quasi conquis. La complexité que dégagent les titres joués indique clairement que c’est d’abord sur CD qu’il faut découvrir l’artiste. Passer du temps à découvrir ses subtilités sont essentielles pour profiter pleinement de son génie autrement il sera un peu compliqué d’adhérer directement. Bien évidemment cela n’indique pas que ce fut désagréable, loin de là ! Son approche diffère et sa musique prend simplement vie d’une toute autre façon.

Passé il y a de ça deux ans, avec un unique album au compteur, FLYING COLORS fait un retour remarqué en compagnie d’un second opus. “Second Nature” mène la formation à l’étape supérieure. Le groupe a un vécu plus conséquent et cela s’en ressent. Durant un peu moins de deux heures de show, Mike Portnoy, Neil Morse, Steve Morse, Dave LaRue et Casey McPherson vont parcourir tranquillement les morceaux présents sur leurs deux opus. La longue ouverture avec “Open Up Your Eyes” va immédiatement emporter les nombreux fans vers une atmosphère quasi céleste. La légèreté sera au centre de cette soirée. Chacun des titres déploie une multitude de mélodies qui envoûtent et installent ainsi une certaine légèreté, très agréable au passage. “Kayla” joué en début de set renvoie donc aux premières jouissances du premier album, en effet ce titre plait et dégage un je-ne-sais-quoi qui accroche toutes les sensibles âmes présentes ce soir à l’Alhambra. Du côté des musiciens, Mike sera bien évidemment bien agité derrière son kit, haranguant la foule lorsque le moment se présentera, en toute joie et décontraction comme à chacun de ses passages en France. Neil sera également mis à contribution, dans une moindre mesure toutefois. Casey sera quant à lui assez peu bavard mis à part l’introduction au public de “Colder Months”, une cover d’Alpha Rev. Les ambiances s’enchainent mais la musique nous fait traverser plusieurs styles ainsi les festivités seront plus appuyées avec “One Love Forever” malgré son côté acoustique tandis que “Peaceful Harbor jouera plus notre sensibilité, un très fort moment à n’en pas douter ! L’enchainement sera d’ailleurs parfaitement pensé avec “The Storm” qui suit dans la foulée. Progressivement, la fin approche et “Mask Machine” tel un hit -d’où ce choix de single- mettra fin au concert puissamment avant le rappel. Le public ne sera d’ailleurs pas en reste, puisque beaucoup s’en donnent à coeur joie pour crier et chanter les paroles des différents titres du combo. “Infinite Fire” mettra un terme à la tournée européenne en apothéose bien que l’on était en droit d’attendre une surprise en guise de fin, ce ne sera malheureusement pas le cas ce soir.

 

 

Malgré quelques longueurs -ah comme toujours- le combo a maitrisé son sujet : des soli de Morse en passant par la magnifique voix de Casey sans oublier la patte de Dave et le duo Mike/Neil, Flying Colors a une nouvelle fois conquit le public parisien dans une ambiance plus posé et moins fastueuse. Néanmoins, leur première prestation était plus unique et plus exceptionnelle que ce show. Où se situera donc le troisième concert ? L’attente est donc de mise.

Setlist :

Open Up Your Eyes
Bombs Away
Kayla
Shoulda Coulda Woulda
The Fury Of My Love
A Place In Your World
Forever In A Daze
One Love Forever
Colder Months
Peaceful Harbor
The Storm
Cosmic Symphony
Mask Machine
—-
Infinite Fire