Reports

FLECHE @ Bus Palladium  (22/05/19)

Mercredi soir au Bus Palladium, Flèche réalisait sa release party pour la sortie de son deuxième album “Do Not Return Fire“. Une jolie soirée sous le signe de l’amitié et de la fraternité.

Une ouverture au top

20h30. Le Bus Palladium vit gaiement. Le public est au rendez-vous. Sur scène, le groupe d’indé rock PAERISH arrive tranquillement. 
Les musiciens nous annoncent un concert spécial. Premièrement, car ils ouvrent pour leurs potes de longue date. Deuxièmement, car ils sortent de studio pour leur deuxième album et que ce soir, d’une certaine manière, ils font leurs adieux à leur premier disque, “Semi Finalists” (2016). Les membres sont chauds, ravis d’être là et ça se ressent. Sur scène, ils s’amusent, jouent fort et gaiement. On retourne dans les 90’s avec leur rock typé Blink 182 – The Offspring. Une ambiance bonne enfant, qui enchante le public qui danse et chante en chœur avec eux. La bonne humeur est au rendez-vous et l’assemblée est prête à applaudir Flèche.

La grande forme de Flèche

21h30. FLECHE arrive remonté à bloc, surexcité de nous dévoiler son nouvel album dont il est si fier (et il a bien raison). Comme leur comparses de Paerish, les musiciens sont énervés et jouent fort. Les guitares grondent, la basse explose et la batterie défonce tout. Ils commencent par “New Sun” qui cartonne ! Encore une fois, on se retrouve dans les années 90’s avec ce rock garage qui en ferait trembler le Bus. Ils enchaînent avec “A Thousand Crashes” où la voix est plus poussée. Pendant qu’ils raccordent les guitares et la basse, Loïc à la batterie s’éclate afin qu’il n’y ait pas de blanc gênant et ça, c’est très cool !

Le chant est très bien partagé entre Mickaël et Nicolas. Les voix vont de paire. Celle de Nicolas est plus douce, plus posée tandis que Mickaël s’occupe de la pousser plus, à la limite parfois du petit scream mignon. Les gars se regardent et se sourient beaucoup. On sent la synergie entre ces copains et ça fait un bien fou de voir tant de kif sur scène. Kif qui est évidemment partagé par l’audience, qui danse et headbang avec eux.

Ils continuent leur set et balancent quelques blagues par-ci par-là. Sans oublier d’en profiter pour remercier le Bus, leurs copains de Paerish et Jean Jean. Ils rigolent sur le fait que ces derniers jouent après eux et que “c’est tant mieux car passer après Jean Jean c’est la taule assurée”. Ils repartent de plus belle et le show file à une vitesse folle. Arrive la dernière chanson “Long Before” et là, c’est l’explosion totale. Les gars donnent tout pour cette dernière. Le son est brut de décoffrage, ils envoient puis quittent la scène ravis et nous disent de venir boire des bières avec eux.

Une fin de soirée dantesque

22h30. JEAN JEAN arrive sur scène tout joyeux. Le trio dégomme tout sur son passage. Le devant de la scène est plein à craquer. L’auditoire est hypnotisé par ce qu’il se passe. Les chansons atmosphériques puissantes prennent tout le monde aux tripes. La batterie est monstrueuse, la guitare fuse, le clavier et les chœurs sont d’une force incroyable. L’énergie est au rendez-vous. Tellement que le batteur en fait tomber un bout de sa batterie. Ils continuent sur leur lancée. Le public bouge, danse et est transporté. Un joli petit slam aura même lieu pour notre plus grand bonheur. Après environ quarante minutes, les membres quittent la scène, tout sourire.

Cette soirée au Bus Palladium était remplie de joie. Des petits groupes qui se soutiennent et s’aident mutuellement pour construire de jolies soirées. Une énergie folle du début à la fin, dans une ambiance fraternelle !

 

Ecrire un commentaire

Justine Dorin
Lemmy is God. J'me suis découverte une passion incontrôlée pour The Black Queen (C'est à cause de mon mec). Greg Puciato JTM. Et je fais du kebab maison qui tue !