Reports

FINDLAY @ Café De La Danse (26/03/18)

Lundi soir, Findlay nous a donné rendez-vous tout près de Bastille dans le douillet Café De La Danse. Report.

C’est la douce et puissante voix de RONI ALTER qui nous accueille ce soir. La salle est loin d’être pleine et les spectateurs arrivent au fur et à mesure de l’avancée de ce set express. Quelle beauté ! La musicienne originaire de Tel-Aviv vient nous happer dans son univers cotonneux et nous fait voyager à travers ses compositions voix/guitare d’une simplicité folle. On reste obnubilé par sa cover de Lykke Li, “I Follow Rivers” et par la tonne d’émotions qui se dégage de ses morceaux à la fois touchants et poignants. Roni Alter a visé juste.

 

 

Après une petite demi-heure de break, la jeune Nathalie Rose Findlay, épaulée par ses trois musiciens, entre en scène face à un public calme mais semble-t-il plutôt enjoué à l’idée de retrouver l’Anglaise après un show à La Maroquinerie il y a bientôt un an. Si les fans s’attendaient sûrement à retrouver FINDLAY dans une salle de plus grande ampleur en vue du succès de cette dernière date, c’est dans l’exigu Café qu’ils ont le plaisir de la retrouver. L’intimité d’un show le lundi soir n’a pas de prix.

 

 

L’extra saturé “Junk Food” sert d’introduction ce soir : l’assemblée est ravie de retrouver l’énergie débordante et le talent du quatuor. La Mancunienne sait y faire avec son premier album “Forgotten Pleasures”, sorti l’année dernière : des riffs crasseux à la batterie percutante en passant par une voix maniée à la perfection, l’interprétation live de cet essai ne nous ne fait en aucun cas douter du talent de l’artiste.

 

 

Les fans se laissent voguer à un semblant de transe (un semblant seulement, on reste tout de même au Café De La Danse) grâce au dégoulinant “Greasy Love”, à ses influences urbaines, teintées de reggae et d’un soupçon de punk, et à l’acharnement de Nathalie qui se plaît à distorde sa voix à l’extrême. Le morceau le plus abouti de l’album, qui s’avère être l’un des plus détonnants en live, sera rapidement suivi par l’élixir amoureux “Monomania” et ses airs de pop song mainstream qui fonctionnent si bien.

 

 

Les halètements de Findlay sur “Electric Bones” s’affairent à mettre sous pression l’auditoire. Il n’est pas 22h lorsque nos amis quittent les planches après avoir interprété “Sunday Morning In The Afternoon”, la conclusion de l’album. C’est quelques instants plus tard que Findlay revient sur scène, seule, pour nous chanter à capella un titre blues qui prouve une fois de plus son talent. On finira la soirée sur les crescendos énervés de “Off And On”.

 

 

Jolie réussite pour Findlay qui nous a fait (re)découvrir son premier album qui mêle punk, garage et autres inspirations diverses pour nous offrir une prestation des plus énergiques et travaillées.

Setlist :

Junk Food
Waste My Time
Stuck in Your Shadow
Stoned And Alone
Greasy Love
Monomania
We Are Never The Last
Your Sister
Forgotten Pleasures
Electric Bones
Wild & Unwise
Sunday Morning In The Afternoon
—-
Off & On

Ecrire un commentaire