Reports

ETHS @ Le Trianon (30/04/17)

Dimanche, Eths nous a offert un ultime concert sous son line up originel au Trianon, avant l’arrêt complet de ses activités. Des adieux grandioses et émouvants.

Pour ouvrir une telle soirée, ce sont bien évidemment deux classiques de la scène metal qui ont été appelés. D’abord, les “vieux de la vieille” (c’est eux qui le disent) de K.A nous offrent un set énergique. La salle est déjà bien remplie, et le quatuor remplit parfaitement son rôle de chauffeur de salle, laissant déjà apparaître les premiers pogos.

S’ensuit la prestation dAQME, superbe set de quarante-cinq minutes, remplies entre autres des plus grands classiques du groupe, puisqu’il fête les quinze ans de “Sombres Efforts”, son premier album. Les titres sont portés par des musiciens survoltés, en particulier Vincent, au chant, qui vient souvent nous rendre visite dans le public. De quoi créer un beau bordel dans la fosse.

Le changement de plateau laisse apparaître en fond de scène le logo d’ETHS tel qu’il apparaissait sur “Soma”, premier album du groupe sorti en 2004. Le groupe ouvre son set sur “Pourquoi”, premier morceau du premier EP “Autopsie”, laissant d’emblée à Candice Clot la possibilité démontrer toute l’étendue de ses capacités vocales. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la chanteuse n’a rien perdu depuis son départ du groupe en 2012. Les parties en chant clair sont parfaitement maîtrisées, et bien sûr, le growl est toujours aussi bluffant. Sans compter qu’elle, comme le reste des musiciens, ne tient pas en place sur la scène du Trianon.

Le public est déjà déchaîné, pour notre plus grand bonheur et celui de la formation. Sans surprise, les fans les plus assidus sont présents et connaissent encore parfaitement les paroles des morceaux. A plusieurs reprises, la foule scande “Candice, Candice, Candice !”, portant la frontwoman aux larmes. Chaque intervention du groupe, très avenant envers les fans, est remplie d’émotion, et nombreux sont celles et ceux à verser une petite larme dans la salle.

Le concert est un sans faute. Avec une setlist reprenant les temps fort de chaque époque de la carrière du groupe (“Détruis-Moi”, “Bulimiarexia”, “Adonaï” etc), chacun y trouve son compte. On a aussi droit à quelques titres plus inattendus, comme la sublime “Hercolubus”, tirée du troisième album d’Eths. Les musiciens achèvent finalement le set sur un rappel en trois titres, “Animadversion”, tiré de l’EP “Samantha” (2002), l’emblématique “Crucifère”, et enfin la poignante “Ailleurs C’Est Ici”.

Il est très difficile de voir partir Eths, à la fois pilier du metal français et l’un des groupes plus talentueux de cette scène. Mais ce concert d’adieu était clairement la meilleure façon de le faire : une prestation exceptionnelle, explosive et touchante, l’occasion d’admirer une dernière fois toute la puissance du quintette.

Setlist :

Pourquoi
Détruis-Moi
Infini
À La Droite De Dieu
Samantha
Bulimiarexia
Ondine
Tératologie
Hercolubus
Adonaï
Gravis Venter
—-
Intros : Je Vous hais, Simiesque, Des Cendres, La Chair Et Le Sang
Animadversion
Crucifère
Ailleurs C’est Ici