Reports

ELVIS COSTELLO & THE IMPOSTERS @ Olympia (29/05/12)

Elvis Costello se produit à l’Olympia à Paris avec The Imposters et sans première partie ? Cette dernière se révèlera effectivement superflue puisque Monsieur Costello assurera le show pendant plus de 2h30 ! Ce musicien d’origine irlandaise très connu par les anglophones sévit depuis plus de trente ans sur la scène rock, en passant par de multiples influences, du pub rock à la pop en passant par le punk rock. Il utilise plusieurs alias suivant ses albums (comme “Napoleon Dynamite”) et s’entoure de différents musiciens dont les Attractions et les Imposters. Sa discographie est vaste et ce soir, pour le plus grand plaisir du public, il nous invite à la parcourir au gré du hasard.

En effet, si son dernier album “National Ransom” date de 2010, il ne compte pas se limiter à ce dernier pour ce “Spectacular Singing Songbook Tour” et une grande roue multicolore trônant sur la scène affiche 44 titres tous tirés d’opus différents. Après une mise en bouche de trois titres, Elvis Costello nous explique le principe de la grande roue et invite sur scène le premier spectateur qui pourra la faire tourner. En effet, entre quelques compositions choisies par le chanteur lui-même, d’autres seront sélectionnées tout au long de la soirée par des spectateurs qui monteront sur scène pour tourner la roue et pourront s’assoir aux côtés des musiciens le temps d’écouter leurs chansons. L’ambiance est bonne enfant, le niveau est bluffant, tant par la maîtrise des musiciens que par la présence et l’énergie de ce frontman classieux et déjanté. Nous sommes entraînés par “Motel Matches”, “45”, “Watching The Detectives” ou encore “Oliver’s Army”, cajolés par la grandiose interprétation de “She” et amusés par ses nombreuses interventions.

Alors que plus d’une heure s’est déjà écoulée, nous voici déjà arrivés au premier rappel qui sera également suivi d’une bonne heure de musique supplémentaire. Cerise sur le gâteau, au milieu de morceaux tels que “A Slow Drag With Josephine”, “The Hammer Of Songs” et “So Like Candy” revisité à la sauce “Don’t Let Me Be Misanderstood”, un Antoine de Caunes apparaît tout sourire sur scène. Un murmure de surprise parcourt l’assemblée et ce dernier confirme sa présence avec un magistral “Hélau, maï naïme iz Antouane Deucône!” Les deux artistes échangent quelques phrases, Antoine tourne la roue et, ne tenant plus en place, profite de la chanson pour se déhancher dans la “cage” de la danseuse. Il redemandera d’ailleurs une deuxième chanson afin de pouvoir continuer à s’amuser ! Ce second set se termine avec “Everyday I Write The Book” et un magnifique “Alison”. Deuxième départ de scène, le public continue à applaudir en espérant un ultime comeback.

Elvis Costello nous gratifiera bien d’un second rappel et la soirée s’achève en véritable feu d’artifice avec des titres tels que “High Fidelity” et un “I Want You” débridé qu’il fera durer pour le plus grand plaisir de l’audience.

En conclusion une soirée exceptionnelle avec un artiste de grand talent. Ce dernier, doté d’un charisme et d’une générosité sans pareil, aura fait vibrer tout le public pendant près de trois heures. Un grand moment !

Setlist :

I Hope You’re Happy Now
Heart Of The City
Mystery Dance
Radio Radio
Motel Matches
Accidents Will Happen
I Still Have That Other Girl
She
Talking In the Dark
Less Than Zero
45
One Bell Ringing
Watching the Detectives
Help Me
Oliver’s Army
Bedlam
Chelsea
—-
A Slow Drag With Josephine
Jimmie Standing In The Rain
Who’s the Meanest Gal In Town Josephine
Veronica
Shipbuilding
National Ransom No. 9
The Hammer Of Songs
So Like Candy / Don’t Let Me Be Misunderstood
Everyday I Write the Book
Alison/The Wind Cries Mary
—-
I Can’t Stand Up For Falling Down
High Fidelity
Pump It Up
I Want You

Crédit photos : Virginie Schmidt