ReportsSlideshow

ELECTRIC WIZARD @ Elysée Montmartre (31/05/19)

Les pionniers britanniques du doom stoner viennent envoûter le public de l’Elysée Montmartre. Dans leur univers psychédélique, RockUrLife vous raconte la soirée, ou plutôt le voyage !

Un début de soirée envoûtant

WOLVENNEST, groupe d’ambient rock, ouvre cette soirée placée sous le signe du stoner psyché. Le ton est vite donné par les images hypnotiques diffusées sur l’écran et sa musique sombre et travaillée. A vrai dire, les premiers morceaux révèlent un véritable talent pour construire des atmosphères envoûtantes, sublimées par le chant de Shazzula. Une voix profonde, qui alterne douceur et puissance, toujours juste dans l’émotion transmise. Le son très lourd de la batterie est percutant, les guitaristes semblent être rapidement entrés en transe et le public se balance sur le rythme lancinant de la formation.

Shazzula, telle une prêtresse gothique, use de son clavier pour apporter une panoplie d’effets. Le cocktail est réussi. En effet, il accroche l’assemblée venue tôt pour apprécier Wolvennest. Si le groupe montre une belle maîtrise des ambiances pour les titres mid-tempo, les morceaux un peu plus rythmés n’offrent pas la même projection émotionnelle. Les Bruxellois ont néanmoins un vrai potentiel et mérite d’être suivis de près. L’EP “Vortex”, récemment sorti, est disponible à l’écoute sur Bandcamp.

Une prestation en demi-teinte

Il est 21h quand ELECTRIC WIZARD monte sur scène. Comme à leur habitude, les pionniers du doom stoner entament leur set avec les incontournables “Witchcult Today” et “Black Mass”. Sur l’écran, des filles nues s’adonnent à des pratiques sadomasochistes soft, devant un auditoire bien-pensant qui se dévergonde au fil de la musique. Une ambiance très années 70 qui semble fasciner la salle. Le public, venu nombreux, est visiblement captivé par le début de la prestation. Ainsi, chacun semble partir dans un voyage intérieur, guidé par le son lourd des Britanniques.

Le jeu de la guitariste Elizabeth Buckingham est remarquable. Les autres musiciens ne sont pas en reste. Cependant, le son mérite d’être un peu plus équilibré, mais les sections rythmiques sont implacables. Le concert avance et une scission au sein de l’audience se fait sentir. Les ultras fans continuent d’être envoûtés par Electric Wizard, tandis que les autres commencent à bailler un peu. La dynamique perd en énergie et une forme d’automatisme dans le jeu du groupe se fait sentir.

La sauce reprend sur la dernière partie du set, notamment avec l’arrivée de “Incense For The Damned” et “The Chosen Few”. Les corps se remettent à onduler en adéquation avec les riffs lourds et gras. Puis, après un timide “merci” prononcé, c’est avec le très salué “Funeralopolis”, issu de l’album culte “Dopethrone” (2000) qu’Electric Wizard conclut son show.

Toute la salle paraît retrouver de l’énergie pour entrer en communion avec le groupe. Le morceau prend une nouvelle dimension sur scène, avec des musiciens dont le visage s’illumine. Une preuve que les disques plus récents ne sont pas aussi fédérateurs que les pépites que sont “Dopethrone” et “Come My Fanatics…” (1997).

Electric Wizard réussit encore à faire voyager son public et l’emporter dans ses délires psychédéliques, malgré une prestation légèrement décevante, qui mériterait de sortir un peu plus des sentiers battus.

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !