Reports

ELECTRIC SIX @ La Maroquinerie (13/02/18)

Les éléments ne jouant pas en notre faveur, les eaux de la Seine ont fait en sorte que la salle du Petit Bain se retrouve à boire la tasse. Sécurité oblige, et avec conscience professionnelle qui les honore, c’est par une froide soirée de février que les irréductibles d’Electric Six changent de crémerie dans le but de réchauffer la capitale. Nous les retrouvons donc dans une salle des hauteurs de Paris, La Maroquinerie.

Après avoir bravé les éléments, difficile à croire que sous ces couches de bonnets et de pull-overs se trouvent de grands gaillards tatoués et quelques T-shirts AC/DC. Les deux bars se remplissent à vitesse grand V alors que la première partie souffre d’une demie-heure de retard. En attendant, les anecdotes sur les concerts de début d’année ainsi que sur les premières venues du groupe de la soirée s’échangent entre deux pintes.

La salle se retrouve dans la pénombre alors que le trio de MUTANT MONSTER entre sur scène. Cela fait maintenant cinq ans que Mutant Monster a la chance d’écumer le monde, avec le même enthousiasme sur scène que durant les Japan Expo où elles sont régulièrement à l’honneur. Les jeunes japonaises, dont les soeurs Be et Meana, respectivement chanteuses à la basse et à la guitare, ne font pas dans la dentelle et enchaînent les titres aux sonorités accrocheuses. Les influences de Joe Strummer et de la clique de Black Francis se font ressentir, ce qui permet au public de La Maroquinerie de taper volontairement du pied, faute de pogoter. L’accueil demeure chaleureux, force est d’admettre que ces jeunes femmes ont relevé avec énergie et talent le défi souvent ingrat d’ouvrir pour une formation devant son audience.

 

 

Buveurs et fumeurs profitent de l’accalmie pour nourrir leurs vices et ne rater aucune miette de ce qui va suivre. Quand ELECTRIC SIX investit la scène, c’est une ovation méritée qui retentit et débouche sur le premier morceau de la soirée, “Rock And Roll Evacuation”. Dick Valentine, toujours en voix, s’offre le luxe avec ses compagnons de ressembler à des hommes d’affaire allemands lors d’un karaoké dans une boîte de la Côte d’Azur. Comparaison très spécifique, on vous l’accorde. Les choix vestimentaires, soutenus par un excès de gomina et un magnifique sticker Huey Lewis And The News sur le côté du synthétiseur, font partie d’un show unique en son genre où l’on rit et danse jusqu’à se briser une cheville.

 

 

Le chanteur sent l’assemblée encore un peu timide, se déhanchant avec modération. Que cela ne tienne, les ardeurs commencent à se déchaîner avec “Naked Pictures (Of Your Mother)”, issu du culte “Fire” (2003), qui sera mis en avant ce soir. Valentine mentionne d’ailleurs le fait que le groupe doit jouer des titres du dernier album après que son producteur lui ai stipulé qu’il devait quand même faire des ventes. Cet humour bon enfant, un brin teinté de cynisme, possède un fond de vérité, Electric Six ne possédant plus la notoriété du début des années 2000 avec des sorties d’albums de moins en moins médiatisés.

 

 

De “Gay Bar” à “Danger! High Voltage”, la fosse continue à faire monter la température. Petite boutade entre les chansons, présentations des membres, le spectacle est bien rodé et vaut toujours le coup d’oeil et d’oreille. L’acoustique de La Maroquinerie rend hommage au style éclectique du sextette sublimé par un jeu de lumières plutôt sobres. Au rappel, “Dance Commander” finit d’achever les plus vigoureux tandis que “Show Stopper” voit chaque membre changer d’instruments. Dernière prouesse du soir avant de quitter la scène, toujours avec classe.

 

 

Nous sortons de la salle avec la fièvre du mardi soir qui brûle les flocons venant s’écraser sur nos fronts. La neige tombe avec intensité, les plus courageux ou inconscients vont prendre quelques derniers verres pour la route avec de retrouver leurs foyers. Pour citer Marty McFly, “ça c’est du rock !”

Setlist :

Rock And Roll Evacuation
Naked Pictures (Of Your Mother)
Down At McDonnelzzz
Gay Bar
How Dare You?
Arrive Alive
Improper Dancing
Danger! High Voltage
Synthesizer
Dance Epidemic
I Buy The Drugs
—-
Dance Commander
Show Stopper

Ecrire un commentaire