ReportsSlideshow

DISTURBED @ Elysée Montmartre (09/05/19)

Pour leur tournée “Evolution Tour”, les mythiques Disturbed étaient de passage à Paris, à l’Élysée Montmartre, pour retourner la capitale !

Une première partie qui dépote

19h30. Les lumières de la salle s’éteignent. Les enceintes crachent “Thunderstruck” d’AC/DC. La salle déjà bien remplie chante, headbangue. S’en suit la Marche Impériale, thème monstrueux de de Star Wars dédié à Dark Vador, remixée façon techno.

Les Anglais de SKINDRED déboulent sur scène comme les fous furieux qu’ils sont. Le très charismatique Benji Webbe chauffe la salle comme il se doit ! Les titres s’enchaînent. Le chant reggae sur fond de musique metal fait clairement son effet. Le groupe fait participer la salle entière à base d’accroupissements et de lumps survoltés, et de choeurs durant “That’s My Jam”.

Benji coupe la salle en deux et demande à la partie droite de chanter “woop woop” tandis que la partie gauche doit scander “that’s my jam”. Après environ quarante minutes de show, le quatuor quitte la scène en annonçant son retour à Paris le 18 décembre à La Maroquinerie. Le public est survolté, prêt à accueillir Disturbed. 

Disturbed, la folie furieuse

20h29. Avec une minute d’avance, sur l’écran géant mis en place sur scène, de nombreuses images du groupe sont diffusées. De beaux messages y sont également notés : “When music is a weapon, we are indestructible”. Les Américains de DISTURBED arrivent sur scène, acclamés par la foule. Ils ouvrent le show avec “Are You Ready” issu du dernier album “Evolution” (2018). Les quatre enchaînent avec “Prayer”, “The Vengeful One” et “The Animal”. Ils sont remontés à bloc, les tubes se suivent.

L’ambiance est électrique. Le son est parfait. Chaque instrument est audible indépendamment (ce qui est plutôt rare). L’ensemble démonte tout. Le concert est rodé. Les membres sont carrés, ils s’éclatent sur scène. L’écran géant, toujours en place, diffuse les images des musiciens en direct. L’Elysée Montmartre étant plein à craquer, c’est un très bon avantage pour les personnes loin de la scène ne pouvant pas voir les musiciens. 

Arrive la chanson “Stupify”. À sa toute fin, Dan Donegan, le guitariste, nous livre un solo endiablé. Ses compères John Moyer (basse) et Mike Wengren (batterie) feront de même et rendront chacun leur tour la salle complètement folle.

Disturbed n’oubliera pas de nous jouer deux de leurs célèbres reprises, “Land Of Confusion” (Genesis) et “The Sound Of Silence” (Simon And Garfunkel).

De jolies âmes sensibles

Malgré leur côté énervé, les gars de Disturbed ont de très gros cœurs. David Draiman (chant) fera deux très beaux discours. Le premier sur la fraternité et le second sur les addictions et la dépression. Sur l’écran géant, sont affichées des photos du groupe et de leurs amis certainement disparus des suites de ces maladies. Il énumérera également de grands noms de la musique, du cinéma : Prince, Chris Cornell, Chester Bennington, Robin Williams.

C’est avec les larmes aux yeux qu’il nous rappelle que nous ne sommes pas seuls et que nous pouvons aider notre prochain. Il demande de lever le poing si nous sommes atteint de ces maladies. La moitié de la salle s’exécute. Toujours les yeux embués de larmes, il dira haut et fort : “You’re not alone”. Les différents numéros d’aides apparaissent sur l’écran. L’assemblée applaudit à tout rompre cette très touchante initiative. Beaucoup de personnes présentent dans la salle, pleurent à chaudes larmes ou ont les larmes aux yeux. On ne s’attendait clairement pas à ça.

Repartir de plus belle

Ils reprennent leurs esprits et nous interprètent “Inside The Fire”, puis le quartette quitte la scène. Acclamé par la foule, ce dernier revient quelques minutes plus tard. David fera monter sur scène une petite fille et son papa. Il les laissera rester le temps d’une chanson à leurs côtés, avant de les faire retourner dans l’auditoire. Le frontman demande à l’audience d’allumer les flashs des téléphones sur la chanson “The Light”, on se rapproche de la fin du concert.

Le set se clôturera sur la dantesque “Down With The Sickness” reprise en choeur par la foule. 

Après presque deux heures de concert, Disturbed quitte définitivement la scène et ne s’est clairement pas moqué de son public. Personne ne s’attendait à tant d’émotions. Des musiciens en grande forme, un chanteur remonté à bloc. Un show grandiloquent, à l’image du groupe. Excellent moment !

Disturbed Setlist Élysée Montmartre, Paris, France 2019, Evolution

Ecrire un commentaire