ReportsSlideshow

DELAIN @ Cabaret Sauvage (06/12/19)

A l’image de la veille, c’était le parcours du guerrier pour se déplacer et assister aux différents concerts prévus dans la capitale dont celui de Delain !

La composition de cette tournée est assez curieuse. Un groupe de folk pagan venu de Russie et une formation plus symphonique metal. L’occasion de brasser les publics et de permettre à chaque groupe d’étendre sa fanbase. Le Cabaret Sauvage s’est refait une beauté cet été, et il faut bien avouer que les changements sont notables et forts agréables. Qu’en sera-t-il sur scène ? Quid du son et des lights ? Mystère.

Bons baisers de Russie

Alors que la salle se remplit peu à peu, l’heure est arrivée pour Masha et ses quatre comparses d’investir les planches. ARKONA, et son folklore russe, sont au programme. Plutôt à l’affiche des Paganfest et autres orgies musicales venu d’un autre temps, comment sont-ils accueillis par l’audience ?

Avec près d’une heure de jeu, la prestation est globalement réussie. Bien que sorti il y a dix ans, “Goi, Rode, Goi!” (2009) est toujours l’album le plus plébiscité par le groupe et les fans. C’est à cette occasion que le quintette en joue presque l’intégralité sur cette tournée. “Yarilo” est évidemment un incontournable mélodique et rythmique, développant une vibe très fun. Mais on ne peut résumer la musique d’Аркона à ce titre. En effet, cette touche de black et les screams de l’intimidante frontwoman sont au rendez-vous. Malgré une guitare et une basse aux sons hasardeux, l’ensemble se tient. L’auditoire découvre, pour la plupart, mais l’accueil est chaleureux.

Les Pays-Bas au plus haut

Le Cabaret Sauvage n’affiche pas complet, mais l’affluence est proche de celle de l’Alhambra, deux ans auparavant. Une autre affiche aurait peut-être attirée davantage de monde. Bref. Les fans s’impatientent et c’est avec cinq minutes d’avance que DELAIN apparaît sur scène !

Avec la sortie, en février dernier, de son EP “Hunter’s Moon“, côté actu’ c’est surtout le sixième album “Apocalypse & Chill” que nous attendons ! Prévu dans huit semaines, trois morceaux sont d’ores et déjà disponibles et un quatrième est dévoilé durant cette tournée. Avec le départ de Merel Bechtold (guitare), la formation revient d’ailleurs à sa configuration d’antan. Le décor est posé. Place au show.

Contrairement à 2017, “The Human Contradiction” (2014) est plutôt délaissé côté setlist. Le dernier disque “Moonbathers” (2016) est toujours au centre des débats. Le reste fait la part à des titres plus anciens et aux classiques. Les nouveautés que sont “One Second”, “Burning Bridges” et “Masters Of Destiny” passent avec brio l’épreuve du live et enfin le quatrième morceau qu’est “Let’s Dance”, met l’assistance à contribution. Succès garanti.

Un vivier de fans à conquérir en France

Le quintette dégage, comme à son habitude, une très belle énergie. Charlotte Wessels (chant) est toujours aussi resplendissante. Très communicative avec son public, on regrette que cela casse parfois un peu trop le rythme entre les morceaux. Le second bémol est l’absence de Merel ! Souhaitant se concentrer sur d’autres projets, la guitariste délaisse Timo Somers (guitare). Le jeu à deux guitares, auquel ils nous avaient habitué, apportait vraiment un gros plus en live. Plus de rondeur, de profondeur et d’énergie… Ainsi va la vie.

Pour clore cette tournée, Delain invite George Oosthoek (Mayan) et Eliane Anemaat, qui n’ont visiblement pas eu de problèmes pour venir en France, tant mieux ! Le premier cité intervient pour quelques grunts bien placés, tandis qu’Eliane rejoint Martijn pour accompagner Charlotte sur “Scarlet”. Passé “We Are The Others”, la foule se faisant très pressant, Paris aura droit à un ultime titre avec “Get The Devil Out Of Me” !

C’est après un peu plus d’une heure et demi que les Néerlandais débranchent leurs instruments et s’avancent pour saluer les fans. Malgré une dynamique inégale par moment, Delain continue sur sa lancée et ne cesse de s’affirmer en France. Avec une autre première partie, le succès de cette soirée aurait, à n’en pas douter, été tout autre. Ne reste plus qu’à attendre ce tant attendu nouvel album !

Delain Setlist Cabaret Sauvage, Paris, France 2019, Masters of Destiny

Ecrire un commentaire