ReportsSlideshow

CORROSION OF CONFORMITY @ Glazart (01/07/19)

Avec DOWN en suspend, Pepper Keenan a, de nouveau, rejoint ses comparses de Corrosion Of Conformity pour les vingt-cinq ans de l’album “Deliverance” (1994), pour notre plus grand plaisir !

Le trio WITCHFINDER lance les hostilités. Le trio originaire de Clermont-Ferrand évolue dans un registre stoner/doom, mais il s’agit tout de même davantage de doom au final. Au programme, la quasi intégralité de leur deuxième album “Hazy Rites”, sorti en avril dernier. Devant une foule assez éparse mais volontaire pour les encourager, les riffs et la lourdeur font mouche. La voix est assez noyée dans le mix et ne s’en dégage que rarement. Côté guitare, les quelques leads mélodiques apportent un brin de fraicheur, mais pas assez encore à notre goût. La prestation est saluée, les corps se sont remués. La soirée s’installe et va aller crescendo.

Le temps d’installer la scène et de voir la salle se remplir davantage encore, place désormais à DESERT STORM. Les Anglais, d’Oxford, changent radicalement l’intensité de la soirée. D’une part leur musique est différente, mais le public semble lui aussi plus attentif. Le quintette déverse riffs et grooves, déployant des structures bien plus complexes et travaillées. Si le son est globalement bon, une fois de plus, le chant, cette fois-ci de Matt Ryan, est quasi inaudible.

Et pourtant Elliott Cole (batterie) impressionne et rythme parfaitement le jeu du duo Chris White/Ryan Cole (guitare), qui se font bien entendre aussi. La richesse de leur musique est perceptible et les réactions du public valident totalement. Malgré quelques longueurs -quelques boucles bien trop longues et redondantes- et un chant passé quasi sous silence, les Anglais chauffent une salle déjà bien chaude; de très bonne augure pour la suite.

La délivrance !

Très actif depuis sa reformation avec Pepper Keenan, le groupe n’a cessé de jouer en Europe et surtout en Amérique du Nord. Fort également d’un nouvel album très réussi, “No Cross No Crown” (2018), CORROSION OF CONFORMITY s’apprête à affronter la magie de Glazart, un an après celle de la Valley du Hellfest.

“Deliverance” (1994) est un disque culte pour le genre. Il est très difficile de s’en écarter ou de l’ignorer lorsque l’on est amateur de grosses et grasses sonorités. Parfait puisque tout ce beau monde est là pour festoyer énergiquement sous ses mélodies. Woody Weatherman, Mike Dean et Jon Green -qui remplace actuellement Reed Mulin- ainsi que notre cher Pepper débarquent sous une pluie de bonheur. Il en faudra peu pour dynamiter le pit et voir les premiers pogos se mouvoir tout en douceur (humour). “Seven Days” lance la machine tout en groove avant que le quatuor ne dégaine “Señor Limpio”.

L’adrénaline parcourt nos corps et le duo “Heaven’s Not Overflowing” / “Albatross” ne freine pas l’excitation générale. Glazart se transforme alors en énorme sauna, davantage encore en raison du climat bien chaud. Ça sue, ça chante, ça pousse, ça s’éclate ! Les protagonistes en pâtissent aussi, leurs tenues sont complètement trempées et Pepper fait le parallèle à une chaude soirée en Louisiane. “13 Angels” calme, par la suite le jeu, mais c’est sans compter sur “Wiseblood” et “Who’s Got The Fire” qui allument les dernières mèches du soir.

Le temps de souffler un coup et le groupe revient pour le rappel avec l’incontournable “Clean My Wounds” qui verra quelques phases de jam afin de présenter les membres de la formation, dont le fameux “je m’appelle Poivre” et de temporiser dans cette chaleur, dans ce sauna ! A notre grand regret “The Door” ne figure pas au programme du soir.

Si le choix de la salle est discutable -lumières ridicules, chaleur à mourir et son parfois capricieux- et que le concert n’affiche bizarrement pas complet à la vue du prix cadeau (17 euros), CoC a, comme prévu, retourné un Glazart en extase !

Corrosion of Conformity Setlist GLAZART, Paris, France 2019, No Cross No Crown

Ecrire un commentaire