Reports

CONCERT I-SCREAM ASSO #1 @ Klub (07/11/10)

Après un petit break pour les vacances d’été ainsi qu’une préparation pour la rentrée, I-Scream Asso rempile pour une nouvelle saison musicale dans la cave rock’n’roll du Klub, à Châtelet. La première édition des “Concert I-Scream Asso” commence par une belle affiche aux accents post hardcore. Au menu : Alceste, Quartier Rouge, The Prestige et Altess !

C’est donc en 2009/2010 qu’a vu naître cette jeune association dirigée par 3 jeunes filles passionnées (June, Laura et Astrid). En investissant le Klub une fois par mois, l’association a su proposer différentes soirées en variant les styles musicaux, avec des groupes comme So Called Celeste, Esjan, The Prestige, Checkmate, For Buried Hopes, Expect Anything, We Go Over Fences, Churchill, Lyse ou encore Fishing With Guns. Grâce à une bonne notoriété, les soirées “Concert I-Scream Asso” (anciennement appelées “Screaming Show”) repartent pour une seconde saison et c’est en ce dimanche 7 novembre que cela recommence avec une belle programmation.

Alceste, quintette normand, débarque sur scène aux alentours de 19h30. Ce jeune formation distille une musique plutôt sombre et torturée, à la croisée du black metal et du post hardcore, entre mélancolie et désespoir. Assurant le show devant une petite vingtaine de personnes, les membres se lâchent malgré le manque de monde mais arrivent quand même à bien entraîner le petit public parisien dans leur univers noir. Chaque morceau comporte sa dose de violence, de bruits, de larsen mais aussi quelques passages aériens fort agréables qui apportent un peu de ciel bleu dans la musique sombre du groupe, sans oublier les textes en français ajoutant une touche de poésie en plus. C’est sur un morceau issu de leur prochain split avec les belges de Hive Destruction, que Alceste termine son set fort agréable et surprenant. Une bonne découverte !

Après quinze minutes d’attente, c’est au tour de Quartier Rouge d’investir la petite scène du Klub. Que dire de ce quatuor parisien sur le plan visuel et scénique? Et bien il s’agit d’un chanteur à l’attitude nonchalante, bière à la main, d’un claviériste tatoué en nuisette à l’attitude très bizarre et d’un batteur et guitariste plutôt discrets, faisant le travail proprement. En bref, c’est un mélange surprenant entre le “je-m’en-foutisme” et le sérieux. Musicalement, le groupe propose une musique expérimentale, complexe, ponctué de riffs rock’n’roll et d’une rythmique punk plutôt déstructurée. Vu comme ça, cela parait intéressant mais scéniquement, c’est une autre histoire. L’attitude nonchalante ainsi que la voix du chanteur, énervent un peu et la non-communication avec le public n’arrange rien; ajoutez à cela la musique bizarroïde et complexe du combo et le mal de tête arrive rapidement. Grosso-modo, il faut être dans un état second (voir plus!) pour apprécier la musique et le groupe à sa juste valeur.

Interviewés il y a quelques mois, pour le concert à Meaux avec The Arrs et Checkmate, The Prestige revient sur Paris après un mois d’enregistrement en studio du coté de Laval. Ce soir est donc le bon moment pour présenter une partie du premier album qui sortira mi-2011. Récemment séparés de leur bassiste, Christopher, c’est JC le bassiste d’Altess qui assure l’intérim. C’est donc avec un petit retard dû à un léger souci technique que le groupe débarque sur la petite scène du Klub pour tout envoyer. Fidèles à lui-même, le groupe s’applique tout en restant destroy dans leur attitude. L’énergie est mise en avant, chaque membre du groupe se met en valeur, les nouvelles compositions envoient bien et la communication avec le public est bonne. Bien que le dernier show au Klub des Prestigieux reste encore dans les mémoires par son ambiance de folie, ce concert sera beaucoup plus calme dans le public mais tout aussi positif. Prestation réussie pour une petite demie-heure bien énergique.

Et c’est donc avec Altess que la soirée se termine. Formé il y a six ans, le groupe a pu se faire un nom après un EP et un premier album très réussi. Bien que la formation soit à l’aise derrière les portes de studio, elle possède également une excellente réputation scénique. Ce soir, le groupe le démontre avec beaucoup d’aisance avec un mélange rock/hardcore/rock’n’roll qui sonne fort. Les titres nerveux et violent s’enchaînent, formant un son compact voir bruitiste, le groupe se sent à l’aise sur les planches et ça se ressent. Le chanteur crie et hurle de toutes ses tripes, le bassiste et le guitariste s’appliquent avec des riffs et des parties bien rock’n’roll (et avec le sourire !) et le batteur, Vincent Girault, se donne à fond avec puissance, énergie et précision. Il est vrai que rentrer dans l’univers d’Altess, sans vraiment connaitre, est assez difficile au début mais l’énergie et la bonne humeur du groupe aide à l’adaptation et rend le tout très agréable. La fin approche et Altess montre une facette plus “bordélique” et le public (composé de quelques fans du groupe) n’hésite pas à aller titiller le chanteur et le guitariste pour terminer le show sur une note de bonne humeur à base de cabrioles et de chamailleries. Altess confirme donc son statut de groupe live avec ce show technique et fun, blindé d’énergie.

Pour la première édition de la seconde saison d’I-Scream Asso, l’affiche était de très bonne facture avec les surprenantes découvertes d’Altess et Alceste en live. La prochaine se déroulera le dimanche 28 novembre pour une soirée plus rock avec Seed From The Geisha, Dancing Dead, Backtrack Lane et Copenhague et promet d’être sympathique !

Crédit photos : Jennifer Wagner

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife