ReportsSlideshow

CAGE THE ELEPHANT @ Olympia (24/02/20)

Auréolé de son Grammy Awards 2020 du meilleur album rock avec “Social Cues” (2019), Cage The Elephant était de passage à Paris pour secouer l’Olympia. Pari réussi ?

Une énergie explosive

La soirée débute avec le quatuor californien punk rock SWMRS. Une énergie débordante et une envie de communiquer avec le public à tout instant. Cole Becker se lance dans des discours en français pour engager la salle à le suivre et la sauce prend bien.

L’audience ne se fait d’ailleurs pas trop prier pour s’accroupir à la demande du chanteur. Le single “Miley” est bien accueilli, tout comme la reprise de Supergrass “Alright”. Une mise en jambe pétillante !

L’attente commence à se faire un peu longue lorsque CAGE THE ELEPHANT monte sur scène. Le groupe débute son set avec son single “Broken Boy” issu de son dernier album. L’Olympia s’agite vigoureusement dès les premières notes de musique, emporté par la gestuelle de Matt Shultz. Les musiciens ne sont pas en reste, le concert démarre sur les chapeaux de roue. Avec “Too Late To Say Goodbye”, le rythme décélère un peu et les fans peuvent donner de la voix.

Une présence scénique captivante

Le répit est de courte durée. Comme à son habitude, le frontman se contorsionne, arpente la scène dans tous les sens et irradie par sa présence lumineuse. Son corps, d’une élasticité impressionnante, s’embarque dans des positions improbables. Il monte sur une enceinte, s’accroche au rideau, s’amuse à faire le poirier, rien ne l’arrête.

A ses côtés, le flegme du bassiste Daniel Tichenor amène un contraste presque cocasse. Avec “Mess Around” l’ambiance monte d’un cran. Puis c’est l’instant karaoké sur le touchant “Trouble”. Morceau que Matt dédie aux personnes qui ont perdu l’amour. L’assemblée est en transe quand retentissent les premières notes de “Ain’t No Rest For The Wicked”.

L’émotion à fleur de peau

Après quelques titres explosifs, le sextette nous envoie une belle dose d’émotion avec “Shake Me Down”. Un beau moment de communion avec la salle. Pour le rappel, Matt revient seul avec une guitare. Il se lance dans un discours sur le suicide des adolescents avant de chanter “Love’s The Only Way” suivi de “Goodbye”. Deux prestations émouvantes, qui montrent tout le talent du chanteur. La formation revient au complet pour un final enragé !

Cage The Elephant ne déçoit jamais sur scène, un concert enflammé et de beaux moments d’émotion !

Cage the Elephant Setlist L'Olympia Bruno Coquatrix, Paris, France 2020

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !