Reports

BULLET FOR MY VALENTINE @ Bataclan (23/06/11)

Trois ans après son dernier passage à Paris, le quatuor gallois de metal était de retour jeudi 23 juin pour un concert au Bataclan. Un show qui était très attendu par les fans français !

Nous arrivons sur le boulevard Voltaire pour l’ouverture des portes à 19h. Premier constat : la file d’attente s’allonge sur une bonne partie de la rue jusqu’à l’entrée de la salle. Il faut dire que le concert est sold out et c’est aussi la seule date française de BFMV vu qu’ils ont annulé toutes les autres en province pour cause de “problèmes de planning.” Une fois à l’intérieur, la chaleur de la salle archi-complète est déjà intense.

Times Of Grace, l’une des deux premières parties commence son set à 19h10 avec son puissant single, “Strength In Numbers” ! Le public est réceptif et la fosse est en furie ! Les instruments recouvrent légèrement la voix de l’ex-chanteur de Killswitch Engage, Jesse Leech. D’ailleurs pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe, sachez que ce duo de metalcore est composé de Jesse donc et de Adam Dutkiewicz qui n’est autre que le guitariste et producteur de KsE ! “Comment ça va Paris ? Nous sommes Times Of Grace des USA” lance le frontman à la crête punk et à la longue barbe. Les présentations faites, ce dernier enchaine avec “Willing”. Jesse et Adam sont capables de hurler tout comme de chanter et leur voix s’harmonisent à merveille. Niveau prestation, le groupe aidé de Joel Stroetzel, guitariste de KsE, Matt Bachand, guitariste de Shadows Fall à la basse et de l’ancien batteur de Envy Of The Coast, Dan Gluszak, envoie du bois ! L’énergie est tellement intense que le chanteur devient rouge à force de cracher ses tripes ! Les musiciens font savoir qu’ils ont appris qu’ils allaient ouvrir pour BFMV la veille et c’est aussi la première fois qu’ils mettent les pieds dans la capitale d’où cette excitation. (ndlr : Times Of Grace a joué le 18 juin au Hellfest de Clisson). Après ce petit speech, le “Let’s fucking party !” de Jesse marque le coup d’envoi de la heavy et mélodique “Fight For Life”. Dans la fosse, le public est comblé à voir les nombreux horns up en l’air. Arrive “Until The End Of Days” avec son intro calme avant la tempête ! A la fin de la chanson, Jesse, bras en croix, semble possédé ! Il remercie le public français pour son accueil chaleureux et entame un petit discours pour introduire “Live In Love” qui selon lui, est destiné à “surmonter la haine dans le monde”. Adam incite le public à scander les “hey hey hey” de la chanson. Aussitôt dit, aussitôt fait ! “Paris, make some noise” déclare Jesse avant de terminer le set par “World Apart” et “Where The Spirit Leads Me” qui finira en circle pit. Malgré quelques problèmes de son et de larsen, le groupe venu promouvoir son premier album, “The Hymn Of A Broken Man”, fut une excellente mise en bouche avant Bullet For My Valentine ! La claque !

19h45, les lumières se rallument et les roadies installent le matos de l’autre première partie, Glamour Of The Kill, pendant que les vigiles donnent à boire aux premiers rangs car il fait horriblement chaud. Tout le Bataclan scande les noms de Bullet et Glamour. Il y a autant de fans des deux groupes et de tout âge au sein du public. Il est un peu plus de 20h. Une intro électro rock tonne. Les quatre anglais déboulent sur scène sous les cris stridents de la gente féminine. Il faut dire que leur physique et le look glam tout droit sorti des années 80 (veste et pantalon en cuir, tatouage sur tout le corps et brushing qui va avec) a de quoi faire tomber les minettes ! Par contre niveau musique, c’est autre chose : voix semblable à du Red Jumpsuit Apparatus sur instrumental à la BFMV mais en moins bon. Il y a là un décalage. Cependant, GOTK s’approche plus du registre de Bullet et force est de constater que ça plait : ça chante, ça jump des deux cotés scène/fosse. Davey (chant), Chris (guitare) et Mike (guitare) font participer l’audience avec des “Are you still alive?”, “Hell Yeah” et autres incitations à un wall of death peu suivi, tout comme un circle pit à la fin que la fosse exécutera. Les morceaux s’enchainent et se répètent : même structure, voix claire/solo/quelques screams de Chris et Mike. Un dernier remerciement des musiciens originaires de York (Angleterre) et ils quittent la scène du Bataclan vers 20h40, laissant place à l’entracte.

Il est 21h passé, le public appelle BFMV. L’attente est longue, l’impatience grandit. Il faut dire qu’il y a une grosse attente de la part des fans parisiens qui n’ont pas vu Bullet depuis l’Olympia en 2008. Pour preuve, le Bataclan est plein à craquer ce soir. Dix minutes plus tard, fausse alerte, la musique reprend sous les hués. La salle plonge alors dans le noir la minute d’après. 21h11, l’intro “Carmina Burana” se fait entendre. C’est l’hystérie ! Dès les premières notes de “Your Betrayal”, les fans sont en délire ! Matt (chant), Padge (guitare), Jay (basse) et Moose (batterie) sont dans la place. On notera de suite le changement physique des musiciens qui ont bien changé depuis la dernière fois : Matt est très en forme, les cheveux châtains et un bandana sur la tête, un peu comme si Axl Rose des Guns N’ Roses était sous testostérone ! Quant aux autres membres, Jay arbore une belle crête punk tels un coq sauvage qu’on aurait jeté dans l’arène tandis que Moose a les cheveux long. Pas de changement flagrant pour Padge qui ne cesse de headbanguer. BFMV enchaine avec “Pleasure And Pain”. Niveau voix, c’est toujours la même histoire. La voix est correcte mais un peu trop couverte par la base rythmique vrombissante du duo Moose/Padge. Une façon de dissimuler le chant un peu trop juste de Matt depuis son opération des amygdales ? Niveau instrumental, rien à dire, de bon solos de Matt et Padge pendant que Jay fait vibrer sa basse en se dandinant, bougeant partout et haranguant la foule avec des grimaces ! Le Bataclan devient une véritable fournaise tellement la chaleur est insoutenable dans la fosse tous comme les décibels que crachent les murs d’ampli situé à chaque coté sur scène alors que le logo du combo trône en toile de fond. “Bonsoir Motherfuckers !” hurle Matt, qui remercie l’audience d’être venu assister au show. “Are you ready to rock Paris?” demande le frontman avant “Waking The Demon” dont le refrain sera repris en choeur par l’audience. Le chanteur appelera à la formation d’un circle pit sur son solo avec Padge. S’ensuit le second single du dernier album “Fever”, “The Last Fight”, avant une “old song”, “4 Words (To Choke Upon)” et les fameux “look at me now” de Jay. Ca sue, ça headbang, double pédale de Moose à fond qui frappe comme un fou pendant que la voix claire de Matt est complétée par les screams de Padge et Jay sur le refrain. Les lumières s’éteignent, déjà le rappel ? Non, c’est le moment de répit du show. Le bruit de l’orage gronde. Tout le monde aura reconnu “Say Goodnight”, titre composé pour le père de Jay décédé au même moment qu’est née sa fille. Les briquets et autres portables sont de sorties, les bras se balancent jusqu’au moment où la chanson reprend de plus belle avec les screams de Jay déclenchant de nombreux pogos ! Pareil sur “Scream Aim Fire” et “Hand Of Blood”. La fosse se déchaine ! “Are you still alive out there?” lance le chanteur à la foule. Sur les dernières notes de “Hands Of Blood” comme d’habitude, un wall of death se forme dans le pit. “Tears Don’t Fall” mettra tout le monde d’accord. 22h, les quatres musiciens disparaissent, c’est déjà le rappel. Ca gueule dans la fosse. Ils reviennent à la charge la minute d’après pour “Begging For Mercy” avant que Matt remercie une dernière fois Paris avant un “we fucking love you” pendant que ses compères distribuent baguettes et mediators aux premiers rangs. 22h05, c’est la fin du concert. Tout le monde ressort en sueur de la salle après à peine une heure de show.

Rien à dire sur la performance en elle-même, BFMV fait du boulot bien fait.. et vite fait ! Strict minimum en matière de communication, des enchainements un peu long entre chaque titre, un rappel d’une seule et unique chanson. Mais par dessus tout, on regrettera surtout une setlist constituée de seulement dix morceaux, ce qui est un peu dommage sachant que Bullet For My Valentine a quand même trois albums à son actif. De plus, le public parait un brin déçu car la date affichait complet depuis belle lurette car il y a eu une grosse attente étant donné que le groupe n’est pas passé sur Paris depuis l’Olympia en 2008. On aurait souhaité plus que dix titres et pourquoi pas de nouvelles compositions sachant que le quatuor a déjà écrit des chansons en studio pour un prochain opus. Mais bon, cette date était surtout destiné à promouvoir “Fever” largement mis en avant avec quatre morceaux contre trois de “The Poison” (2005) et “Scream Aim Fire” (2008). Cependant pour ceux qui les découvraient pour la première fois en live, ils étaient plutôt satisfaits de pouvoir assister à un concert de metal. Espérons que le groupe ne mettra pas trois ans avant de revenir sur la capitale !

Setlist :

Your Betrayal
Pleasure And Pain
Waking The Demon
The Last Fight
4 Words (To Choke Upon)
Say Goodnight
Scream Aim Fire
Hand Of Blood
Tears Don’t Fall
—-
Begging For Mercy

Crédit photos : Jennifer Wagner

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife