ReportsSlideshow

BEAST IN BLACK / MYRATH @ Elysée Montmartre (04/11/19)

L’Élysée Montmartre est ce soir le théâtre d’une belle ouverture d’esprit musicale. Se partageant un temps de jeu égal, les deux groupes auront l’occasion de montrer l’étendu de leur talent. Etoiles montantes du circuit dans leurs catégories respectives, cette date parisienne fera t-elle date ?

Héritage

Le temps automnal commence à rafraîchir nos cœurs sensibles de metalleux. Bien heureusement, MYRATH, porte étendard du blazing desert metal tunisien, compte bien réchauffer l’ambiance. Il fait déjà nuit à 19h et la salle est à moitié remplie. Une tête d’affiche à cette heure-ci en semaine est clairement à déplorer. Le groupe n’en a cure et va tout faire pour satisfaire les nombreux curieux tout en rassurant sa fanbase. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les moyens déployés forcent le respect. Une danseuse orientale et un magicien que l’on verra à plusieurs reprises ajoutent notamment un vrai plus à une prestation très carrée.

Fort d’un excellent dernier album nommé “Shehili”, le groupe choisit de lui consacrer la quasi intégralité de son set. Les quatre premiers titres sont d’ailleurs proposés dans l’ordre et vivement accueillis. Le son est parfait et c’est un réel plaisir d’entendre chaque note. Appuyé par des samples aux allures de bandes originales cinématographiques, le groupe, tout sourire, dresse différents tableaux. Les singles tels que “Dance”, “No Holding Back” et “Believer” seront les plus repris par l’auditoire, ne maîtrisant à priori pas le répertoire des Tunisiens.

Cela ne veut pas dire pour autant que l’on s’ennuie, bien au contraire. Les lights sont ultra dynamiques et servent efficacement le set rythmé par les mélodies endiablées du band. Zaher Zorgati, sympathique vocaliste, s’adressera à nous en français dans des interventions bienveillantes. Quelle voix d’ailleurs ! Ses vocalises en arabe et ses envolées dans la langue de Shakespeare laisseront l’assemblée pantoise d’admiration.

Musicalement, rien à jeter. On sent le sextette rompu à l’exercice du metal prog même si le dernier disque joue beaucoup moins cette carte que ses premiers albums. A la croisée des chemins entre Iron Maiden, Symphony X et Angra (période André Matos), la richesse de la musique impressionne. Les interventions des musiciens sont épiques et chacun brille de mille feux. Malek Ben Arbia déploie un jeu de guitare jouissif tandis que la section rythmique donne beaucoup de couleur à l’ensemble. Ajoutez à cela un capital sympathie énorme et vous obtenez la formule d’un show des plus réussis. Choukrane messieurs, c’était parfait !

Myrath Setlist Élysée Montmartre, Paris, France, Shehili Tour 2019

Les bêtes en noir

Un backdrop aux couleurs flashy de “From Hell With Love” et des crânes lumineux disposés sur scène, voilà un changement d’ambiance radical ! La bande de bestioles venue du froid est fin prête à nous abreuver de son heavy metal contagieux. Pour ce faire, un BEAST IN BLACK remonté à bloc et deux albums plein de hits au compteur devraient aider.

“Cry Out For A Hero” ouvre le bal et d’emblée, Yannis Papadopoulos met les points sur les i. Le bougre de vocaliste n’est pas là pour faire de la figuration et déploie tout le long du set, un registre vocal stupéfiant. L’alternance entre voix claire quasi féminine et des screams aigus tendance Rob Halford est proprement hallucinante. Secondé par Anton et le bassiste Máté Molnár aux chœurs, la fureur de vaincre habite le talentueux vocaliste. Le son, encore une fois, est impeccable, notamment les basses chaleureuses.

On sent une belle entente entre tous les membres et ces derniers n’hésitent pas à échanger sur scène. D’ailleurs, tous les poncifs du heavy metal y passent, du déhanché jumelé (encore) à la Judas aux intros de claviers dignes des années 80. Néanmoins, voilà dommage qu’un groupe utilisant ce genre de sonorités à outrance ne juge pas nécessaire d’embaucher un claviériste live en lieu et place des samples.

La salle est toujours à moitié vide et le set, s’il est efficace, n’a pas l’air de convaincre tout l’auditoire. Certains spectateurs quittent même la salle, peut être agacés par le côté répétitif des morceaux. Il faut dire que si le tout est parfaitement exécuté et l’alternance entre les deux disques respectée, le concert tourne vite en rond. Il n’y a guère que sur “Crazy, Mad, Insane” où la formation se permet une petite fantaisie, arborant des lunettes lumineuses au nom du titre.

Cela dit, quand on sait ce qu’on vient voir, on ne peut pas reprocher aux Beasts de trahir leurs intentions. A savoir nourrir son public d’un heavy généreux en diable, à l’instar du rappel frénétique. “Blind And Frozen” et “End Of The World” finissent en effet d’achever les fans du quintette ainsi que les cordes vocales du valeureux Yannis.

Beast in Black Setlist Élysée Montmartre, Paris, France 2019, From Hell With Love

Cette soirée fut l’occasion pour beaucoup de découvrir l’un ou l’autre groupe. Tous deux auront donné leur maximum et ce co-headline était une sacrée bonne idée ! Mention spéciale tout de même à Myrath qui devient de plus impressionnant ces dernières années.

Ecrire un commentaire