Reports

BEARTOOTH @ La Boule Noire (07/12/16)

Mercredi dernier, Beartooth était de retour à Paris après un passage remarqué à la première édition française du Download Festival France !

On commence avec TRASH BOAT, groupe UK aux influences punk. Cependant, les problèmes de transports nous empêcheront d’assister à la performance.

Le quintette originaire de Boston VANNA débarque sur scène pour nous présenter “All Hell”, son dernier album, tout d’abord avec “Paranoia Euphoria” qui fait immédiatement réagir le public. Certains les connaissent déjà grâce au concert aux côtés de Being As An Ocean en 2014 ou grâce à leur participation à l’Impericon Never Say Die! Tour 2011. La formation nous fournit une grande énergie live et le duo des deux chanteurs fonctionnent très bien, nous emportant dans leur univers très heavy tout en gardant un côté très mélodieux grâce aux passages chantés clairs. Davey (chant principal) s’autorise une pause afin de remercier l’audience : “On est venu vous apporter un peu d’amour malgré les attaques qui se sont déroulées récemment dans votre beau pays. Les attaques contre la musique et contre l’amour […] On est là pour répondre l’amour et pour en recevoir. Si vous croyez en la musique comme nous y croyons, elle peut changer votre vie et la sauver.” Après ce discours émouvant, le show reprend et les fans n’hésitent plus à se déchainer en crowdsurfing ou même en s’invitant sur scène : l’un d’entre eux ne se gênera pas pour chanter directement dans le micro tendu avec joie par le frontman. La salle à présent réchauffée est prête à accueillir la tête d’affiche.

BEARTOOTH revient pour la quatrième fois (dont deux têtes d’affiche au Batofar (2014) puis au Backstage By The Mill (2015) sur les planches parisiennes avec deux albums à sont actifs, “Aggressive” (2016) et “Disgusting” (2014), de quoi nous présenter un set d’une heure, beaucoup plus complet que les précédentes dates.

La formation a bien l’intention de marquer les esprits à l’occasion de ce dernier concert de l’année présenté par Alternative Live et enchaine les singles énergiques tels que “Aggressive” ou encore “Beaten In Lips”. Les spectateurs se défoulent et reprennent les paroles dès que le micro leur est tendu. Caleb (chant) les fera même s’assoir avant de jouer les premières notes de “The Lines”, ce qui déclenchera un mouvement de foule dans toute La Boule Noire. Plusieurs fans se permettront de monter sur scène avant d’abandonner suite à la réaction négative de la sécurité, mais aussi du chanteur qui n’a pas l’air d’apprécier particulièrement cet engouement. Cependant, ce soir, le quatuor américain est beaucoup plus attentif et communicatif avec son public que lors de leurs précédents concerts. Le frontman, d’habitude discret et peu bavard, affiche fièrement sa bonne humeur et complimente ses fans : “Vous êtes tous complètement fous, vous avez perdu la tête ! C’est notre meilleur concert en France jusque là !”.

Au bout de presque une heure de live, Beartooth quitte la scène sur la mélodieuse “In Between”. Quelques minutes plus tard, Caleb Shomo revient seul, muni d’une guitare, afin d’interpréter le triste “King Of Anything” illuminé par les briquets et téléphones de la foule. Il sera rejoint par ses musiciens, ce qui nous offrira une version différente de celle de l’album, avant d’entamer “Body Bag”, chanson particulièrement appréciée.

Beartooth nous aura offert ce soir sa plus belle performance à ce jour dans notre capitale, avec un jeu de scène amélioré et un temps de set beaucoup plus long. Même s’il manque toujours d’interaction avec ses fans, la bande menée par Caleb Shomo aura réussi à faire bouger La Boule Noire aidé par Vanna, une bonne découverte musicale pour plusieurs d’entre nous.

Setlist :

Burnout
Aggressive
Beaten In Lips
Dead
Sick Of Me
Fair Weather Friend
Hated
The Lines
I Have A Problem
Always Dead
Rock Is Dead
In Between
—-
King Of Anything
Body Bag