ReportsSlideshow

BAD WOLVES @ La Maroquinerie (21/06/19)

Impatience et excitation se mêlent rue Boyer en attendant que les portes de La Maroquinerie se décident à ouvrir près de quarante-cinq minutes en retard. Si les festivités rurales de la Fête De La Musique nous font patienter, c’est remontés à bloc que nous pénétrons enfin dans l’étuve parisienne. C’est tout de même au premier concert français de Bad Wolves auquel nous avons le privilège d’assister.

Disco-Nected ouvre le bal

Le power trio val d’oisien DISCO-NECTED ne tarde pas à investir la scène et rattraper le retard d’ouverture. D’entrée de jeu, le groupe abat ses cartes et dégaine un arsenal pour le moins efficace. Dans un style très rock metal 90’s, les riffs assénés font mouche (bien qu’un tantinet répétitifs) tandis que la section rythmique transpire en donnant le meilleur d’elle même.

Seule ombre au tableau, un mix malheureux du chanteur dont on peine à déchiffrer les textes. Dommage car l’EP “Vision Division”, ici défendu avec énergie et générosité, vaut le détour. Et de meilleures conditions live lui rendront certainement justice. Mention spéciale au braveheart lancé en fin de set et aux sourires sincères de cette jeune formation prometteuse. Affaire à suivre !

Quand La Maroquinerie devient bergerie

Pendant qu’une majorité de metalleux est en plein pèlerinage à Clisson, une poignée d’irréductibles peine à remplir la première date française des très attendus BAD WOLVES. L’album “Disobey” que nous avions acclamé à sa sortie nous sera présenté ici dans sa quasi intégralité.

Pas de quartier, la meute nous saute à la gorge avec “Learn To Live”, sorte de crossover entre Killswitch Engage, Soilwork et DevilDriver. Les cinq Loups sont clairement là pour en découdre dans cette bergerie ambulante. D’emblée, Tommy Vext impressionne de par sa maîtrise et puissance vocale. L’ex-hurleur de Divine Heresy déploie d’ailleurs tout le long du set une impressionnante performance.

Ses comparses ne sont pas en reste et font montre d’un professionnalisme remarquable. Dignes des meilleures formations du circuit, ces derniers présentent avec passion les brûlots de leur premier album. La fosse, même peu remplie, mange clairement dans la main de Tommy fort de son charisme indéniable. Celui-ci sait par ailleurs se montrer touchant en évoquant les problèmes mentaux et le suicide. L’enchaînement “Remember When” et “Better The Devil” s’avère alors poignant.

La formation américaine enchaîne les coups dans un déluge de riffs ! Parfaitement mise en son, elle s’octroie même quelques moments de récréation. Première surprise, ce medley complètement fou mêlant Queens Of The Stone Age, System Of A Down, Nirvana et Rage Against The Machine, véritable bouffée d’air frais avant le boulet de canon “Officer Down”. S’ensuit un duo un poil mielleux entre Tommy et “une bonne amie française”. Remplaçant Diamante sur “Hear Me Now”, le résultat divise l’assemblée mais reste honorable.

Le vrai frisson se jouera en toute fin. La popularité du groupe ayant explosée à la sortie de sa poignante reprise de “Zombie” des Cranberries, il était logique que cette dernière conclut la soirée. Introduit par un appel au souvenir émouvant, hommage est rendu à Dolores O’Riordan et à tous nos proches disparus. Difficile pour le frontman de cacher ses larmes. L’émotion est palpable et le contraste saisissant. Voir les mêmes bêtes de scènes passer du metalcore à cette superbe version force le respect.

Quelle soirée mémorable ! Bad Wolves a vraiment tout emporté sur son passage. Même le rappel… longuement attendu (snif).

3 commentaires

  1. Tommy Vext, le type qui a noyé Dolores O’Riordan pour sa cover commercial de Zombie? Le mec qui refuse de dire que tout leur histoire marketing repose que sur un message vocale qu’elle a laissée à Dan Waite, la nuit de sa mort. Sur ce messsage oû elle offrait de chanter dessus. Alors qu’elle n’était pas venue à Londres pour ça à la base (voir le communiqué officiel du management de The Cranberries), contrairement à ce qu’il dit. Tommy Vext qui a dégagé (c’est sa responsabilité) sans aucune honte la ligne de “since 1916” des paroles soit Les Pâques Sanglantes à Dublin, l’identité Irlandaise. Tu parle d’un respect pour Dolores et L’Irlande, c’est juste qu’elle était trop gentille. Zombie, dédié au deux enfants Johnathan Ball & Tim Parry tués durant un des attentat de l’IRA à Warington en 1993. “IRA ce n’est pas moi, IRA n’est pas ma famille”, c’est bien ce qu’elle chante, c’est bien une protest song à la base. Quand on transforme cette chanson en truc US “anti-guerre générique”, à la base c’était bien de ça qu’il était question. Vext à juste eût la chance de croiser Dan Waite au London arena en décembre 2017 à un concert de 5 Finger death Punch, sinon c’est un péquin de base de Los Angeles. The Cranberries ne disent rien de eux sur leur Facebook. J’aime pas du tout ce Tommy Vext et ce groupe.

    1. Bonsoir Bulletad 🙂

      En écrivant ces lignes, je ne parle que de l’Art. Tout le bagage extérieur est mis à l’écart volontairement car seul compte en concert et à l’écoute d’un album, le ressenti que l’on a de la musique… Après, je comprends votre peine par rapport à tout cela mais vous noterez que je ne parle que d’un “appel au souvenir” d’une artiste qu’on admirait tous et je ne vais pas plus loin dans l’historique des groupes même quand je connais ce genre d’anecdotes. Je me dis que l’auditeur a plus envie de ressentir de bonnes émotions plutôt que de juger de telle ou telle chose négative que TOUS les groupes véhiculent à un moment.

      Merci néanmoins d’apporter la lumière à ceux qui seront intéressés par ces informations effectivement fondées.

      Bonne soirée à vous et merci pour votre commentaire. Le partage c’est important 🙂

      Jérémy, auteur de cet article.

  2. De passage sur votre page par hasard après de brèves recherches sur l’actu du groupe pour la sortie de leur nouveau son «  I’ll be there » (qui au passage est une bombe ! )

    Quelle surprise de découvrir ces photos qui ont immortalisé l’instant…
    Merci pour ce bel article agrémenté de photos qui m’ont fait revivre ce concert de Bad Wolves qui restera mémorable !

Ecrire un commentaire